Terminus Belz

Publié le par lydiane

de Emmanuel Grand. Il est né à Versailles en 1966, et a passé son enfance en Vendée, à vingt kilomètres de la côte atlantique. Il est responsable du design du site web d’un grand opérateur téléphonique. "Terminus Belz" est son premier roman. Il a été cédé à l’étranger avant même sa parution en France.

Il s'agit du 3ème roman que je lis dans le cadre du prix inter-CE.

Terminus Belz

4ème de couverture :

Il s'appelle Marko Voronine. Il est en danger. La mafia le poursuit. Il croit trouver refuge sur Belz, une petite île bretonne au large de Lorient coupée de tout sauf du vent. Mais quand le jeune Ukrainien débarque du ferry, l'accueil est plutôt rude. Le métier du grand large en a pris un coup, l'embauche est rare sur les chalutiers et les marins rechignent à céder la place à un étranger. Et puis de curieuses histoires agitent en secret ce port de carte postale que les locaux appellent "l'ile des fous". Les hommes d'ici redoutent par dessus tout les signes de l'Ankou, l'ange de la mort, et pour Marko, les vieilles légendes peuvent se montrer aussi redoutables que les flingues de quelques tueurs roumains.

Tricotant avec brio un huis clos inquiétant et une course poursuite haletante, Emmanuel Grand mène son thriller d'est en ouest à un train d'enfer.

C'est l'histoire de quatre clandestins ukrainiens qui utilise une filière roumaine pour passer en France. Malheureusement, le trajet ne se passe pas comme prévu... Nos 4 clandestins décident donc de se séparer pour échapper à la mafia roumaine qui est à leur trousse. On suit alors le jeune Marko qui trouve refuge sur une île bretonne. Il pense au départ se faire oublier dans un coin perdu, sauf qu'à Belz tout le monde se connait. Se rendant compte de son erreur, il veut vite quitter l'île. Mais, avant qu'il ait le temps de reprendre le ferry pour rejoindre le continent et plonger dans l'anonymat d'une grande ville, un meurtre est commis. La police s'en mêle et voilà notre pauvre Marko piegé sur l'île de Belz.

J'ai vraiment été tenue en haleine avec ce roman. Impossible de le lacher ! Je me suis vite attachée au personnage de Marko. Un jeune homme, droit, intègre, qui aspire juste à une vie meilleure. J'ai adoré "l'ambiance bretagne". Je me voyais complétement sur la cote sauvage de Belz, balayée par le vent. Merci à l'auteur pour ce petit voyage sur l'Atlantique ! "L'ambiance bretagne", ce n'est pas juste un paysage et une météo, c'est aussi le caractère des habitants : des bretons au caractère bien trempé, secrets, renfermés, férus de légendes celtes. Vous l'aurez compris, j'ai adoré l'intrigue, adoré "l'ambiance" et adoré les personnages.

Seul petit bémol pour moi, le côté fantastique qui ne m'a pas emballé. Vers le milieu du roman, il y a un chapitre dans une forêt, où Marko, dans un état second, se retrouve face à "un monstre". Je me suis dit, "mais qu'est ce qu'il nous fait Emmanuel Grand ? C'était tellement bien jusque là...". Franchement pour moi, ce n'était pas nécessaire. Faire référence aux légendes, à l'Ankou, était largement suffisant, je n'avais pas besoin de ces scènes "fantastiques".

Publié dans Lu - entendu...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article