Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ecoute la pluie

Publié le par lydiane

de Michèle LESBRE

 

4ème de couverture :

Écoute la pluie. «Puis le ronflement sourd de la rame qui s’approchait à grande vitesse a provoqué un frémissement parmi les rares voyageurs. Le vieil homme s’est tourné vers moi avec toujours ce sourire limpide, j’ai cru qu’il allait me demander quelque chose, mais il a sauté sur les rails comme un enfant qui enjambe un buisson, avec la même légèreté.» Avant que le vieil homme ne se jette sur la voie en lui adressant son dernier sourire, la narratrice partait rejoindre l’homme qu’elle aime à l’hôtel des Embruns. Le choc a fait tout basculer. Plutôt que d’aller à la gare, elle s’enfonce dans les rues de Paris pour une longue errance nocturne sous l’orage. Revenue chez elle au petit matin, toujours incapable d’expliquer à son amant pourquoi elle n’était pas au rendez-vous, elle murmure à son intention le récit de sa nuit blanche. Lui, le photographe pour qui les mots ne sont jamais à la hauteur, sera-t-il capable de comprendre l’énigmatique message qu’elle finit par lui laisser : «Écoute la pluie» ? Avec ce roman dense et bouleversant, Michèle Lesbre poursuit une oeuvre lumineuse qu’éclaire le sentiment du désir et de l’urgence de vivre.

 

Vous allez vous dire qu'en ce moment mes lectures sont loin d'être très gaies... Au contraire ! J'ai trouvé ce roman très positif. Cette jeune femme est complétement traumatisée par ce vieil homme qui se suicide sous ses yeux. Mais cet evenement la pousse à s'interroger sur la vie qu'elle mène, à prendre du recul. Elle comprend ce qui est réellement important et ce qui l'est nettement moins. Elle se pose les vraies questions, et décide d'assumer et de vivre ses choix.

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Profane

Publié le par lydiane

de Jeanne BENAMEUR

 

4ème de couverture :

Ancien chirurgien du cœur, il y a longtemps qu’Octave Lassalle ne sauve plus de vies. À quatre-vingt-dix ans, bien qu’il n’ait encore besoin de personne, Octave anticipe : il se compose une “équipe”. Comme autour d’une table d’opération – mais cette fois-ci, c’est sa propre peau qu’il sauve. Il organise le découpage de ses jours et de ses nuits en quatre temps, confiés à quatre “accompagnateurs” choisis avec soin. Chacun est porteur d’un élan de vie aussi fort que le sien, aussi fort retenu par des ombres et des blessures anciennes. Et chaque blessure est un écho.

Dans le geste ambitieux d’ouvrir le temps, cette improbable communauté tissée d’invisibles liens autour d’indicibles pertes acquiert, dans l’être ensemble, l’élan qu’il faut pour continuer. Et dans le frottement de sa vie à d’autres vies, l’ex-docteur Lassalle va trouver un chemin.

Jeanne Benameur bâtit un édifice à la vie à la mort, un roman qui affirme un engagement farouche. Dans un monde où la complexité perd du terrain au bénéfice du manichéisme, elle investit l’inépuisable et passionnant territoire du doute. Contre une galopante toute-puissance du dogme, Profanes fait le choix déterminé de la seule foi qui vaille : celle de l’homme en l’homme.

 

Si vous cherchez un roman avec plein d'actions, passez votre chemin. Dans ce roman, il ne se passe pas grand chose et pourtant, je l'ai trouvé saisissant, puissant. On a vraiment du mal à le lacher quand on le commence. Une belle éciture, qui avec simplicité, entre en profondeur dans la vie de ces personnages. On a le sentiment que chaque minute de leurs vies est un combat pour continuer à avancer, continuer à vivre. Mais on même temps, ils donnent de l'importance aux "petites" choses. Bref, un beau moment de poesie et une ode à la vie.

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Week-end chez Mickey

Publié le par lydiane

        Samedi matin, nous voilà embarqué dans le bus direction Disneyland. Je n'avais jamais mis les pieds chez Mickey avant, ce fut donc une première. Alors oui, evidemment quand on entre dans le parc, on a les yeux qui sintillent, tout est démesuré. On est dans un mond à part, avce de belles luimères qui brillent, une musique de noêl dans les oreilles, c'est magnifique !

