Voici venir les rêveurs

Publié le par lydiane

de Imbolo Mbue.

J'ai lu ce roman dans le cadre du family challenge : 1er roman.

Imbolo Mbue est une auteure camerounaise née en 1982. Elle est arrivée aux États-Unis en 1998 et s'y est installée. "Voici venir les rêveurs", publié en 2014 est son premier roman.

Voici venir les rêveurs

4ème de couverture :

Aux États-Unis et au Cameroun, en 2007.
Nous sommes à l’'automne 2007 à New York et Jende Jonga, un immigrant illégal d’'origine camerounaise, est en passe de réaliser son rêve : après avoir été plongeur et chauffeur de taxis, il vient de décrocher un emploi de chauffeur pour Clark Edwards, riche banquier à la Lehman Brothers. Pour Jende, tout est désormais possible : il va enfin pouvoir offrir à Neni, son amoureuse, les études de pharmacienne dont elle rêve. Et surtout, pour les Jonga, le Graal est en vue : obtenir leur carte verte et devenir enfin des Américains.
Mais rien n'’est simple au pays de l'’American Dream. Entre Jende, loyal, discret, compétent, et son patron Clark, noyé dans le travail et les difficultés de la banque se noue une vraie complicité. Les deux familles se rapprochent, mais si les Jonga sont soudés malgré l’'épée de Damoclès de l’'expulsion, les Edwards sont en proie à de nombreux problèmes. Pour tous, l’'interminable demande d’'asile des Jonga et la menace d’'éclatement de la bulle des subprimes vont remettre en question leurs certitudes….

C'est un avis que j'ai lu sur un blog qui m'a donné envie de lire ce roman. Ce que je voulais en premier lieu c'est m'immerger dans les bureaux feutrés de la direction de Lehman. Les subprimes, la faillite de Lehman, même si c'était loin et que je ne comprenais pas tout, je les ai subis de plein fouet au boulot. Pas simple d'être banquier pendant cette période... Les clients étaient inquiets, à juste titre, tout comme nous personnel en agence. Les journées de travail étaient usantes. On évoque un peu le sujet dans ce roman, mais on parle surtout de famille, d'immigration, de ce qui est au final le plus important dans la vie.

J'ai adoré comment l'auteur explique la situation de Jende. Aujourd'hui on ne parle pas de l'épreuve que ça doit être pour des familles de tout abandonner pour reparti à zéro ailleurs, on ne se rend pas compte de notre chance d'être né en France, on ne résume la situation qu'en deux mots :  le "problème des migrands"... J'ai encore entendu aujourd'hui un récit qui fait froid dans le dos !

Alors dans ce roman, Jende a réussi à immigrer aux Etats-Unis, seul. Il a travaillé comme un fou pendant 3 ans, pour mettre assez d'argent de côté et faire venir sa femme et son fils auprès de lui. Grâce à un peu de piston, il trouve enfin un boulot en or : chauffeur dans une famille bourgeoise. Lui et son épouse travaillent dur et font preuve de respect vis à vis des américains. Ils essayent de s'intégrer un maximum sans pour autant renier leur racine, ce qui est parfois bien complexe ! En parallèle, leur dossier de demande d'asile avance au ralenti...

Je n'en dirai pas plus pour ne pas déflorer la fin, mais c'est un joli roman.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article