Une fille dans la jungle

Publié le par lydiane

de Delphine COULIN.

Encore un livre que j'ai voulu lire après avoir vu son auteur en parler dans La Grande Librairie. C'est le nouveau roman de Delphine COULIN. Je ne connaissais pas cette auteur, mais j'ai vu Samba un film qui a été adapté d'un de ses romans;

Une fille dans la jungle

4ème de couverture :

Cela ressemblait moins que jamais à une jungle, ou alors une jungle froide, de bois et de boue, avec des animaux crottés, et des monstres de métal au loin, sous le crachin. Pas le genre qui fait rêver, avec les perroquets et les feuilles vertes et grasses, où on transpire dans une odeur d’humus. Une jungle du pauvre. Ici, il n’y avait pas un arbre, pas une feuille, pas de chaleur. Et aujourd’hui, c’était silencieux. Cette jungle qui avait été un chaos où des milliers de personnes vivaient, mangeaient, parlaient, se battaient, était devenue un désert, où ils étaient seuls, tous les six.
Six enfants et adolescents dans une ambiance de fin du monde.

Vous l'aurez compris avec cette 4ème de couverture, on est ici dans la jungle de Calais. Au moment du démantèlement. Hawa, jeune éthiopienne, s'est enfuie de son pays pour éviter un mariage arrangé par sa mère. Elle nous raconte son voyage rempli de violence, d'horreur, d'esclavage... Elle finit dans cette "jungle" où elle va se rapprocher de 5autres enfants.

Delphine COULIN nous raconte le parcours de ces enfants. Il n'y a pas de mélo ou de pitié qui se dégage de son discours, juste des faits et de la souffrance. Ces enfants ont décidé de se cacher et de ne pas monter dans ces bus qui les emmèneraient vers des centres d'accueil en France. Ils veulent coute que coute rejoindre l'Angleterre. Cette décision n'a pas été simple à prendre...est ce le bon choix ? Le transfert vers des centres d'accueil peut-il être une bonne chose ? Ne va-t-on pas tout simplement les renvoyer dans leur pays ?

C'est une lecture coup de poing ! J'ai toujours été impressionnée par le courage des migrants. Tout quitter, partir sans rien pour un si long voyage. Être démuni et subir le "commerce" de vautours gravitant autour d'aux. Ce que je n'imaginais pas c'est la solitude de chacun. Même s'il sont des milliers, c'est chacun pour soit et la loi du plus fort règne.  

Si ça vous interesse :

Publié dans Lu - entendu...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
mmmh bonne idée, cette photo :) :)
Répondre
B
Je l'avais vu dans la sélection livres de L'Express
Répondre
S
ho ce la doit être un livre dur. Merci de cette découverte
Répondre
L
C'est sur. Mais la force de l'auteur c'est de ne pas en faire un récit larmoyant.