Au bonheur des filles

Publié le par lydiane

d'Elizabeth GILBERT

Au bonheur des filles

4ème de couverture :

New York est une fête!
Du haut de ses 19 ans, Vivian sait déjà qu’elle ne veut pas du destin tout tracé par ses parents. Mais de sa bulle protégée, elle est loin de s’imaginer le tourbillon incroyable qu’est New York au début des années 1940. Alors, quand après un énième échec scolaire elle est envoyée chez sa tante Peg qui possède un théâtre en plein Times Square, Vivian n’en croit pas ses yeux. Entre la ville qui vibre sans cesse et la troupe d’artistes et de danseuses qui cohabitent joyeusement dans le théâtre, Vivian découvre l’exubérance, la fête et la liberté. Surtout auprès de sa nouvelle amie Celia, une sublime showgirl très émancipée pour l’époque… Mais un faux pas lors d’une virée nocturne fera hélas chavirer le nouveau monde de Vivian et la renverra à la case départ.
Quand on a goûté au bonheur d’être une fille libre, peut-on y renoncer ?

 

Ce roman est en fait une longue, très longue lettre, plus de 400 pages quand même ! Une jeune femme Angela a écrit à Vivian pour lui apprendre le décès de son père. Elle ose alors lui demander quel a été son rôle dans la vie de son père. C'est à cette demande que Vivian répond. Elle raconte sa vie, quand ses parents décident de se "débarrasser" d'elle et l'envoient chez sa tante Peg. Peg vit dans une grande maison où elle accueille tous un tas d'artistes qui se produisent dans son théâtre. On travaille un peu, mais surtout, on fait la fête. Vivian qui a été élevée dans un monde strict, découvre la liberté totale. Elle va en profiter, peut être même un peu trop...elle se laisse complétement griser et vit une vie d'excès.

J'avoue que j'ai eu du mal à accrocher avec le personnage de Vivian. Je la trouvais complétement irresponsable, et j'ai eu envie, une paire de fois, de lui dire "putain mais arrête de faire n'importe quoi !". Donc, pendant une grosse partie du roman, je n'étais pas convaincu, mais la dernière partie m'a plus plu et je suis bien contente d'être allée au bout.

Publié dans Lu - entendu...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
J'ai l'impression que tu as souvent du mal avec les personnages de roman qui font un peu n'importe quoi. Tu as eu une éducation tracée dans le droit chemin.
Répondre