Le tombeau d'étoiles

Publié le par lydiane

de Maxence FERMINE.

J'ai lu, il y a quelques semaines, un roman de cet auteur : http://lydianeyannick.over-blog.com/2015/06/les-carnets-de-guerre-de-victorien-mars.html

J'ai beaucoup aimé ce dernier, notamment l'écriture tout en finesse de Maxence FERMINE. J'ai donc vite choisis un autre de ses romans à la bibliothèque.

 

Le tombeau d'étoiles

4ème de couverture :

Au soir de sa vie, un homme retrace le long chemin qu'il a parcouru et les événements, parfois tragiques, qui en ont déterminé le cours. Inspiré de faits réels, sensible, envoûtant, ce roman de Maxence Fermine redonne corps à la période trouble de l'Occupation au fil d'une superbe histoire de vengeance et d'amour dans les paysages grandioses de la Savoie.

Je l'ai vu plusieurs fois ce film, mais à chaque fois, je n'y coupe pas, je finis en larme. Je veux parler de "Manon des sources", vous savez la scène finale où Yves Montant apprend que la femme qu'il a aimé toute sa vie, l'aimait également en retour, mais que par un malheureux hasard, ils ne l'ont jamais su et ont gaché leur vie. On pourrait faire un parallèle avec ce roman de Maxime FERMINE qui se termine par "Je n'ai fait que rêver ma vie au lieu de vivre mes rêves".

Didier Vandoeuvre, vieux monsieur, retrace ses années de jeunesse et notamment celles vécues pendant l'occupation. Il ne s'agit pas d'un héros de la résistance, ni d'un collabo, c'est juste l'histoire d'un jeune homme banal. Il n'apprécie pas l'occupant, mais ne fait rien contre, il poursuit sa vie tant bien que mal. Mais parfois on se trouve au mauvais endroit au mauvais moment, parfois les évenements vont si vite qu'on agit par instinct sans se rendre compte. On se retrouve alors embarqué dans une histoire que l'on a jamais voulu. C'est ce qui arrive à notre pauvre Didier que l'on voit se débattre avec ses sentiments, sa culpabilité, son amour, sa droiture, sa solitude...

L'écriture de l'auteur me plait toujours autant. C'est simple, poétique, mais tellement authentique. On plonge dans l'intrigue sans problème, avec délice.

Quelques phrases :

"J'aurais voulu dire que je les ai aimés comme je n'ai jamais aimé personne. Que sans eux je ne suis rien. Qu'un homme seul est un homme condamné. Mais il fallait le leur dire avant qu'ils partent. On ne dit jamais les mots qu'il faudrait à ceux qui nous entourent. Par pudeur, bêtise, faiblesse. Après, règne le silence du trop tard. Irrémédiablement. "

"Dans chaque constellation, il existe des étoiles disparues depuis des siècles et qui pourtant luisent encore. Dans chaque vie, il y a ces mêmes étoiles composées de réminiscences. "

 

 

Publié dans Lu - entendu...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article