Lignes de faille

Publié le par lydiane

De Nancy HUSTON.

Oui, ce n'est pas serieux...nous sommes en avril et je ne vous ai pas encore parlé du Family Challenge de cette année ! Alors c'est parti, comme chaque fois, 2 règles édictées par chacune : ma petite maman, mes 2 p'tites sœurs (Number One, Number Two) et moi-même :

- un livre sorti l'année de nos 20ans

- un livre dont l'intrigue se déroule sur plusieurs générations

- un livre dont le héros est un enfant

- un livre qui se passe dans un pays que l'on veut visiter

- un livre avec une relation mère/enfant

- un livre qui a un nom propre dans le titre

- un documentaire

- un livre dont l'auteur a le même prénom qu'une personne de la famille

J'ai lu le roman se Nancy HUSTON dans le cadre de ce challenge : "un livre dont l'intrigue se déroule sur plusieurs générations."

Lignes de faille

4ème de couverture :

Entre un jeune Californien du XXIe siècle et une fillette allemande des années 1940, rien de commun si ce n'est le sang. Pourtant, de l'arrière-grand-mère au petit garçon, chaque génération subit les séismes politiques ou intimes déclenchés par la génération précédente. Monstrueuses ou drôles, attachantes ou désespérées, les voix de Sol, Randall, Sadie et Kristina - des enfants de six ans dont chacun est le parent du précédent - racontent, au cours d'une marche à rebours vertigineuse, la violence du monde qui est le nôtre, de San Francisco à Munich, de Haïfa à Toronto et New York.
Quel que soit le dieu vers lequel on se tourne, quelle que soit l'époque où l'on vit, l'homme a toujours le dernier mot, et avec lui la barbarie. C'est contre elle pourtant que s'élève ce roman éblouissant où, avec amour, avec rage, Nancy Huston célèbre la mémoire, la fidélité, la résistance et la musique comme alternatives au mensonge.

Quand on commence la lecture de ce roman, on découvre un narrateur de 6ans, Sol. Il vit au Canada et nous raconte sa vie au quotidien. C'est un enfant-roi, sa mère le surprotège et le place sur un piédestal. Son père, quant à lui, est plutôt absent. Sol nous raconte comment il gruge sa mère pour se balader sur des sites internet ultra violents. J'avoue ce début de roman ne m'emballait pas beaucoup, ce petit garçon m'était, en fait, plutôt antipathique. 

En débutant le chapitre suivant, on fait un saut dans le passé. Le narrateur est toujours un petite garçon de 6 ans, mais il s'agit, cette fois-ci, du père de Sol. Sa mère, il ne la voit pas beaucoup. Elle parcourt le monde pour ses recherches historiques, et va entrainer sa famille avec elle, obligeant ce petit garçon a déménagé en Israël.

La chapitre suivant nous est conté par une petite fille de 6ans, la grand-mère de Sol, Sadie. Et enfin le dernier chapitre nous entraine en 1945 avec Erra, l'arrière-grand-mère de Sol.

Ce qui est fascinant dans ce roman, c'est sa construction. Au fil des chapitres, on découvre cette filiation. Le voile se lève petit à petit, pour nous révéler ce secret de famille qui empoisonne les relations futures, de générations en générations. J'ai aimé voir se dessiner, tout le long du récit, l'histoire d'Erra et comprendre, au final, le comportement de chaque personnage. Un très beau roman.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Sarah 18/04/2021 17:20

Ça a l'air très sympa comme livre

1000N1 06/04/2021 16:07

tu as trouvé le livre parfait pour ce theme