La vie parfaite

Publié le par lydiane

de Silvia AVALLONE.

La vie parfaite

4ème de couverture : 

Le matin de Pâques, Adele quitte le quartier de Labriola et part accoucher, seule. Parce que l'avenir n'existe pas pour les jeunes nés comme elle du mauvais côté de la ville, parce qu'elle n'a que dix-huit ans et que le père est en prison, elle envisage d'abandonner son bébé. À une poignée de kilomètres, dans le centre de Bologne, le désir inassouvi d'enfant torture Dora jusqu'à l'obsession. Autour de ces deux femmes au seuil de choix cruciaux, gravitent les témoins de leur histoire. Et tous ces géants fragiles, ces losers magnifiques, cherchent un ailleurs, un lieu sûr, où l'on pourrait entrevoir la vie parfaite.
Avec un souffle prodigieux et une écriture incandescente, Silvia Avallone compose un roman poignant sur la maternité et la jeunesse italienne écartelée entre précarité et espoir.

On plonge avec ce roman dans une cité italienne, où misère sociale et affective règne. La description de l'auteur est parfaite. On est en plein au milieu des blocs, chaque habitant louche sur son voisin par la fenêtre, aucune intimité. Ca crie, ça se drogue, ça s'insulte. Les pères sont étrangement absents, ils se sont barrés ou sont en prison. Mais malgré l'exemple de leurs mères, les jeunes filles reproduisent les mêmes scénarios, sans s'en rendre compte.

Adèle ne croit pas à l'école, avec ou sans diplôme, ça ne changera rien de toute façon. Elle rêve d'une belle histoire d'amour avec Manuel. Mais lui rêve d'argent facile, il l'a laisse tomber, enceinte, pour intégrer la mafia locale. Bien évidemment ça finira mal, bien évidemment Manuel ira en prison et bien évidemment Adèle sera seule avec ce bébé qui grandit en elle et qu'elle n'a jamais désiré.

Elle ne voit pas, juste à côté d'elle, Zéno, ce garçon timide, intelligent, qui la regarde avec tendresse. Zéno, lui, a poursuivi ses études. Il fait la fierté de sa prof, Dora. Dora qui aide chaque jour ses élèves à s'épanouir mais dont le ventre reste vide. Cela fait 5ans qu'elle y pense nuit et jour à cet enfant qui ne vient pas. Elle essaie tout, sa vie est une succession de traitements médicaux et d'examens. Mais rien n'y fait...

Les personnages et "l'ambiance" sont très bien travaillés, malgré ça, je me suis un peu ennuyée à mi parcours… Mais l'auteur a réussi à capter mon attention dans la deuxième partie du roman, et j'ai dévoré la fin.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

1000N1 29/08/2019 22:30

En lisant ce que tu écris, j'ai l'impression qu'on devine un peu la fin, non?

lydiane 31/08/2019 07:34

Ah, ah, peut etre que oui, peut etre que non... ????