Etés anglais

Publié le par lydiane

de Elizabeth Jane HOWARD. Il s'agit du 1er tome de la saga des Cazalet

Etés anglais

4ème de couverture :

Juillet 1937. À Home Place, au cœur du Sussex, jardiniers, femmes de chambre et cuisinière sont sur le pont. La Duche orchestre le ballet des domestiques avant l’arrivée de ses trois fils, Hugh, Edward et Rupert Cazalet, en chemin depuis Londres avec épouses, enfants et gouvernantes. Où dormira Clary, adolescente mal dans sa peau en plein conflit avec sa belle-mère ? Quelle robe portera Villy, ancienne ballerine désormais mère au foyer ? Polly, terrorisée à l’idée qu’une guerre éclate, s’entendra-t-elle avec sa cousine Louise qui rêve de devenir actrice ? Rachel, la seule fille de la Duche, trouvera-t-elle un moment pour ouvrir la précieuse lettre de son amie Sid ?
Non-dits, chamailleries, profonds chagrins… Aux préoccupations des adultes font écho les inquiétudes des enfants, et à la résilience des femmes, qu’elles soient épouses, fillettes ou domestiques, répond la toute-puissance – ou l’impuissance – des hommes. L’été regorge d’incertitudes mais, sans l’ombre d’un doute, une nouvelle guerre approche : entre pique-niques sur la plage et soirées auprès du gramophone, il faudra inventorier lits de camp et masques à gaz.

Je me suis lancée dans ce roman en y espérant un petit goût de Downtown Abbey. En effet, on se retrouve au sein d'une grande maison bourgeoise. Pendant l'été, la famille Cazalet se réunit au grand complet : M et Mme Cazalet accueillent, au coeur de la campagne anglaise, leurs 4 enfants et petits-enfants. M Cazalet était à la tête d'une entreprise de bois, il a depuis lors laisser la place à deux de ses fils : Hugh, qui est revenu blessé de la 1ère guerre mondiale et qui reste hanté par ce conflit, et Edward, vrai maitre en affaires. Leur 3ème fils, Ruppert, est un artiste peintre, veuf, il s'est remarié avec Zoé, une jeune femme égoïste et capricieuse. Enfin, leur fille, Rachel qui est restée célibataire.

On suit tout ce petit monde durant l'été 1937 et 1938. J'avoue que j'ai trouvé ce récit très lonnnnngggg.... Il y a une multitude de personnages, difficile de se souvenir qui est l'enfant de qui (heureusement l'arbre généalogique en début d'ouvrage peut aider). J'ai trouvé qu'il ne se passait pas grand chose, et j'ai, en plus, eu du mal à m'attacher aux personnages. Mais je suis tout de même allée au bout du roman, et j'avoue que le dernier quart a réveiller mon intérêt : sous la façade lisse, on commence à apercevoir des éléments dérangeants (la place des femmes, la vie de couple, les secrets, le pouvoir...).

J'étais persuadée que je ne lirai pas le 2nd tome, mais finalement... le début de la seconde guerre mondiale va peut être accelérer le rythme, ce premier tome permettait peut-être de simplement "planter le décors" ?

Publié dans Lu - entendu...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Je voyais toujours cette saga bien classée dans le classement de L'Express. Mais je me disais toujours, peut-être plus une lecture pour ados.
Répondre