Dysfonctionnelle

Publié le par lydiane

de Axl CENDRES

Dysfonctionnelle

4ème de couv' :

Fidèle, alias Fifi, alias Bouboule, grandit dans une famille dysfonctionnelle ; Papa enchaîne les allers-retours en prison, Maman à l’asile ; mais malgré le quotidien difficile, Fidèle vit des moments de joie, entourée de ses six frères et sœurs aux personnalités fortes et aux prénoms panachés : Alyson, JR, Dalida, Jésus…

Cette tribu un peu foldingue demeure "Au Bout Du Monde", le bar à tocards que tient le père dans Belleville, théâtre de leurs pleurs et rires.

À l’adolescence, la découverte de son « intelligence précoce » va mener Fidèle à « l’autre » bout du monde : un lycée des beaux quartiers où les élèves se nomment Apolline ou Augustin, et re- gardent de haut son perfecto, ses manières de chat de gouttière et ses tee-shirts Nirvana.

Mais c’est aussi là que l’attend l’amour, le vrai, celui qui forme, transforme… celui qui sauve.

Ca fait quelques minutes que je suis devant mon écran sans savoir comment commencer mon commentaire sur ce roman... C'est un livre qui porte l'étiquette "littérature jeunesse". C'est vrai que ça se lit tout seul (mais c'est très bien écrit !), c'est leger et loufoque. L'auteur évoque beaucoup de sujets et grossit les traits, mais je ne peux pas dire que c'est caricaturale... irréaliste oui, mais pas cliché. En même temps malgré cette légèreté qui colle au genre "roman d'ado", elle aborde des sujets importants : l'holocauste, l'immigration, les familles d'accueil, la différence et la tolérance, l'alcool, l'homosexualité...

Fidèle née donc dans cette famille dysfonctionnelle : un père algérien patron de bistrot qui, malheureusement se trouve souvent "au mauvais endroit au mauvais moment", ce qui lui vaut quelques séjours en prison. Une mère survivante de l'holocauste et qui, pour protéger sa famille, est devenue une fervente catholique, le dimanche messe obligatoire ! Fidèle a aussi 6 frères et sœurs tous aussi différents les uns que les autres : celle qui a honte des origines de sa famille, la marginale qui s'installe dans un squat et qui est de toutes les manif', celui qui se fait entendre avec les poings, celui qui se fait entretenir grâce à son physique, et le mystique de la famille qui porte le prénom de Jésus...Rajouter à cette tribu la grand-mère algérienne, une genre de mamie gateau ou plutôt "mamie pain perdu" dont le crédo est « Même avec une chose que tout le monde croit perdue, on peut faire quelque chose de merveilleux. »

Il se trouve que Fidèle a un QI super élevé, la voilà donc parachutée dans une école "haut de gamme" où son style et sa famille ne passent pas inaperçu...

Je vous raconte juste un passage que j'ai particulièrement aimé : Une amie de Fidèle l'invite à venir faire la fête le soir du 14juillet, Fidèle décline l'invitation, "le 14 juillet c'est toujours en famille chez nous". En fait, on découvre un peu plus tard que la nuit du 14 juillet, ils la passent en famille...dans la cave. Le cerveau fragile de leur maman assimile tous ces pétards et feux d'artifice au retour des nazis, alors dès que les premières déflagrations se font entendre elle attrape toute sa p'tite famille et court la cacher à la cave pour les protéger.

 

Publié dans Lu - entendu...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
1
Cela semble effectivement loufoque
Répondre
S
C'est exactement le commentaire que j'allais écrire ! ;)