Ma cousine Rachel

Publié le par lydiane

de Daphné du Maurier.

J'avais adoré Rebecca. J'ai eu envie de me replonger dans l'ambiance si particulière que Daphné Du Maurier sait créer.

Ma cousine Rachel

4ème de couverture :

Philip, sans la connaître, déteste cette femme que son cousin Ambroise, avec lequel il a toujours vécu étroitement uni dans leur beau domaine de Cornouailles, a épousée soudainement pendant un séjour en Italie.
Quand Ambroise lui écrira qu'il soupçonne sa femme de vouloir l'empoisonner, Philip le croira d'emblée. Ambroise mort, il jure de le venger.
Sa cousine, cependant, n'a rien de la femme qu'imagine Philip. Il ne tarde pas à s'éprendre d'elle, à bâtir follement un plan d'avenir pour finir par buter sur une réalité de cauchemar.

A la mort de ses parents, le jeune Philip a été recueilli par son cousin Ambroise, dans son domaine des Cornouailles. Ambroise, célibataire endurci, sans enfant, fait de Philip son héritier. Depuis quelques années, Ambroise souffre de rhumatismes. Il quitte chaque hiver la campagne anglaise pour un climat plus clément. Il partira cette année pour l'Italie, laissant à Philip la gestion du domaine.

C'est via les lettres que s'envoient les deux hommes, que Philip apprend la rencontre de son cousin aves une jeune veuve, Rachel. Très rapidement, Ambroise l'épouse. Cela surprend Philip, qui l'a toujours entendu affirmer que l'on pouvait très bien se passer des femmes. Alors, quand les lettres d'Ambroise deviennent "étranges", quand il semble être en danger, prisonnier, Philip n'hésite pas. Il prend la route pour l'Italie. Il arrivera à Florence pour apprendre la mort d'Ambroise et le départ précipité de Rachel suite au décès soudain de son second mari.

Il rentrera en Angleterre effondré, mais également en colère et plein de rancoeur envers cette Rachel. Or, cette dernière se présente quelques jours plus tard au domaine pour rapporter les affaires personnelles d'Ambroise. 

J'ai retrouvé dans ce roman cette ambiance tendue, ambiguë que j'avais découvert dans Rebecca. Le cadre est merveilleusement bien décrit, cette campagne anglaise à l'époque victorienne : la brume, les promenades à cheval dans la lande... Et la tension qui monte petit à petit. Qui est cette Rachel ? Une veuve noire ? Est-elle manipulée par plus fort qu'elle ? Fait-elle preuve simplement de malchance ? 

Madame Du Maurier prend un malin plaisir à "balader" son lecteur. Par contre, j'avoue avoir eu un "problème" avec le personnage de Philip. Mais qu'il est naïf ! Ok, il a grandi avec son cousin sans figure féminine dans son entourage, mais quand même ! Je l'aurais bien secoué deux, trois fois pour lui ouvrir les yeux. Malgré ça, se fut une très belle lecture.

 

Publié dans Lu - entendu...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
ll n'y a pas un film tiré de ce livre? ca me dit quelque chose
Répondre
B
Je voulais le lire celui-là. Tu l'as chez toi ou c'est de la médiathèque ?
Répondre
L
C'est à la médiathèque