La chaise n°14

Publié le par lydiane

de Fabienne Juhel.

J'ai lu ce roman dans le cadre du prix littéraire inter-CE

La chaise n°14

4ème de couverture :

À la fin de la seconde guerre mondiale, à Saint-Brieuc, la jeune Maria Salaun est tondue par son ami d'enfance, Antoine, pour avoir vécu une histoire d'amour avec un officier allemand. Le commando de maquisards, débarquant dans une Jeep de l'armée américaine, impose à la jeune fille l'humiliation publique, en l'asseyant sur une chaise de bistrot, dans la cour de l'auberge de son père, devant la foule friande de spectacle.
Maria n'oppose aucune résistance, sauf celle de se présenter devant eux pieds nus, dans une robe de mousseline blanche, sa flamboyante chevelure rousse déployée. Sans pleurer ni baisser les yeux, elle se laisse tondre. Mais la honte va bientôt passer dans l'autre camp. Six noms sont sur sa liste...

Avec une telle 4ème de couv', il était certain que ce roman m'intéresserait ! Mais j'ai été surprise de ce que j'y ai trouvé. Je m'attendais bien évidemment à une belle histoire d'amour. Mais alors pas du tout, on n'apprend que très peu de chose sur cet allemand. Ce roman, c'est plus la vengeance de Maria. Mais une vendgeance, sans violence. Enfin, sans violence physique, toute sa force, Maria la met dans ses silences, dans son regard, et dans sa tête rasée qu'elle porte haute.
 
Maria veut qu'on lui présente des excuses. Elle fera une liste de "ses boureaux" et elle veut qu'ils aient honte. Ce n'est pas à elle de se cacher, pas à elle d'avoir honte. C'est leur comportement qui est à blâmer, pas le sien.​
 
J'ai aimé la force de caractère de Maria, sa résistance et son combat. Mais parfois je me demandais comment elle pouvait être aussi forte. Si peu de félures, si peu de tristesse, comme si rien ne la touchait vraiment. C'est, je pense, ce qui m'a manqué pour que ce roman soit un total coup de coeur pour moi.
 
 

 

 
 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Bernadette 04/07/2016 14:46

Ah moi, en lisant ta 4ème de couverture, j'ai compris que le livre allait tourner autour de la vengeance.