La baleine thébaïde

Publié le par lydiane

de Pierre RAUFAST.

Cette année, le prix littéraire inter CE est réactivé au boulot. Bien entendu, je me suis inscrite ! Ce qui est intéressant avec ce prix c'est qu'on lit des livres que l'on n'aurait jamais choisi de prime abord. on a parfois de belles surprises !

Le nom de PIerre RAUFAST ne me disait rien au départ. Mais j'ai appris que son 1er roman était  "La Fractale des raviolis", roman que j'avais repéré à sa sortie, mais que je n'ai pas encore eu l'occasion de lire. Monsieur RAUFAST a été étudiant à l'Ecole des Mines à Nancy et vit aujourd'hui à Clermont Ferrand.

Bon, la première chose que j'ai faite en ayant ce roman entre les main, ce fut d'ouvrir un dictionnaire. Thébaïde : Lieu isolé et sauvage, où l'on mène une vie austère, calme et solitaire.

La baleine thébaïde

4ème de couverture :

Fraîchement diplômé, Richeville, jeune homme timide et idéaliste embarque au nord de l'Alaska, sur l'Hirundo. Objectif : retrouver la fameuse "baleine 52" qui chante à une fréquence unique au monde. Mais l'équipage affrété par le sinistre Samaritano Institute a d'autres desseins. Au menu : le sinistre Dr Alvarez, un hacker moscovite, une start-up californienne, une jolie libraire et des cétacés solitaires, mutants ou électroniques qui entraînent Richeville dans un tourbillon d'aventures extraordinaires.

Richeville ne trouve pas sa place, ni dans sa famille, ni dans la société. Bardé de diplômes, il n'a aucune ambition. La finance, la politique, la haute administration, tout ce qui fait rêver ses camarades d'école ne l'intéressent nullement. Par pur hasard, il apprend qu'une expédition scientifique cherche un dernier membre pour partir à la recherche de la "Baleine thébaïde". Cette baleine est complétement isolée parce qu'elle émet sous une fréquence différente de ces congénères. Elle est donc condamnée à être seule. Cette histoire raisonne étrangement avec la vie de Richeville. Alors il se lance et contacte le recruteur.

On comprend vite que Richeville est LA bonne pioche pour servir de dindon de la farce. Et bien entendu, il ne voit rien venir ! Ensuite tout s'enchaine avec des rebondissement plus extravagants les uns que les autres.

J'avoue que l'histoire ne m'a pas particulièrement emballée. Par contre, l'écriture de Pierre RAUFAST est savoureuse.: un humour cynique qui m'a vraiment plu.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
1
La 4ème de couverture fait un peu fouillis! En te lisant je me suis dit "olàlà, qu'est-ce que c'est que cette histoire!" Et merci pour ce nouveau mot que tu m'as appris : thébaïde
Répondre