Un vertige

Publié le par lydiane

de Hélène GESTERN;

J'adore cette auteure lorraine ! J'ai déjà lu avec tellement de plaisir Eux sur la photo et l'Odeur de la forêt. Alors quand j'ai vu que dans la masse critique de Babelio, il y avait le petit dernier de Gestern, je l'ai sélectionné, sans même prendre le temps de lire la 4ème de couverture (j'aurais peut être dû...)

 

Un vertige

4ème de couverture :

Ces deux textes, qui se répondent, relatant deux moments de vie, incarnent le visage de la même expérience : la séparation amoureuse. Ils décrivent ce qui se passe à partir du moment où un couple cesse d’'en être un et que la mécanique de la déchirure se met en marche, parfois lente et insidieuse, parfois brutale et violente.
Le saisissement, la sidération, la chute, contrepoids de l'’élan extraordinaire que représente la naissance de l’'amour. La séparation est une expérience totale, qui oblige un être à se reconstruire sur les ruines de ce qu'’il a été ; elle force aussi à questionner le sens et la qualité de l’'amour que l’'on a vécu avec une personne que soudain on ne comprend plus. Cette interrogation étant parfois la seule manière de survivre à son départ, et peut-être de l’'accepter.
Hélène Gestern dans ce texte sur la déprise amoureuse écrit sans pathos, avec une précision presque clinique, nous entraîne dans le vertige sidérant du mystère de l’'amour et de son effacement.

Cette lecture fut pour moi un acte manqué. Je n'ai pas accrochée. C'est une lecture courte, moins de 100 pages. On y parle exclusivement de sentiments, de ressentis. On ne connaît rien des personnages, même pas leurs prénoms... Lire ce livre dans le train sur le chemin du travail n'était certainement pas le meilleur moment et le meilleur endroit. Ca ne m'empêchera toutefois pas de lire d'autres romans de Hélène GESTERN, elle a une écriture fantastique !
 

Publié dans Lu - entendu...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article