Déracinée

Publié le par lydiane

de Naomi NOVIK. 

J'ai eu le plaisir de recevoir ce roman grâce à la masse critique de Babelio.

Déracinée

4ème de couverture :

Pour les protéger des forces maléfiques du Bois, les habitants d'un village peuvent compter sur le Dragon, un puissant mage. Mais en échange, ils doivent lui fournir une jeune fille qui le servira pendant dix ans. L'heure du prochain choix approche et Agnieszka est persuadée que le Dragon optera pour Kasia, belle, gracieuse et courageuse, tout ce qu'elle n'est pas. Mais Agnieszka se trompe...

Le Dragon est un magicien qui vit dans une tour isolée. Son rôle est de lutter contre le Bois, une entité maléfique qui cherche à avaler la vallée et ses villages. Il semble sombre et mystérieux, mais les villageois lui vouent un veritable respect. En contrepartie de sa protection, ils lui sont complétement soumis. Au point de lui livrer, tous les 10ans, une jeune fille de 17 ans. Celle-ci retrouvera sa liberté après 10ans de vie commune. Le Dragon choisit toujours la jeune fille la plus talentueuse (la plus belle, la plus intelligente, la plus serviable…). Quand les jeunes femmes sortent de la tour, elles sont complétement différentes et fuient, toutes, sans exception, leur village d'origine. Que se passe-t-il réellement durant ces décennies, nul ne le sait...

Le roman s'ouvre justement sur la journée du Choix. Toutes les jeunes filles de 17 ans sont rassemblées et attendent la venue du Dragon. Elles savent d'avance que c'est Kasia qui va être choisie, mais contre toute attente, c'est sur Agnieszka que le Dragon jette son dévolu. Agnieszka se retrouve alors dans cette Tour, genre de grand manoir, où le Dragon va finalement tenter de lui apprendre la magie. 

Ce roman m'a évidemment rappelé l'histoire de La Belle et la Bête. Il y a des choses très réussies dans ce roman : le côté fantastique, la bataille contre le Bois, le personnage du Dragon qui m'a plu (avec un petit quelque chose de Thorn dans la Passe-Miroir). Mais je n'ai malgré tout pas été complétement séduite… Il y a clairement, de temps en temps, des longueurs dans ce roman. Le personnage d'Agnieszka n'est pas convaincant, un peu "cruche" sur les bords, je trouve que le roman ne développe pas assez son passage de nullité absolue en matière de magie à celui talentueuse innée. D'autre part, la romance a été un peu facile à mon goût (là encore la comparaison est rude avec la Passe-Miroir, où ce point là est traité avec tellement de finesse par Christelle Davos).

Publié dans Lu - entendu...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
1
en te lisant, j'ai tout de suite pensé à la passe-miroir
Répondre