La ligne de partage

Publié le par lydiane

De Nicholas EVANS

La ligne de partage

4ème de couverture :

C'est donc dans le Montana qu'aura pris fin la cavale d'Abbie Cooper. C'est là en effet que le corps de la jeune fille, recherchée pour meurtre et acte d'éco-terrorisme, a été retrouvée, prisonnier des glaces d'un lac gelé.Bien que les circonstances de sa mort demeurent obscures,pour Sarah, sa mère, le responsable est tout désigné : c'est Ben son mari. C'est lui qui a, par ses actes impardonnables, précipité la décomposition de leur famille et la dérive incontrolable de leur fille.​

J'enchaine les romans policier, de sciences fiction, de fantasy... mais ça fait un bout de temps que je n'ai pas lu une vraie romance. Oh oui, j'ai envie d'Amoooour dans ce monde de brutes ! Mais rien de gnangnan par pitié. Lors d'une brocante, je suis tombée sur ce livre de Nicholas EVANS ! J'avais en tête l'article dithyrambique de Ma soeur sur ce roman, je l'ai donc embarqué. C'était donc le moment de le sortir de ma bibliothèque pour l'ouvrir.

Autant le dire tout de suite, mon avis sera moins élogieux que celui de ma soeur.Tout d'abord j'ai apprécié la construction du roman. L'intrigue s'ouvre sur la découverte du corps d'Abbie. L'auteur nous entraine alors dans des retours en arrière pour comprendre comment on a pu en arriver là. Ces flash-back assurent un bon rythme au roman, on tourne les pages facilement avec l'envie de connaître la suite.

Si je simplifie à l'extrême : c'est l'histoire de Ben, père de famille, qui quitte sa femme. Il est tombé amoureux d'une autre femme un peu malgré lui. J'avoue que le personnage de Ben est celui que j'ai préféré. Peut être parce que c'est celui qui, je trouve, est le mieux décrit par l'auteur. Il a de la profondeur, on comprend son dilemme : il aime sa famille, mais il aime également cette autre femme. J'ai aimé sa sincerité.

Evidemment, un divorce c'est un tsunami pour une famille, ajoutez à ça une ado en pleine crise, à l'université, loin de son cocon familiale. La voilà qui se laisse embarquée par le 1er venu avec un peu de carisme et un beau discours révolutionnaire.

Alors oui Abbie m'a un peu tapé sur le système. J'ai eu du mal avec le cliché de la p'tite bourgeoise qui s'encanaille. En fait de façon générale, à part le personnage de Ben, j'ai trouvé les personnages assez lisses, un peu stéréotypés. C'est ça qui m'a dérangé dans ce roman. Ce fut, malgré tout, une lecture agréable.

Publié dans Lu - entendu...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article