Ma reine

Publié le par lydiane

de Jean-Baptiste ANDREA.

J'ai eu l'occasion de lire ce roman dans le cadre du challenge inter CE.

Ma reine

4ème de couverture :

Vallée de l’'Asse. Provence. Été 1965. Il vit dans une station-service avec ses vieux parents. Les voitures qui passent sont rares. Shell ne va plus à l’'école. Il est différent. Un jour, il décide de partir. Pour aller à la guerre et prouver qu'’il est un homme. Mais sur le plateau qui surplombe la vallée, nulle guerre ne sévit. Seuls se déploient le silence et les odeurs du maquis. Et une fille, comme un souffle, qui apparaît devant lui. Avec elle, tout s’'invente et l'’impossible devient vrai. Il lui obéit comme on se jette du haut d’'une falaise. Par amour. Par jeu. Et désir d’'absolu. Ma reine est une ode à la liberté, à l’'imaginaire, à la différence. Jean-Baptiste Andrea y campe des personnages cabossés, ou plutôt des êtres en parfaite harmonie avec un monde où les valeurs sont inversées, et signe un conte initiatique tendre et fulgurant.

C'est l'histoire d'un garçon d'une douzaine d'années, qui est resté enfant dans sa tête. Après une énième bêtise, il surprend une conversation téléphonique de ses parents. Ces derniers ne se sentent plus les épaules assez solides pour s'occuper de lui et envisagent de le placer. Pour montrer qu'il n'est plus un enfant Shell (c'est le nom inscrit derrière son blouson) décide de partir à la guerre, après tout, la guerre, c'est ce que font les hommes. 

Notre fugueur qui avait pourtant bien organiser son départ, se retrouve vite paumé dans la nature, sans nourriture, sans protection. Il rencontre alors Viviane, une jeune parisienne en vacances dans le coin. Elle devient "sa reine" et lui apporte chaque jour à manger.

L'écriture porte à merveille l'histoire. Le livre se lit très vite : j'avais vraiment envie de connaitre la fin de ce roman. Pourtant, bizarrement, je n'ai pas été totalement convaincu, ni passionnée. Dommage, je suis un peu passée à côté, sans avoir réellement grand chose à reprocher à ce livre.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article