La tresse

Publié le par lydiane

Il s'agit du 1er roman de Laetitia COLOMBANI. Ce livre m'a été offert par mon amie Claire, et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle me connaît bien ! J'ai adoré ! Je l'ai lu en 2 jours, c'était difficile quand je devais le poser... pour aller bosser accessoirement, par exemple !

La tresse

4ème de couverture :

Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.
Inde : Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’'école.
Sicile : Giulia travaille dans l’'atelier de son père. Lorsqu'’il est victime d’'un accident, elle découvre que l’'entreprise familiale est ruinée.
Canada : Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’'elle est gravement malade.
Liées sans le savoir par ce qu’'elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est destiné et décident de se battre. Vibrantes d'’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’'espoir et de solidarité.

Ces trois héroïnes sont très différentes les unes des autres, pourtant elles m'ont toutes touchées profondément. Il émane une force, un courage de chacune de ces histoires. Cela ne peut pas laisser indifférent.

Dans des situations difficiles, on peut se résigner et continuer à subir la situation. C'est vrai, après tout, vaut mieux ce contenter de ce que l'on a, au lieu de risquer de perdre le peu que l'on possède. Smita, Giulia et Sarah refusent cette idée ! La médiocrité n'est pas acceptable. Vaut mieux tout perdre que continuer ainsi, alors elles osent le plus fou. Elles ont la force de se rebeller et de rejeter la fatalité.

Une belle leçon de vie !

Quelques extraits :

"Smita sent son coeur se serrer. Elle a aimé cet homme, s'est habituée à sa présence rassurante auprès d'elle. Elle lui en veut de son manque de courage, de ce fatalisme amer dont il a recouvert leur vie. Elle aurait tant voulu partir avec lui. Elle a cessé de l'aimer à l'instant où il a refusé de se battre. "

"Dans un livre pour enfants sur les animaux, elle a lu un jour cette phrase : « Les carnivores sont utiles à la nature, car ils dévorent les faibles et les malades. » Sa fille s’est mise à pleurer. Sarah l’a consolée, en lui disant que les humains n’obéissaient pas à cette loi. Elle se croyait du bon côté de la barrière, dans un monde civilisé. Elle se trompait. "

Publié dans Lu - entendu...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Stéphanie 11/02/2018 16:29

je l'ai déjà vu un peu partout sur la blogo. Mais je n'avais jamais pris la peine de m'y intéresser mais ton avis donne envie de s'y intéresser un peu plus.

lydiane 12/02/2018 08:25

Je te le conseille, j'ai vraiment beaucoup aimé !

Bernadette 10/02/2018 11:50

Je l'avais mis dans ma liste des livres à lire, en lisant ton commentaire et les extraits, j'ai encore plus envie de le lire. Il faudra que tu me le prêtes.

1000N1 14/02/2018 21:17

Oui frangine, fais tourner le bouquin! ;-)

lydiane 10/02/2018 12:44

Pas de problème !