Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Et soudain tout change

Publié le par lydiane

Ayant lu les 2 premiers romans à couverture de chats de Gilles LEGARDINIER, je ne pouvais laissé le 3ème et dernier de coté. J'ai donc entamé la lecture de "Et soudain tout change", en souhaitant retrouver l'humour de M. LEGARDINIER et ses personnages haut en couleur.

 

4ème de couverture :

Camille et ses amis se connaissent depuis la maternelle. Leur dernière année de lycée les a enfin tous réunis dans la même classe. À quelques mois du bac, en compagnie de sa meilleure amie, Léa, d’Axel, Léo, et toute sa petite bande, la jeune fille découvre joyeusement la vie. Tous se demandent quel chemin ils vont prendre. Ils ignorent encore que d’ici l’été, le destin va leur en faire vivre plus que dans toute une vie. Du meilleur au pire, avec l’énergie de leur âge et leurs espoirs, entre convictions et doutes, entre illusions et réalité, ils vont expérimenter, échanger et affronter. Leur histoire est la nôtre. Bienvenue dans ce que nous partageons de plus beau et qui ne meurt jamais…

 

Je leve le voile direct : des 3, c'est celui qui m'a le moins emballé. Peut-être parce que on est loin du livre où on se fend la poire à chaque page, ou peut-être parce que "les années lycée" sont un peu trop loin pour moi maintenant (euh, enfin je ne suis pas si vieille que ça quand même !) et que du coup, j'ai moins accroché.

Ca reste quand même un roman qui se lit facilement, mais sans grande surprise dans l'intrigue. J'aurais plutôt tendance à la classer dans les "romans pour ados".

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

o comme... O'farrell

Publié le par lydiane

Maggie O’Farrell est une écrivaine britannique contemporaine (né en 1972). Dans ses œuvres, elle met l'accent sur la psychologie des personnages ainsi que le va-et-vient incessant de la vie qu'elle symbolise par le biais des nombreux voyages accomplis par ses personnages et de son écriture fragmentée. Elle a déjà publié 6 roman, dont "L’étrange disparition d’Esme Lennox" en 2008.

 

4ème de couverture :

A Édimbourg, un asile ferme ses portes, laissant ses archives et quelques figures oubliées ressurgir à la surface du monde. Parmi ces anonymes se trouve Esme, internée depuis plus de soixante ans et oubliée des siens. Une situation intolérable pour Iris qui découvre avec effroi l’existence de cette grand-tante inconnue. Quelles obscures raisons ont pu plonger la jeune Esme, alors âgée de seize ans, dans les abysses de l’isolement ? Quelle souffrance se cache derrière ce visage rêveur, baigné du souvenir d’une enfance douloureuse ? De l’amitié naissante des deux femmes émergent des secrets inavouables ainsi qu’une interrogation commune : peut-on réellement échapper aux fantômes de son passé ?

 

Ce roman faisait parti depuis un bon moment de ma liste de livres à lire. Du coup, cherchant un auteur commençant par O pour le challenge ABC, j'ai sauté sur l'occassion. Et là, je me demande encore pourquoi j'ai attendu si longtemps... j'ai adoré ce livre !

On découvre ces trois femmes : Iris, jeune femme actuelle, libérée, moderne, Kitty, sa grand-mère qui souffre aujourd'hui de la maladie d'Alzheimer et Esme, cette grande tante qui a passée toute sa vie enfermée. Quand l'hopital appelle Iris en lui indiquant qu'elle est la "personne à contacter" en cas de problème avec Esme LENNOX, Iris pense d'abord à une erreur. Et après quelques jours, elle se rend compte qu'il n'y a en effet pas d'erreur, sa grand-mère qui s'était toujours dit fille unique avait bien une soeur... Iris va alors se plonger dans l'histoire de sa famille, accompagnée, sans l'avoir vraiment voulu, par cette grande tante qui lui fait un peu peur. Après tout on ne passe pas 60ans dans un asile pour rien, si ?

J'ai complétement accroché à l'intrigue, de toute façon les "secrets de famille" c'est ma tasse de thé. Et là, je trouve que c'est bien amené, bien écrit, original. On peut être un peu dérangé par les parties écrites à travers les yeux de Kitty : c'est sur qu'on saute du coq à l'âne, d'une époque à une autre, avec des phrases qui ne se terminent pas; mais au final je m'y suis habituée facilement.

Je partage avec vous une phrase de Edith Wharton qui débute le roman : "Je n'aurais pas pu devoir mon bonheur à un tort, à une injustice causés à autrui...Quelle sorte de vie pourrions-nous construire sur de tesses fondations ?"

Bref, un roman qui se dévore très rapidement et que je vous conseille !

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

J comme...JONASSON

Publié le par lydiane

Le 1er roman de l'auteur suedois Jonas JONASSON a été un réel succès, vous aurez bien evidemment entendu parler du "vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire". Vu tout le bien que j'ai pu lire à son sujet, je me suis empressée de l'acheter. C'est vrai qu'il a passé quelques mois dans ma bibliothèque, avant que je l'ouvre, mais c'est chose faite aujourd'hui.

 

4ème de couverture :

Franchement, qui a envie de fêter son centième anniversaire dans une maison de retraite en compagnie de vieux séniles, de l'adjoint au maire et de la presse locale ? Allan Karlson, chaussé de ses plus belles charentaises, a donc décidé de prendre la tangente. Et, une chose en entraînant une autre, notre fringant centenaire se retrouve à trimballer une valise contenant 50 millions de couronnes dérobée - presque par inadvertance - à un membre de gang. S'engage une cavale arthritique qui le conduira à un vieux kleptomane, un vendeur de saucisses surdiplômé et une éléphante prénommée Sonja ...

 

On suit donc à travers ces pages le voyage d'Allan a travers la Suède. Ces chapitres sont entrecoupés de chapitres faisant référence au passé d'Allan : en 100ans il a eut le temps de s'en passer des choses ! J'avoue avoir eu du mal, au départ, avec l'humour particulier de ce roman. Allan est un tel extra-terrestre : connaissez-vous un seul homme qui ne soit pas intéressé par le pouvoir, ou la politique, ou la religion, ou le sexe ? C'est le cas d'Allan. Il est difficile de le décrire, il n'est pas optimiste, ni candide, ni utopiste, on dirait qu'il prend les choses comme elles viennent sans se poser la moindre question. Le mot qui lui correspond certainement le mieux est... atypique.

Une fois que j'ai accepté ce côté atypique du personnage, j'ai vraiment pu profiter de l'histoire. J'ai aimé quand Allan nous raconte ses rencontres avec les Grands de ce monde (Mao, Staline, Truman, Franco...). J'ai aimé le ridicule avec lequel les membres du gang sont décrits et leurs morts plus stupides les unes que les autres. Bref, j'ai passé un bon moment avec ce roman, surtout avec la seconde moitier, mais je ne peux pas dire que ce fut le coup de coeur attendu.

 

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2