Le rapport Brodeck

Publié le par lydiane

Roman lu dans le cadre du Family challenge : Roman qui a obtenu le Goncourt.

Ce livre de Philippe CLAUDEL a eu le Goncourt des lycéens en 2007.

Le rapport Brodeck

4ème de couverture :

Je m'appelle Brodeck et je n'y suis pour rien.
Je tiens à le dire. Il faut que tout le monde le sache.
Moi ne n'ai rien fait, et lorsque j'ai su ce qui venait de se passer, j'aurais aimé ne jamais en parler, ligoter ma mémoire, la tenir bien serrée dans ses liens de façon à ce qu'elle demeure tranquille comme une fouine dans une nasse de fer.
Mais les autres m'ont forcé: "Toi, tu sais écrire, m'ont-ils dit, tu as fait des études." J'ai répondu que c'étaient de toutes petites études, des études même pas terminées d'ailleurs, et qui ne m'ont pas laissé un grand souvenir. Ils n'ont rien voulu savoir : "Tu sais écrire, tu sais les mots, et comment on les utilise, et comment aussi ils peuvent dire les choses. Ça suffira. Nous on ne sait pas faire cela. On s'embrouillerait, mais toi, tu diras, et alors ils te croiront. Et en plus, tu as la machine."

Ah j'en avais tellement entendu parler de ce roman... J'avais déjà lu un autre roman de M. Claudel : "Les âmes grises", et j'avoue, je suis passée à côté... je n'étais peut-être pas disponible pour ma lecture à ce moment là, je ne sais pas, mais je n'ai pas aimé. Du coup, j'avais un peu d'appréhension en ouvrant ce Rapport Brodeck.

Brodeck est arrivé dans ce village alsacien sur la charette d'une vieille qui l'avait recueilli sur le bord du chemin en fuyant son pays. Ce n'était encore qu'un tout petit enfant. Il a grandi dans ce village avec cette étiquette "d'étranger", il a été accépté mais il ne faisait quand même pas tout à fait parti du "groupe". Et puis éclata la seconde guerre mondiale avec ses traumatismes. Traumatismes autant pour ceux qui sont partis au front que pour ceux qui sont restés au village à cohabiter avec l'ennemi. Alors quand quelques années après, un allemand excentrique vient s'intaller chez eux, ils réveillent de vieilles rancoeurs.

Le roman démarre avec un Brodeck qui se rend à l'auberge du village. Il y trouve tous les hommes rassemblés, on comprend qu'un drame vient de se dérouler. Tous demandent à Brodeck d'écrire un rapport pour l'administration, d'expliquer pourquoi ils ont dû en arriver là. Parallèlement à ce rapport, Brodeck écrit son récit, sa version des faits...

J'ai vraiment pensé que l'écriture de Philippe CLAUDEL n'était pas faite pour moi. Je n'arrivais pas à entrer dans l'histoire. J'insistais, perséverais et continuais ma lecture, mais ce fut laborieux. Je ne voyais pas où voulait en venir l'auteur, c'était quand même largement le bordel dans cette histoire... Jusqu'au moment où Brodeck lui même le reconnaisse. Il vient de relire les pages qu'il a écrit et avoue qu'il part dans tous les sens, il ne suit pas d'ordre chronologique, il suit son coeur, son ressenti. Et bizarrement à partir de là, j'ai mieux compris. Moi aussi, je voyais son dilemme : comment écrire ce que les hommes du village veulent sans cacher la vérité ? Comment expliquer la peur de l'étranger ? Comment expliquer qu'il est trop dur de regarder ses propres erreurs, c'est difficile d'avoir honte, et en fait, tellement plus simple de se trouver des excuses, de faire porter le chapeau aux autres.

Peu à peu, en avancant dans ce roman, les voiles se lèvent. On apprend les drames qui se sont joués. On voit que sous l'apparente vie de village "tranquille" regne la rancoeur, la honte, et la colère.


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
1
Oulàlà, bah moi ça ne me donne pas envie
Répondre
B
Ah, c'est marrant ça, on n'a vraiment pas les mêmes goûts (j'ai pourtant adoré certains livres que tu m'as recommandés de lire) ! Moi, j'adore Philippe Claudel, sa façon d'écrire. Justement, être obligée de se remuer un peu les méninges pour réussir à bien suivre et comprendre son récit. Quand j'ai vu le titre, je pensais que tu allais dire que tu avais aimé ! Je n'ai jamais lu "les âmes grises" à cause de ta critique, alors, il faudra peut-être que je le lise. Alors, je ne vais pas te dire de lire "l'enquête" que j'ai aussi beaucoup aimé, pourtant c'était un peu science-fiction, mais aussi très bizarre et compliqué.
Répondre
L
Au final, j'ai aimé ce roman. Mais il m'a fallu du temps pour bien entrer dans l'histoire et l'apprécier.