P1060880.JPG P1060882.JPG20131214_133806.jpg    

P1060883.JPG P1060855.JPG

Mais disney c'est aussi du monde, beaucoup, beaucoup de monde... Du coup, il faut compter au moins 30 à 45 min de file avant d'atteindre une attraction. Et encore, je ne vous parle que des attractions pour "petits enfants" où il y a quand même moins d'affluence que pour des space mountain ou monde de nemo, où là faut compter au moins 1h30. Faire la queue, ça signifie laisser la poussette à l'entrée et porter Monsieur Bébé pendant le temps d'attente. Je vous laisse imaginer le mal de dos en fin de journée... et encore, Monsieur Bébé étant relativement calme, on a pu le poser à terre souvent.

Ainsi, le samedi après midi est passé super vite ! Nous avons fait deux attractions : "it's a small world" (un petit bateau qui se balade dans une salle aménagée avec des marionettes partout. On ne savait plus où donner de la tête !) et "Le pays des contes de fées" (croisières à travers des scènes miniatures de contes de fées)  

P1060830.JPG 20131214_143301_3.jpg P1060835.JPG P1060836.JPGP1060834.JPG 20131214_143442_1.jpg P1060838.JPG P1060839.JPG   

Nous avons également profité d'un spectcle de musique avec Mickey comme chef d'orchestre. Monsieur Bébé, grand fan de musique, était fou ! Et vas-y que je tape dans les mains !!!  Nous avons également vu la parade, mais dur dur de tout voir avec la foule...

P1060842.JPG 20131214_122503.jpg20131214_134637_1.jpg P1060852.JPG 20131214_122511.jpg 20131214_134957.jpg   

Bien fatigués par notre journée, nous avons décidé de rentrer à l'hotel. Il y a toutes les 12min des navettes qui font le trajet entre le parc et les hotels, ça s'est quand même super pratique. Du coup, 30min, plus tard, nous voilà à l'hotel. Je décide de reserver une table pour le soir au resto de l'hotel, mais ils n'ont rien de dispo avant 21h15 ! Oui, ça c'est un point à savoir : si tu ne reserves pas chez Mickey, tu manges à des heures pas possible. Nous en avions fait les frais le midi, où on s'était retrouvé à déjeuner dans un fast food, pas terrible, parce que dans le parc pas de tables en restaurant avant 14h. Eh bien le soir, même scenario ! Heureusement le mec de la conciergerie, plutôt sympa, nous a trouvé une table dans le resto à coté (dixit "3min à pieds", en réalité on se rendra compte qu'il devait quand même avoir de sacrés jambes pour faire le trajet en 3min...) pour 20h.

Histoire de se détendre, on décide d'aller faire un tour à la piscine de l'hotel. Avec un bébé c'est quand même une expedition : lui mettre sa couche spéciale piscine, son maillot de bain, préparer le sac sans rien oublier, nous préparer nous aussi, repérer sur le plan où se trouve la piscine (sacré trajet, faut même sortir de l'hotel). Bref, après tous ces efforts nous voilà devant la piscine où un joli écritau nous annonce que la piscine est fermée pour le week-end ! Du coup, on finira au bar pour l'apero !

A 20h, direction le resto. Ou on arrivera en fait vers 20h30... après s'être un peu perdu faut dire. C'est un buffet à volonté (autant profité du "à volonté", vu le tarif !). Monsieur Bébé m'étonne, il a un de ces appetits ! On termine en vitesse pour partir direction le parc où il y a un spectacle nocture à 22h. Mai au moment de payer, le serveur nous fait des histoire et ne veut pas de nos cheque dej, finalement après explication c'est bon, mais le temps que l'on paye tous (on est quand meêm une table de 10) et qu'on attende la navette pour nous emener au parc (comme un fait exprès, on a loupé de peu celle d'avant), on arrive au parc à 22h15... le spectacle se fini...on n'a rien vu !! Un brin déçu on rentre à l'hotel pour un repos bien merité...

Repos qui sera de courte durée. 30min après s'être endormi, Monsieur bébé vomi dans le lit bébé que l'hotel avait gentillement mis à notre disposition. Après lavage de draps et de bébé, on se recouche, à 3 dans le même lit du coup... Monsieur Bébé, nous refait un petit episode vomi... oui, il avait vraiment trop mangé... Bref, la nuit a été dur !

