Daffodil Silver

Publié le par lydiane

d'Isabelle MONNIN

 

Daffodil Silver

4ème de couverture :

C'est une semaine spéciale dans la vie de Daffodil Silver.
Elle doit solder la succession de ses parents récemment disparus. Avant d'accepter ou de refuser l'héritage colossal qu'ils lui laissent, elle veut raconter au notaire leur singulière histoire.
Le récit commence bien avant sa naissance, quarante ans auparavant. La mère de Daffodil s'appelle Lilas. Elle est la première des deux filles de Marguerite et Marcel, le propriétaire de l'usine des Souvenirs Faure. Trois ans après elle, est née sa moitié miraculeuse, l'autre face de sa médaille, un soleil : Rosa.
Les sœurs sont inséparables. Elles rêvent d'ailleurs et de création, sont le noyau d'un joyeux groupe d'amis. Ensemble, ils jouent aux cartes et s'inventent des avenirs glorieux.
Beau temps ne dure jamais.
Alors que Lilas vient de donner naissance à sa fille, Rosa meurt brutalement.
Passé le choc, vient le sursaut: Lilas décide, pour prolonger d'autant la vie de sa sœur et donner un sens à la sienne, d'écrire un livre qu'on mettrait autant de temps à lire que Rosa a vécu. Vingt-six ans, trois mois et six jours. Une cathédrale peut être magnifique et monstrueuse. La quête est vaine. Elle se heurte à l'indéfinissable de chacun, à ses mystères.

Daffodil s'installe dans le bureau du notaire de famille. Vous me direz "Daffodil, sacrée imagination les parents ! Dans la famille de Daffodil ("jonquille" en anglais) les filles ont toutes des prénoms de fleurs et les garçons d'arbres. Le rendez-vous avec le notaire qui doit normalement être vite réglé, durera en fait plusieurs jours. Daffodil y fera revivre ses ancêtres : ses grands-parents, ses parents, sa tante et ses cousins imaginaires.

Ce roman traite de l'absence. La tante de Daffodil est morte d'une rupture d'anévrisme 1 semaine après sa naissance. Sa mère, Lila, qui avait une relation fusionnelle avec sa sœur y a vu un message : "je te donne une fille, en échange je te prends ta sœur". Pendant toute sa vie, Lila va tenter de retracer exactement la vie de sa sœur. Elle veut se rappeler de tout, lutte contre l'oubli et s'attache à la moindre parcelle de souvenir. Reconstituer la vie de sa sœur sera le but du reste de sa vie. Mais ce projet est voué à l'échec, Lila ira de réussite en désillusion. Autant vous dire que pour Daffodil, grandir avec une mère comme Lila, est loin d'être simple, mais elle pourra se reposer sur son père. Même si, lui non plus n'est pas gâté par son heritage familial : une famille juive de Pologne qui a tout abandonné (dont une partie des siens...) pour s'exiler aux USA pendant la seconde guerre mondiale.

Malgré le caractère tragique de cette histoire, ce roman n'est pas si sombre. Il est même plutôt rempli d'espoir je trouve. "Te raconter enfin qu'il faut aimer la vie et l'aimer même si le temps est assassin et emporte avec lui le rire des enfants …". Le choix de ce vers de Renaud n'est pas un hasard, puisque Isabelle MONNIN vient de sortir un nouveau livre "Mistral perdu". Petit extrait de LGL

Publié dans Lu - entendu...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
je ne connais pas du tout ce livre mais l'histoire me tenterais bien. Peut être le lirais-je un jour
Répondre
B
Magnifique cet extrait de LGL. Du coup, je pense que tu vas lire "Mistral perdu" (ça correspond à un de mes thèmes). Mais j'ai l'impression que ça doit ressembler à Daffodil Silver vu ce qu'ils en disent. Et la chanson de Barbara je ne connaissais pas. Pas étonnant qu'elle dise qu'il ne faut pas retourner vers l'enfance, elle qui a été abusée par son père, c'est ce qu'elle chante dans "l'aigle noir" (j'ai entendu ça dernièrement à la télé). Je comprends et c'est sûr que ce genre de livre te touche beaucoup. Continuer à vivre en préférant l'imaginaire que le réel car la réalité est souvent atroce. En même temps en écoutant cet extrait, je pensais aussi à Kelline.
Répondre