Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des gens très bien

Publié le par lydiane

Quand je me suis rendue à la médiathèque, le mois dernier, j'ai complétement oublié mon p'tit carnet où je note scrupuleusement les livres que je veux lire. Du coup, je me suis orientée vers des valeurs sûres : des auteurs que j'apprécie. Ca a donc été l'occasion de prendre un roman d'Alexandre JARDIN. Ca fait tellement longtemps que je n'ai pas ouvert l'un de ses livres ! J'ai opté pour "Des gens très bien" : roman qui est sorti depuis quelques temps déjà. Qui parle, comme beaucoup de ses livres de sa famille, mais d'un ton plus serieux à priori.

 

4ème de couverture :

Tandis que mon père s'endort peu à peu contre moi, je lui parle une dernière fois : Plus tard, tu ne pourras pas vivre avec le secret des Jardin. Il te tuera... Tu feras un livre, Le Nain Jaune, pour le camoufler. Au même âge que toi, j'en ferai un, Des gens très bien, pour l'exposer. Et je vivrai la dernière partie de ta vie... La mienne. Dors mon petit papa, dors... Ce livre aurait pu s'appeler « fini de rire ». C'est le carnet de bord de ma lente lucidité. A. J.

 

C'est sur, c'est très différent des ces romans habituels. On ne se croit pas dans un autre monde, ce n'est pas loufoque...mais c'est tout de même très bien. Oh, que oui, même dans ce style, j'aime Alexandre JARDIN. J'imagine la difficulté qu'il y a à écrire un tel livre. Je pensais à M. JARDIN devant son ordinateur : "Allez j'attaque ce chapitre", se lancer, trouver les mots, oser ! Ce roman pose des questions importantes : comment construire son futur en ayant honte de ses parents/grand-parents ? Pourquoi se sent-on coupable des agissements de ses ancêtres ? Peut-on aimer un parent tout en condamnant ses actes ?

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Petite balade

Publié le par lydiane

Par ce beau temps, nous sommes allés découvrir le jardin botanique de Metz. Dans ce parc de 4.4 hectares, il y en a pour tous les goûts : l’arboretum avec les ginkgos, les séquoias et le cyprès chauve tous centenaires ; la roseraie, le jardin de senteur, la collection de graminées et les plates-bandes de vivaces. Il y a également des serres qui rassemblent orchidées, cactées et palmiers, mais nous ne les avons pas visitées.

 

Non, ce qui a eu la préférence de Monsieur Bébé, c'est le coin des canards, cignes et autres animaux à plumes, et bien évidemment...les aires de jeux ! Par ce beau temps, royaume des enfants, ça courait dans tous les sens. Monsieur bébé, loin d'être sauvage, s'est joint à tout ce petit monde. Mais il m'a encore une fois démontré son sale petit caractère : Vas y que je pousse la fille qui va pas assez vite pour descendre le tobogan, que j'envoie du sable sur les autres enfants, que je piquent leurs jouets bien évidemment, que je les tape ou leur file des coups de pieds (au choix) quand ils ne veulent pas jouer avec moi, ou que je me tire en rigolant comme une baleine parce que ma mère me coure après... Vous l'aurez compris, il s'est bien amusé !

 

P1060637.JPGP1060644.JPG

 

P1060640.JPGP1060639.JPG

 

P1060642.JPG

Publié dans Notre petite vie...

Partager cet article
Repost0

Le plus petit baiser jamais recensé

Publié le par lydiane

Le nouveau roman de Mathias Malzieu... j'ai sauté dessus à la médiathèque. Avec Malzieu, on est sur de s'évader, de passer un bon moment dans un monde etraordianaire à la Tim Burton. En plus, avec un titre comme celui-là, on ne peut que craquer !

 

C'est un roman mi-policier, mi-merveilleux. Une belle histoire d'amour dans laquelle on retrouve le hero de "La mécanique du coeur", qui tombe follement amoureux d'une fille qui disparait quand on l'embrasse. S'en suit une poétique enquete pour retrouver cette fille invisible...pas facile ! C'est doux, c'est bien écrit...j'ai adoré !