Le lendemain, petit dej vite avalé, direction le parc. Aujourd'hui, nous allons dans le second parc: orienté cinéma "Walt Disney Studios". Le matin, il y a moins de monde, on peut donc faire des attractions "un peu plus" rapidement. On fera "les tapis volants" et "Cars quatre roues rallye"

20131215_100137.jpg 20131215_095809.jpg

A 11h, nous voyons un spectacle de reconstitution de scènes de cascades pour le cinéma.20131215_105349.jpg

P1060878.JPG 20131215_112014.jpg

Nous avons aussi vu quelques peluches. Je pensais en voir beaucoup dans le parc, et en fait, non, c'est assez rare... et là aussi, si tu veux une photo avec, il faut compter au moins 30min d'attente. On quand même pris une photo de Monsieur Bébé avec "Nini", comprenez Minnie.

20131214_134408.jpg P1060887.JPGP1060892.JPG P1060904.JPG

On a fini avec encore un petit tour de manege "Slinky Dog Zigzag" dans le monde de Toy Story, et le week-end été déja terminé...

P1060897.JPG

Publié dans Notre petite vie...

Partager cet article
Repost0

Au revoir là-haut

Publié le par lydiane

De Pierre LEMAITRE.

 

Septembre, rentrée litteraire, c'estlemoment de découvrir plein de nouveau roman. Un a en particulier retenu mon attention : Au revoir là-haut. A priori, bon choix, car il a reçu le Goncourt quelques semaines après.

 

4ème de couverture :

Rescapés du chaos de la Grande Guerre, Albert et Edouard comprennent rapidement que le pays ne veut plus d’eux.
Malheur aux vainqueurs ! La France glorifie ses morts et oublie les survivants.
Albert, employé modeste et timoré, a tout perdu. Edouard, artiste flamboyant devenu une « gueule cassée », est écrasé par son histoire familiale. Désarmés et abandonnés après le carnage, tous deux sont condamnés à l’exclusion. Refusant de céder à l’amertume ou au découragement, ils vont, ensemble, imaginer une arnaque d’une audace inouïe qui mettra le pays tout entier en effervescence… Et élever le sacrilège et le blasphème au rang des beaux-arts.

Bien au delà de la vengeance et de la revanche de deux hommes détruits par une guerre vaine et barbare, ce roman est l’histoire caustique et tragique d un défi à la société, à l’Etat, à la famille, à la morale patriotique, responsables de leur enfer. Dans la France traumatisée de l’après guerre qui compte son million et demi de morts, ces deux survivants du brasier se lancent dans une escroquerie d’envergure nationale d’un cynisme absolu.

 

Outre le fait, que ce soit un roman sur la 1ère guerre mondiale et que je suis une adepte du genre, c'est le point de vue utilisé qui m'a convaincu de lire ce roman. Dans les romans de guerre, on évoque souvent la guerre en elle-même, les combats, les morts et la famille, qui loin du front, apprend le décès des siens. Mais parler des survivants après la guerre, c'est plutôt rare. Après tout quoi en dire, ils sont revenus vivants, ils doivent être heureux ! C'est loin d'être le cas, et Pierre Lemaitre le décrit très bien dans son roman.

 

 

Je me suis attachée aux 2 personnages, très différent l'un de l'autre, mais liés par une amitié indestructible. Je les ai trouvé attachant, malgré l'arnaque de fou qu'ils montent !  Bref, j'ai adoré ce roman, et je vous le conseille. Vous pouvez y aller les yeux fermés, je n'ai pas encore vu une seule critique sur la toile le concernant.

 

 

 

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Malavita

Publié le par lydiane

de BENACQUISTA

 

Je m'étais promis de lire un autre roman de BENACQUISTA, c'est chose faite ! J'ai passé un très bon moment avec ce roman. C'est drole ! J'adore le ton que prend l'auteur, comme si c'était naturel, normal, alors qu'il nous rapporte les pires horreurs.

 

La 4ème de couverture est courte, mais efficace :

"Une famille apparemment comme les autres.... Une chose est sûre, s'ils emménagent dans votre quartier, fuyez sans vous retourner !"

 

Je vous laisse la bande-annonce de l'adaptation cinématographique faite par Luc Besson. Ca vous donnera quelques indices :

 
Il y a une suite : "Malavita encore", qui me tarde de découvrir !

 

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0