L'année de grace

Publié le par lydiane

de Kim LIGGETT

L'année de grace

4ème de couverture :

Celles qui survivront ne seront plus jamais les mêmes.
« Personne ne parle de l’année de grâce. C’est interdit.
Nous aurions soi-disant le pouvoir d’attirer les hommes et de rendre les épouses folles de jalousie. Notre peau dégagerait l’essence pure de la jeune fille, de la femme en devenir. C’est pourquoi nous sommes bannies l’année de nos seize ans : notre magie doit se dissiper dans la nature afin que nous puissions réintégrer la communauté.
Pourtant, je ne me sens pas magique. Ni puissante. »
Un an d’exil en forêt.
Un an d’épreuves.
On ne revient pas indemne de l’année de grâce.
Si on en revient.

Ce roman m'a fait penser à deux autres dystopies : "La servante écarlate" que j'ai lu récemment et "Hunger Game" dont j'ai vu l'adaptation au cinéma. Dans cette histoire, Tierney a 16 ans. Elle vit dans une société où les femmes n'ont aucun pouvoir. Le seul objectif pour les jeunes filles est de trouver un mari, mais avant cela elles doivent passer un an en isolement pour revenir pures de toute cette magie qui les salie. Les jeunes filles sont toutes en compétition, elles ciblent toutes les meilleurs partis.

Mais Tierney, elle, ne rêve absolument pas de devenir une gentille épouse. Elle ne veut pas se marier, souhaite rester "indépendante" autant que pourra l'être une femme célibataire, travailleuse, dans cette société. Elle ne croit pas une minute à "ce mal" qui est sensé gangréner les femmes. Mais elle sait trop ce que risque les femmes qui osent mettre en doute la parole des dirigeants. Existe-t-il vraiment des femmes qui ne sont pas d'accord et qui s'organisent ? Difficile à dire...

Tierney est donc emmenée dans ce campement en pleine forêt, pour un an. On pourrait s'attendre à une entraide entre toutes ces jeunes filles, mais c'est loin d'être le cas. L'ambiance est pesante, angoissante. Il se passe des choses étranges ici...

J'ai beaucoup aimé cette lecture, qui amène à se poser des questions. Comme dans les autres dystopies que j'ai pu découvrir c'est toujours inquiétant de s'imaginer, comment des peuples peuvent se laisser berner, embrigader, et devenir, eux mêmes, les tyrans de leurs propres voisins.

 

Publié dans Lu - entendu...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article