 

Si je n'est pas réussi à vous convaincre, voici la dernière phrase de la 4ème de couverture : "Comme si Amélie Poulain dansait le rock’n'roll et croisait le Petit Prince avec un verre de whisky." C'est tout à fait ça !

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Dieu surfe au pays basque

Publié le par lydiane

Quand j'ai découvert ce titre sur un forum, je n'ai pas accroché. Je m'imaginais un livre loufoque, où il serait question de feria, de surfe, de taureau...enfin tous les clichés que l'on peut avoir sur le pays basque quand, comme moi, on ne connait pas la region.

 

Et puis, j'ai découvert la signification de ce titre. Y a des moments dans la vie où on se dit que Dieu en a eu la claque de son job : veiller sur nous pauvres terriens, faire reigner l'amour, la paix, la justice. Oui, il y a des moments où il n'y a pas d'autres explication, il a du faire une p'tite pause, partir en vacances, aller surfer au pays basque... En tout cas, c'est ce que pense Harold COBERT dans son livre.

Avis partagé.

Livre acheté !

 

Il trone dans ma bilibothèque depuis quelques temps déjà, mais la semaine dernière se fut le moment de se plonger dans cette lecture. Monsieur bébé dormait à poings fermés, Monsieur mon Homme était au boulot, alors cooconée dans mon gros gilet gris, je me suis installée dans mon fauteuil, au coin de ma bibliothèque, une tasse de thé brulant à la mirabelle à portée de main, et me suis plongée dans ces lignes.

Je l'ai lu d'une traite.

 

C'est l'histoire de cet homme qui est fou d'amour pour sa femme. Cette femme qui a eu une vie pas facile avant leur rencontre : elle avait un mari qui lui a lancé un laconique "je ne t'aime plus", alors qu'ils venaient d'enterrer leur premier enfant, mort né. Mais elle s'est reconstruite, à retrouvé l'amour et est à nouveau enceinte... cette fois c'est une fausse-couche qui arrétera son rêve. A travers les pages de ce roman, on découvre la colère de cet homme, sa souffrance mais aussi sa fierté envers la femme de sa vie, qui fait preuve de tant de force. On préférerait tellement ignorer la veritable force que l'on a en soit, ne jamais avoir à aller y puiser...

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Les puzzles

Publié le par lydiane

Jusqu'à il y a encore peu, Mon Pirate trouvait les puzzles amusant parce que y avait plein de pièces qu'il pouvait balancer partout ! Mais depuis quelques semaines, il y a un réel progrès ! Il a commencé à refaire son puzzle : pièces à emboiter avec le dessin sur la pièce + sur le puzzle pour bien repérer où elle va. En 2, 3 jours, il a maitrisé complétement la chose. Il est ensuite passé à son puzzle toujours avec des pièces à emboiter, mais plus de dessin sur le support...tu te débrouilles pour savoir où ça va. Et là aussi, en à peine 2jours, il savait le faire sans problèem. Plus que c'est progrès, c'est la vitesse à laquelle ils se font qui m'épate.

 

P1060633.JPG

 

Du coup, aujourd'hui, journée shooping (la pluie m'a fait renoncer au livre sur la place...) et je suis allée chez "Les coccinelles". C'est une jolie boutique de jouets de Pont à Mousson. On y trouve des jeux éducatifs, des beaux jouets en bois, des livres et de la déco toute mimi pour les chambres d'enfants. Je voulais trouver un vrai puzzle pour commencer à habituer Monsieur Bébél à l'étape d'après. J'ai donc opté pour un coffret avec 3 puzzles, le 1er à 4pièces, le 2nd, 6 et le dernier 9. Je lui ai montré comment ça fonctionnait avec le puzzle de 4 pièces, il s'amuse à faire "Wou wou" quand il est monté puis à le demonter, pour linstant ça s'arréte là... 

 

P1060636.JPG

Partager cet article
Repost0

Le passager

Publié le par lydiane

de Jean-Christophe GRANGE.

