Les derniers jours de Rabbit Hayes

Publié le par lydiane

de Anna McPartlin.

Après mon coup de cœur pour "Du coté du bonheur", lu durant cet été, j'ai décidé de découvrir un autre roman de cet auteur. "Les derniers jours de Rabbit Hayes" a été son premier roman publié en français. Elle en a écrit une suite qui a été publiée ce printemps. J'ai réservé ce livre fin septembre à la bibliothèque, mais aujourd'hui, l'avoir entre les mains et le lire à une saveur toute particulière pour moi...

Les derniers jours de Rabbit Hayes

4ème de couverture :

Quand Mia, surnommée affectueusement Rabbit, entre en maison de repos, elle n'a plus que neuf jours à vivre.
Tous ses proches sont présents à ses côtés pour la soutenir. Jack et Molly, ses parents, incapables de dire adieu à leur enfant, Davey et Grace, son frère et sa soeur, qui la considèrent toujours comme la petite dernière de la famille, Juliet, sa fille de 12 ans qu'elle élève seule, et enfin Marjorie, sa meilleure amie et confidente. Au fur et à mesure que les jours passent et que l'espoir de la sauver s'amenuise, sa famille et ses amis sont amenés à s'interroger sur leur vie et la manière dont ils vont continuer sans celle qui leur apporte tant.
Car, si Rabbit a elle-même perdu la bataille, celle-ci ne fait que commencer pour son entourage.
Anna McPartlin nous fait partager ces neuf journées si spéciales dans la vie de Rabbit et de ses proches. Mélancolique et drolatique à la fois, Les Derniers Jours de Rabbit Hayes nous entraîne dans un voyage émotionnel intense. À travers une galerie de personnages touchants, ce récit sur le deuil déborde d'un optimisme rare et nous rappelle que, quelles que soient les circonstances, il y a toujours de la lumière au bout du tunnel.

Le roman commence lorsque Molly amène sa fille, Rabbit, dans une maison de soins palliatifs. Rabbit, 40ans, a fait une rechute de son cancer du sein. Celui-ci s'est généralisé, et a attaqué, petit à petit, tous ses organes. La médecine n'a plus de solution...

Tout au long de ce roman, le narrateur va régulièrement changer. Le lecteur va suivre les sentiments et le cheminement de plusieurs personnages. Il y a d'abord les parents de Rabbit : Molly et Jack (j'ai eu un coup de coeur pour Molly, cette femme prête à toujours tout surmonter, est aujourd'hui bien démunie. Ses réflexions sont à l'origine de presque tous les sourires que ce livre m'a procuré). Il y a la grande soeur de Rabbit : Grace. Grace est forte, avec l'appui de son mari, elle gère d'une main de maitre sa famille composée de 4 garçons. Mais là, elle péte les plombs ! Il y a Davey, le grand frère de Rabbit, un éternel adolescent qui vit de l'autre côté de l'océan. L'état de sa petite soeur va l'obliger à grandir d'un coup. Et il y a bien entendu Juliet, la fille de Rabbit, la seule à qui personne n'a expliqué la situation, la seule qui s'entête à faire des projets pour la semaine prochaine, quand sa mère sera rentrée à la maison.

Le lecteur partage aussi les pensées de Rabbit. Ses longues périodes de sommeil, choutée par les médicaments, la ramène dans son enfance et son adolescence.

Dans ce roman, il y a de la colère et du déni, mais il y a aussi de l'amour et du soutien familial. J'ai aimé ce roman, même si bien sûr ce n'est qu'une histoire, dans la vraie vie, ce n'est pas aussi acceptable.

Publié dans Lu - entendu...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Eh oui ça nous ramène à repenser à tout ce qu'on a vécu ou pensé ces temps derniers.
Répondre