Les yeux de Sophie

Publié le par lydiane

de Jojo MOYES

Les yeux de Sophie

4ème de couverture : 

J'ai cru que c'était la fin du monde. J'ai cru que rien de bon ne pourrait plus m'arriver. Je ne mangeais plus, je ne sortais plus. Je ne voulais plus voir personne. Mais j'ai survécu. Contre toute attente, j'ai fini par surmonter l'insurmontable et, petit à petit, la vie m'a paru vivable. »
Paris, 1916. Sophie Lefèvre doit prendre soin de sa famille alors que son mari part pour le front. Quand la ville tombe entre les mains de l'armée allemande, au milieu de la Première Guerre mondiale, Sophie est contrainte de faire le service tous les soirs à l'hôtel où réside la Wehrmacht. À l'instant où le nouveau commandant découvre le portrait qu'Édouard a fait de sa femme, cette image l'obsède. Une dangereuse obsession qui menace la réputation, la famille et la vie de Sophie, et va la conduire à prendre une terrible décision.
Un siècle plus tard, à Londres, Liv Halston reçoit ce portrait en cadeau de la part de son mari avant de recueillir son dernier soupir. Sa vie est bouleversée de plus belle lorsqu'une rencontre fortuite lui permet de découvrir la véritable histoire de ce tableau.

Les hommes viennent d'être mobilisés pour la 1ère guerre mondiale. Edouard, le mari de Sophie, est parti, la laissant seule dans un village du Nord. Sophie, aidée de sa sœur Hélène et de leur jeune frère font leur possible pour maintenir à flot leur Hôtel/restaurant. Jusqu'au jour où les allemands choisissent leur restaurant pour tous leur diners. Bien entendu, Sophie ne veut pas de l'ennemi dans son établissement, mais elle a guère le choix...

Tous les habitants la regardent de travers depuis que les allemands sont devenus des habitués de son restaurant. Mais c'est aussi la chance de ne plus souffrir du rationnement et de détourner un peu de nourriture pour les français.

Le commandant allemand, féru d'art, apprécie les tableaux d'Edouard qui couvrent les murs du restaurant. En particulier "les yeux de Sophie", un tableau où Edouard a représenté sa femme. Les discussions que Sophie a avec le commandant sur la peinture risque de lui couter cher...

Pour la suite du roman, le lecteur fait un saut dans le temps et se retrouve en 2006 à Londres au côté de Liv. Son mari est décédé brutalement il y a 4 ans. Liv, jeune trentenaire, n'a jamais réussi à s'en remettre. Son mari, architecte connu, leur a construit une magnifique maison. Malheureusement, les petits salaires de Liv ne lui permettent pas d'entretenir une telle maison. Malgré tout, elle ne peut se résoudre à la vendre.

C'est alors que Liv fait la rencontre de Paul. C'est la première fois qu'elle voit un peu de lumière au bout du tunnel, à nouveau un peu de joie dans sa vie. Paul est enquêteur, mais un enquêteur un peu spécial. Il est embauché par des héritiers souhaitant retrouver des oeuvres d'art qui ont été volées par les nazis pendant la seconde guerre mondiale. 

Un soir, Liv invite Paul dans sa chambre. Stupéfait, il se retrouve alors face "aux yeux de Sophie". Voyant son regard vers le tableau, Liv lui explique que son mari lui a offert durant leur voyage de noces. Evidemment, Paul a été mandaté pour retrouver ce tableau… 

Quel a été le parcours de ce tableau entre la 1ère guerre mondiale et 2006 ? Quel a été le destin de ses différents propriétaire. Bref, on suit une enquête bien particulière dans ce roman. Il y est question d'amour, de passion, de sacrifice et de douleur.

Ce roman avait vraiment tous les ingrédients pour me passionner. Mais ce ne fut malheureusement pas un coup de cœur. J'ai passé un bon moment de lecture quand même ! Je ne sais pas ce qui m'a manqué...je ne me suis peut être pas assez attaché aux personnages.

Publié dans Lu - entendu...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Bernadette 04/10/2019 11:38

En lisant la quatrième de couverture, je ne m'attendais pas à ce que tu écris ensuite. Peut-être que toi aussi tu attendais autre chose, donc la raison pour laquelle ça n'a pas été un coup de coeur.

Samarian 02/10/2019 20:56

Oh ça fait longtemps que je n'ai pas lu un Jojo Moyes, ça me fait envie tient !