La princesse oubliée

Publié le par lydiane

de Laurent JOFFRIN.

Je lis vite, très vite, souvent trop vite. J'oublie du coup assez facilement les livres. Je suis capable de vous dire si j'ai aimé ou non, mais raconter l'intrigue en détail ou même seulement la fin devient une épreuve de force ! Néanmoins, même si ma mémoire me joue des tours, je relis rarement des livres que j'ai déjà lu, quand bien même je les ai beaucoup aimé.

Cependant, j'avais vraiment envie de relire "La princesse oubliée". J'ai découvert ce roman il doit bien y avoir une dizaine d'années maintenant...Il m'avait été conseillé par ma petite maman, et je l'avais simplement ADORE !

La princesse oubliée

4ème de couverture :

« C’était la combattante la plus douce que j’ai connue. Princesse des Mille et Une Nuits, elle s’'est battue, plus et mieux que d’autres, dans cette armée des ombres, celle des codes secrets, des assassinats dans la nuit et des salles de torture. Au moment où l’'armée allemande, en juin 40, s'’établissait en France, c'’est Churchill qui avait donné l’'ordre à des agents franco-britanniques infiltrés en France de mettre “le feu à l'Europe”. Dans ce ramassis d'’aventuriers, d’'aristocrates loufoques et d’'homosexuels marxisants, Noor était une princesse. C'’est pour elle que j’'écris. Parce que cette nef des fous était la nôtre. Parce que cette espionne que j’'ai frôlée dans la nuit est la femme de ma vie. »

Verdict : Toujours autant de plaisir avec ce roman ! C'est vrai qu'il y a tous les critères qu'il me faut : le contexte de la seconde guerre mondiale, l'aspect resistance-espionnage, l'histoire d'amour, et puis de l'aventure, du rebondissement, des personnages attachants... Bref je fus encore captivée.

J'ai également apprécié l'écriture de Joffrin. Le narrateur, John, nous raconte ses souvenirs de cette période. Ce choix de timing renforce le côté "nostalgie", ça influence énormément l'emotion délivrée par l'histoire. Je suis amoureuse de John : une personne digne, droite, qui prend des risques pour ses idéaux mais pour qui la vie d'un homme n'a pas de prix. Comment accepter la mort d'un homme, même si ça permet de lutter contre des régimes totalitaires et donc de sauver des miliers d'autres vies ?

L'autre personnage central c'est bien sûr Noor, princesse soufie, qui s'engage dans les services d'espionnage britaniques. Elle accepte de prendre les risques les plus importants, mais refuse de porter une arme et de tuer quiconque. On l'imagine en petite femme toute fragile alors qu'elle a une force de caractère immense. Il faut savoir que Noor n'est pas un personnage de fiction, elle a existé. Joffrin a romancé son histoire dans "La princesse oubliée", mais elle fut réellement le premier agent féminin à être envoyé en France comme opérateur radio. Elle fut également la troisième femme à qui le Royaume-Uni a décerné la George Cross. Elle fut auusi décorée de l’Ordre de l’Empire britannique, et par la France de la croix de guerre 1939-1945.

Bref une lecture que je conseille à tous ceux qui aiment les romans sur la Résistance. 

Publié dans Lu - entendu...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
1
C'est noté!
Répondre
B
C'est vrai que moi aussi j'avais adoré ce livre et j'y pense souvent, j'aimerais bien lire un autre livre du même auteur, il faudra que j'aille voir s'il en a écrit d'autres, vu que Laurent Joffrin est journaliste, je crois à l'origine, il a dirigé plusieurs journaux. (Je vais régulièrement sur les blogs, mais ne prends pas toujours le temps de mettre des commentaires).
Répondre