Les étés de la colère

Publié le par lydiane

de Eric LE NABOUR.

 

Les étés de la colère

4ème de couverture :

Juin 1940, en plein exode. Après avoir causé accidentellement la mort d'un couple juif, Cécile recueille leur petit garçon, Samuel. Mais en recherchant la famille de l'enfant, elle est arrêtée par la Gestapo et sauvée in extremis par l'époux nazi d'une amie d'enfance. Confrontée de plein fouet à l'horreur de la guerre, l'insouciante jeune femme d'autrefois n'a désormais qu'un seul but : sauver Samuel.

Né en 1960 à Caen, Éric Le Nabour a commencé à écrire dès l'enfance et a publié son premier roman à l'âge de 19 ans. Diplômé et passionné d'Histoire, il est l'auteur de nombreux ouvrages historiques et de romans.

C'est par pur hasard que j'ai lu ce roman. Lors de mon passage à la médiathèque pour faire le plein de romans, je tombe, sur le présentoir des nouvelles acquisitions, sur ces deux billes vertes ! Ce visage d'enfant sur la couverture est captivant...Je prends le livre en main, le retourne et jette un coup d'œil à la quatrième de couv' : 2nde guerre mondiale, resistance, exode. Zou, je l'embarque !

Certes l'histoire est un peu cousue de fil blanc, les coincidences sont un peu grosses, mais qu'importe ! Je me suis attachée au personnage de Cécile. Une jeune femme insouciante et rebelle qui fuie toute responsabilité. Or, la guerre va l'obliger à grandir. Elle aurait pu, sur cette route de la campagne française, fuir en laissant en plan ce jeune garçon dont elle vient de faire un orphelin. Elle prend une autre décision, contre toutes attentes, elle entraine Samuel avec elle. Cette guerre va la rendre combative, engagée, elle assume !

Par le biais d'une de ses amies, elle rencontre Antoine qui cherche à construire un réseau pour resister à l'occupant. Le personnage d'Antoine est également très captivant. Bien entendu, une réelle attirance se fait vite ressentir entre ces deux personnages...

Alors oui, on pourrait qualifier ce roman de "roman de filles". Cependant, ça reste très bien écrit et addictif. Bref, j'ai passé un très bon moment avec ce livre.

 

Publié dans Lu - entendu...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
C'est vrai que la couverture est très attirante. Pour le challenge, ton choix d'un végétal dans le titre ou sur la couverture, ça va être difficile pour moi, il va certainement falloir que je trouve avec le titre, car je lis plutôt les éditions Gallimard, et là, les couvertures sont toutes les mêmes : nom de l'auteur et titre en rouge sur fond beige. Souvent avec un bandeau rouge (ça compte s'il y a un végétal sur le bandeau ?)
Répondre
L
Oui on va dire que ca compte le vegetal sur le bandeau rouge.