La perle et la coquille

Publié le par lydiane

de Nadia HASHIMI.

Un roman prêté par une collègue, qui a bien cerné mes goûts...

La perle et la coquille

4ème de couverture :

Kaboul, 2007 : les Talibans font la loi dans les rues. Avec un père toxicomane et sans frère, Rahima et ses sœoeurs ne peuvent quitter la maison. Leur seul espoir réside dans la tradition des bacha posh, qui permettra à la jeune Rahima de se travestir jusqu'à ce qu'elle soit en âge de se marier. Elle jouit alors d'une liberté qui va la transformer à jamais, comme le fit, un siècle plus tôt, son ancêtre Shekiba. Les destinées de ces deux femmes se font écho, et permettent une exploration captivante de la condition féminine en Afghanistan.

Dépaysement total avec ce roman. On fait la connaissance de Rahima au sein de sa famille : son père, sa mère et ses 4soeurs. Sa mère (puisque évidemment c'est de sa faute...) porte le malheur de sa famille sur ses épaules : elle n'a pas su donner de garçons à son mari. J'avais bien une idée de la façon dont était traitée les femmes en Afghanistan, mais j'étais loin de me douter que c'était aussi difficile...

Déjà naivement, je ne savais pas que la polygamie était chose courante. Je n'imaginais donc pas qu'il y avait une sorte de "concurrence" entre les épouses, celles ayant donné naissance à des garçons sont supérieures aux autres. Je pensais qu'il y avait une "solidarité féminine" étant donné la façon dont elles sont traitées. C'est loin d'être le cas... Et les belles-mères, qui ont connu ces souffrances toutes leurs vies, une fois vieilles, se vengent sur leur brues d'une façon on ne peut plus cruelle. 

Rahima trouve du soutien aurpsè de sa tante, qui fait figure de rebelle dans le village. Sa tante lui raconte alors l'histoire de leur arrière grand-mère. Cette dernière exposée aux mêmes dictats des hommes a voulu faire valoir ses droits. On est loin d'une volonté d'égalité avec les hommes, mais simplement d'un peu plus de justice. Mais c'est visiblement encore trop demandé.

Bref, un très beau roman, qui m' ouvert les yeux encore plus grand sur la condition de la femme dans les autres pays, et sur ma chance d'être née en France.

 

Publié dans Lu - entendu...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Moi aussi, il me parait bien sympa ce livre. Quand tu parles de la condition des femmes qui n'ont pas su donner de fils à leur mari, dimanche soir dans "il était une fois l'humanité", le premier empereur de Chine s'est fait construire un immense tombeau et ses femmes qui ne lui avaient pas donné d'enfants ont été tuées et enfermées avec lui dans le tombeau, ainsi que des centaines d'ouvriers pour garder le secret de son tombeau, mais eux ont été enfermés vivants.
Répondre
1
Ca fait longtemps que je me dis que j'aimerais bien lire ce livre! Ton article me donne encore plus envie!
Répondre