Roman sans titre

Publié le par lydiane

C'est le roman qui me permet de terminer le Family Challenge : lire un livre d'un auteur de l'extrême orient

Roman sans titre

Résumé :

Paru pour la première fois en France en 1992 aux Editions des Femmes, "Roman sans titre" est aujourd'hui réédité chez Sabine Wespieser éditeur où sont publiés depuis 2006 les livres de la grande romancière vietnamienne. Premier des romans de Duong Thu Huong à avoir été interdit de publication au Viêt-nam, il met en scène la dérive hallucinée d'un combattant pendant la guerre contre les Américains.

Quân, capitaine d'une unité de combat, est envoyé dans la lointaine zone K par Luong, son supérieur, pour retrouver Biên, en passe de sombrer dans la folie. Les trois hommes sont amis depuis l'enfance ; originaires du même village, ils se sont enrôlés le même jour, transportés par leur exaltation patriotique et guerrière. En traversant la jungle et les vallées sinistrées par les bombardements, Quân prend la mesure du fossé qui s'est creusé entre eux. Au fil de son angoissant périple, alors qu'affluent les images de sa vie heureuse et à jamais disparue de jeune homme pressé de défendre son idéal, Quân découvre également l'ampleur des destructions subies par son pays. Le rêve d'un nouveau Viêt-nam s'est perdu dans des slogans qui résonnent de manière de plus en plus absurde à ses oreilles.

Plongeant au cœur des ténèbres avec une force lumineuse, Duong Thu Huong dénonce, avec ce roman qui tient une place centrale dans son œuvre, la vanité de la guerre et le cynisme de ses instigateurs.

Pour le coup, ce fut un vrai défi pour moi ! Je m'y connais très peu en matière de littérature de l'extrême orient. Et les rares fois où j'ai tenté l'expérience j'ai été déçue. En fouillant un peu sur le net, je suis tombée sur cette auteur : Duong Thu Huong. Tout d'abord le Vietnam est un pays qui m'intrigue. La courte biographie que j'ai pu lire sur elle, m'a poussé à m'intéressé à cette auteur : romans interdits au Vietnam, arbitrairement emprisonnée pour avoir élevé la voix contre le pouvoir, exilée en France depuis 2006...J'ai donc vérifié sur les étagères de ma médiathèque, et j'y ai effectivement trouvé plusieurs de ses romans. Un peu au hasard j'ai opté pour "Roman sans titre".

Je ne ferai pas un résumé de l'histoire, tout est détaillé dans la 4ème de couverture. Mon avis est mitigé...  Déjà le fait que le roman ne soit pas découpé en chapitre a rendu ma lecture un peu laborieuse, même si l'écriture est très belle. J'ai eu du mal à suivre l'itinéraire de Quän, moi qui ne connaît absolument rien à la géographie de ce pays.

Quand j'ai lu des livres sur l'Orient, ça m'a toujours semblé irréel. Pour moi, le décalage de culture était trop important, je n'adhérais absolument pas à ce que les auteurs me racontaient. Dans ce roman ce ne fut pas le cas. J'ai compris les sentiments de Quân : sa fougue de jeunesse et sa fierté de se battre pour sa patrie; tout ça s'est peu à peu transformé en dégout : horreur de la guerre, absurdité des combats, gâchis de la jeunesse, Le parallèle avec le comportement des généraux et des politiques est fait de façon très intelligente.

D'après les commentaires sur les autres romans de cette auteur, j'aurais peut-être du porter mon choix sur un autre de ses romans. Peut-être que je retenterai ma chance dans quelques mois...


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
1
Au cas, où je peux t'en prêter un (et d'autres du Japon, Chine, Corée, ...) si tu te laisses séduire par l'Asie!
Répondre