 

Cet auteur est loin de mettre inconnu. J'ai déjà lu plusieurs de ses romans et vu leurs adaptations cinématographiques (le vol des cigognes, le concile de pierre, l'empire des loups, les rivières pourpres...). J'avais vu Grangé dans une emission lors de la sortie de son nouveau roman "Le passager", et je mettais dans un coin de la tête de le lire un jour. Alors moi qui cherchais des "pavés" pour ces vacances, je me suis souvenue de ce roman.

 

J'ai été captivée, je l'ai dévoré. Mais quand j'ai fermé le livre, je me suis dis "c'est quand même n'importe quoi, jamais ça n'arriverait dans la vrai vie". Et alors ? Après tout, qui n'a jamais été voir au ciné un film d'action où le heros fait une course poursuite en voiture, saute entre des immeubles, survit à une explosion, évidemment "c'est du ciné", mais ça marche, on s'évade, on est "à fond dedans". C'est un peu la même chose avec ce roman.

 

C'est l'histoire d'un meurtre, un peu particulier c'est à dire mis en scène de façon mythologique, et de l'inspectrice qui va travailler sur ce dossier. C'est l'histoire d'un gars qui se trouve mêlé à cette histoire,de loin d'abord, puis qui en devient le principal suspect à mesure qu'il change d'identité. Oui, ce mec fait ce qu'on appelle des "fugues psychologiques" (enfin je ne sais pas si ça existe pour de vrai, Mme la psychologue, un avis ?). Il perd la mémoire et petit à petit la retrouve, sauf qu'en fait pas du tout, il s'invente une nouvelle personnalité, mais lui y croit dur comme fer. Bref, un vrai thriller, truffé de rebondissements. 

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Ronde de nuit

Publié le par lydiane

de Sarah WATERS

 

C'est la couverture qui a attiré mon regard : cette jolie jeune femme style année 50. La quatrième de couverture a fini de me convaincre, je suis sortie de la médiathèque, le roman de Sarah WATERS sous le bras.

 

4ème de couverture :

Londres, 1947. Quel fantôme du passé hante Helen qui subit, désemparée, le lent délitement de sa liaison interdite avec Julia, une jeune auteur à succès rencontrée pendant la guerre ? Pour quelles raisons Kay, une ancienne héroïne du Blitz, erre-t-elle désormais, inconsolable, dans les rues de la ville ? Pourquoi Viv, une jeune femme douce et glamour, ne parvient-elle pas à quitter son amant, un ancien soldat marié et père de famille ? Quel secret cache Duncan, l'intrigant petit frère de Viv, en se réfugiant dans le monde de l'enfance et en refusant tout échange avec l'extérieur ? Remontant le cours des vies de ces quatre personnages jusqu'aux terribles mois du Blitz, Sarah Waters distille peu à peu les événements et les sentiments qui unissent Kay, Helen, Viv et Duncan, eux que rien ne semble devoir lier dans ce triste Londres d'après-guerre, si ce n'est la difficulté à surmonter le souvenir des privations et des souffrances endurées. Ce faisant, elle plonge le lecteur dans un jeu de piste palpitant aux multiples rebondissements, car la guerre semble avoir façonné d'étranges alliances...

Ce roman est divisé en 3parties : après la guerre, pendant la guerre et avant la guerre...on remonte le temps. On peut penser que l'auteur a choisi la facilité avec cet ordre non chronologique, mais au moins ça evite les romans où on tourne en rond autour du secret, on en dit un peu, mais pas trop, pour tout dévoiler à la fin. Ici ça se justifie : on commence par la fin, la situation actuelle, puis on change d'epoque et on découvre pourquoi on en est arrivé là. Alors, oui c'est sur, c'est plus facile, mais ça marche, ça captive le lecteur, et c'est bien ça le principal ! Lintrigue et bonne, les personnages attachants (j'ai surtout aimé Kay... qu'elle belle histoire d'amour!). J'ai passé un bon moment, c'est un roman sympathique.

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0