Et je renaîterai de mes cendres

Publié le par lydiane

de Laurence FINET.

J'ai reçu ce livre dans le cadre de la masse critique de Babelio.

Et je renaîterai de mes cendres

4ème de couverture :

Il est des livres qui, l'air de rien, s'insinuent en nous. Des histoires qui commencent avec la légèreté du vol d'une abeille qui entre en bourdonnant par la fenêtre. L'histoire de Laurence Finet - son histoire - en fait partie. Un mari aimant, quatre beaux enfants, un travail sans doute trop prenant mais, peu importe, demain c'est les vacances... Et puis l'abeille pique. Une première fois. Et la douleur provoquée par la piqûre en rappelle une autre, plus ancienne.
Nous voici alors inexorablement emportés. Derrière la légèreté du ton, des mots jetés, une accumulation de maux que l'on aurait crue inexprimable. Pourtant, avec pudeur et une bonne dose d'humour, Laurence Finet raconte les épreuves traversées, sans pour autant rien nous épargner. Et c'est grâce à une infinie délicatesse qu'elle parvient, à chaque nouvelle piqûre, à nous faire ressentir toute la violence et l'horreur de ce qu'elle a dû endurer : " J'ai parlé.
J'ai vomi des bribes de mon passé avec une telle violence que je me demande comment j'arrive encore à respirer. "

En lisant cette 4ème de couverture, je m'attendais à un roman. En fait, je me suis vite rendue compte qu'il s'agissait d'un récit autobiographique (en même temps c'est écrit sur la couverture ;-) ! ).

Tout d'abord c'est très bien écrit. On ne s'ennuie pas une minute. Laurence FINET jongle avec le passé et le présent. Elle nous dévoile petit à petit sa vie, son enfance, jusqu'à ce que le barrage cède et qu'un tsunami d'horreurs nous submerge. Ce serait un roman, on dirait de l'auteur qu'il abuse un peu...qu'il devrait mettre un peu plus de réalisme dans son récit et d'arrêter de coller tous les maux de la terre à son héroine. Mais là malheureusement non... c'est la vraie vie...

Je me suis très vite attachée à Laurence. Elle met son mari et ses enfants au centre de ses priorités, et elle a d'ailleurs un mari assez extraordinaire. Elle a, bien entendu, des moments de doute et de désespoir, mais la majorité du temps elle a une énergie de fou et un moral d'acier. Elle se bat et apprend à profiter de chaque instant de partage et des petits moments de bonheur que la vie peut offrir.

Mais elle souffre, peut être même plus psychologiquement que physiquement. Elle m'étonne dans sa relation à ses parents. Comment comprendre son désir infini d'avoir leur amour, leur intérêt. Est ce si dur de tirer définitivement un trait sur eux ?

Plus la fin du livre approchait, plus j'espérais...la dernière phrase laissait mon espoir intact, ouf ! Mais je l'ai déjà dit, on n'est pas dans un roman, mais dans un temoignage... quelques lignes de l'éditeur et on comprend que ce sera malheureusement le seul livre de Laurence FINET.
 

Publié dans Lu - entendu...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
1
Tu nous dévoilerais pas un peu la fin du livre dans ton article là?!
Répondre
1
Tu nous dévoilerais pas un peu la fin du livre dans ton article là?!
Répondre
1
Tu nous dévoilerais pas un peu la fin du livre dans ton article là?!
Répondre