o comme... O'farrell

Publié le par lydiane

Maggie O’Farrell est une écrivaine britannique contemporaine (né en 1972). Dans ses œuvres, elle met l'accent sur la psychologie des personnages ainsi que le va-et-vient incessant de la vie qu'elle symbolise par le biais des nombreux voyages accomplis par ses personnages et de son écriture fragmentée. Elle a déjà publié 6 roman, dont "L’étrange disparition d’Esme Lennox" en 2008.

 

4ème de couverture :

A Édimbourg, un asile ferme ses portes, laissant ses archives et quelques figures oubliées ressurgir à la surface du monde. Parmi ces anonymes se trouve Esme, internée depuis plus de soixante ans et oubliée des siens. Une situation intolérable pour Iris qui découvre avec effroi l’existence de cette grand-tante inconnue. Quelles obscures raisons ont pu plonger la jeune Esme, alors âgée de seize ans, dans les abysses de l’isolement ? Quelle souffrance se cache derrière ce visage rêveur, baigné du souvenir d’une enfance douloureuse ? De l’amitié naissante des deux femmes émergent des secrets inavouables ainsi qu’une interrogation commune : peut-on réellement échapper aux fantômes de son passé ?

 

Ce roman faisait parti depuis un bon moment de ma liste de livres à lire. Du coup, cherchant un auteur commençant par O pour le challenge ABC, j'ai sauté sur l'occassion. Et là, je me demande encore pourquoi j'ai attendu si longtemps... j'ai adoré ce livre !

On découvre ces trois femmes : Iris, jeune femme actuelle, libérée, moderne, Kitty, sa grand-mère qui souffre aujourd'hui de la maladie d'Alzheimer et Esme, cette grande tante qui a passée toute sa vie enfermée. Quand l'hopital appelle Iris en lui indiquant qu'elle est la "personne à contacter" en cas de problème avec Esme LENNOX, Iris pense d'abord à une erreur. Et après quelques jours, elle se rend compte qu'il n'y a en effet pas d'erreur, sa grand-mère qui s'était toujours dit fille unique avait bien une soeur... Iris va alors se plonger dans l'histoire de sa famille, accompagnée, sans l'avoir vraiment voulu, par cette grande tante qui lui fait un peu peur. Après tout on ne passe pas 60ans dans un asile pour rien, si ?

J'ai complétement accroché à l'intrigue, de toute façon les "secrets de famille" c'est ma tasse de thé. Et là, je trouve que c'est bien amené, bien écrit, original. On peut être un peu dérangé par les parties écrites à travers les yeux de Kitty : c'est sur qu'on saute du coq à l'âne, d'une époque à une autre, avec des phrases qui ne se terminent pas; mais au final je m'y suis habituée facilement.

Je partage avec vous une phrase de Edith Wharton qui débute le roman : "Je n'aurais pas pu devoir mon bonheur à un tort, à une injustice causés à autrui...Quelle sorte de vie pourrions-nous construire sur de tesses fondations ?"

Bref, un roman qui se dévore très rapidement et que je vous conseille !

Publié dans Lu - entendu...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

1000N1 17/08/2014 20:31

Ah oui, il donne envie ce bouquin!

Sarah 08/08/2014 19:14

Il me donne envie ce roman ! Il va falloir que je patiente : médiathèque fermée pour quelques jours ! j'espère l'y trouver ensuite ! En tout cas, on voit que tu as du temps ces jours-ci ;)

Lydiane 08/08/2014 20:02

C'est vrai que j'ai plus le temps de lire et aussi plus de temps pour écrire les articles sur les livres lus il y a quelques semaines. Mais je ne tiendrai pas le rythme d'un article par jour, c'est sur !