Félines

Publié le par lydiane

De Stéphane SERVANT

Félines

4ème de couverture :

Personne ne sait exactement comment ça a commencé. Ni où ni quand d'ailleurs. Louise pas plus que les autres. Ce qui est sûr, c'est quand les premiers cas sont apparus, personne n'était prêt et ça a été la panique. Des adolescentes qui changeaient d'un coup. Des filles dont la peau se recouvrait de... dont les sens étaient plus... et les capacités... Inimaginable... Cela n'a pas plu à tout le monde. Oh non ! C'est alors qu'elles ont dû se révolter, être des Félines fières et ne rien lâcher ! Après Sirius (prix Sorcières 2018), Stéphane Servant revient avec un roman coup de poing.

J'ai repéré ce roman dans un top 10 d'une blogeuse, et vu la note de 4.47/5 qu'il affiche sur Babelio, je l'ai emprunté à la bibliothèque. Quel meilleur jour que la Journée de la Femme pour vous parler de ce roman. 

Dans le lycée de Louise, il y a cette fille un peu bizarre, un peu a l'ecart. Lors du cours de natation, tout le monde l'attend, mais elle est visiblvisiblement restée dans les vestiaires.  Louise va la chercher. Elle découvre alors la fille...couverte de poils des pieds à la tête ! Un pelage semblable à celui d'un chat. A l'heure des réseaux sociaux, une photo volée de cette "fille chat" fera de sa vie en enfer. Elle n'y verra pas d'autre issue que la mort.

Mais déjà d'autres cas de filles chats font surface dans un autre pays, et petit à petit, c'est une vraie épidémie. Seules les jeunes adolescentes sont concernées. Un vrai climat de peur s'installe, les filles chats sont traquées, parquées, pour eviter, soit disant, la contagion.

Mais on ne connaît rien de ce virus, de sa propagation. Les "filles chats" deviennent des parias, on les exclut, on les insulte. Si elles sont ce qu'elles sont, c'est bien qu'elles ont commis un pêché. 

Louise, qui a elle même vu un pelage recouvrir tout son corps, ne comprend pas ce qui lui arrive et n'accepte pas cette stigmatisation. Elle n'a rien fait de mal, pourquoi devrait-elle être enfermée ? Elle revendique sa liberté et son droit au respect. Elle devient, malgré elle, la porte parole des Felines. Mais comme dans tout mouvement de revolte, il y a les pacifistes et ceux qui emploient des méthodes plus fortes pour faire entendre leur voix. 

Il y a dans ce roman des thèmes importants d'abordés : l'exclusion des "differents" (le passage sur l'enfermement m'a fait penser au Vel d'hiv), l'individualisme, la force d'assumer sa singularité, les mouvements de defence des libertés. Ce roman se veut feministe et se destine à un public d'adolescentes. Personnellement, je n'ai pas totalement accroché... Le côté fiction ne m'a pas convaincu. Je n'ai pas reussi à m'interesser pleinement aux personnages. Dommage...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Bernadette 08/03/2020 19:30

Je tiens rarement cas des notes attribuées par les autres lecteurs car je sais que je n'ai pas le même genre de lectures que la majorité des gens.