Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Fils des brumes - tome 3

Publié le par lydiane

de Branden SANDERSON

4eme de couverture :

Qui sera le Héros des Siècles ?

Pour mettre fin à la tyrannie, Vin a tué le Seigneur Maître. Mais en essayant de fermer le Puits de l’Ascension, elle a laissé s’échapper une des formes maléfiques de l’Insondable. Depuis, ses Inquisiteurs et les brumes font toujours plus de victimes, tandis que les cendres qui tombent du ciel sont devenues incroyablement lourdes, menaçant d’ensevelir le pays et d’affamer les hommes. Vin et l’empereur Elend Venture espèrent sauver ce qui peut encore l’être. Mais pour cela, ils devront découvrir les derniers secrets du Seigneur Maître : l’ultime cachette d’atium, le plus puissant métal des Fils-des-Brumes, et l’identité du Héros des Siècles.

Troisième et dernier tome de cette serie fantasy, que j'ai franchement beaucoup aimé. Le 1er tome m'avait énormément plu du fait de son originalité. Ces hommes et femmes qui ont leurs sens décuplés en ingérant et brulant des métaux, c'est quand même pas commun ! On y retrouve tout ce que j'apprécie : un monde complexe et bien détaillé, des personnages avec de la profondeur, une belle écriture. Et hop, l'auteur me chope et m'entraine sans difficulté tout au long de ce pavé. Je suis restée très touchée par le personnage de Vin. J'ai eu un peu plus de mal avec Elend... peut-être un peu trop cérébral, toujours à douter, et j'ai trouvé qu'il y avait un trop grand décallage avec le Elend du tome 2. Dans ce tome, on découvre aussi un peu plus Spectre à mon grand plaisir.

Je n'en dis pas plus pour ne pas dévoiler trop de choses...

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Alors...

Publié le par lydiane

... si je vous dis la lande anglaise, Catherine, Heathcliff, vous me dites ??? Que j'ai réalisé une règle de plus dans le family challenge ? Eh oui, le classique et lu. Et quel classique !

Alors...

4ème de couverture :

Lorsque Mr Earnshaw ramène d’un voyage un enfant abandonné, Heathcliff, les réactions de ses enfants évoquent les orages qui s’abattent sur le domaine des Hauts du Hurlevent. Le fils Hindley n’accepte pas cet enfant sombre et lui fait vivre un enfer. La fille, Catherine, se lie très vite à lui, d’un amour insaisissable et fusionnel. Tous trois grandissent, dans cet amas de sentiments aussi forts qu’opposés. Heathcliff devient un homme sans scrupule, qui jure de se venger des deux hommes ayant empêché le déploiement de son amour: Hindley, le frère ennemi, et Edgar, le mari de Catherine. La destruction de ces deux familles et de leurs descendances constitue alors son seul objectif. Dans les paysages sauvages et immuables des landes du Yorkshire, les déchirements sont nombreux, et cohabitent dans une passion extrême et des tourments destructeurs...

Je me souviens, dans ma jeunesse, avoir lu une biographie des 3 soeurs Brontés que j'avais beaucoup aimée. Mais je ne m'étais encore jamais penchée sur les fameux Les Hauts de Hurle-vent. Pourquoi donc ai-je tant attendu ??? Ce roman est epoustouflant !

Je n'ai pas une critique à faire, tout m'a plu.

L'écriture tout d'abord, qui nous plonge dans l'ambiance sombre et humide de la lande anglaise balayée par les vents. Le fait que l'histoire soit racontée par Nelly, "la domestique", à un étranger de passage quelques années après, donne un certain rythme à l'histoire.

Les personnages sont magnifiquement dépeints et plein d'ambivalence. Il n'y en a aucun de "lisse", ni tout blanc, ni tout noir. Emily BRONTE arrive, pour chaque personnage, à nous les faire détester, mepriser à certain moment, et à d'autre à les plaindre, à compatir avec eux. 

Et puis l'histoire, ... quelle histoire ! De la vengeance, de la haine presque du sadisme, c'est de la destruction, voire même de l'auto-destruction. Mais c'est aussi (et surtout) une magnifique histoire d'amour. A travers son roman Emily BRONTE nous montre jusqu'où on peut aller par amour, à quel point un coeur blessé peut basculer dans la cruauté.

Partager cet article
Repost0

La dernière page

Publié le par lydiane

de Gazmend KAPPLANI. J'ai découvert ce roman dans le cadre du prix littéraire interCE.

La dernière page

4ème de couverture :

En 2011, Melsi, journaliste et écrivain albanais vivant en Grèce, est rappelé en Albanie pour enterrer son père, dont il ne sait presque rien. A Tirana, il s'emploie à surmonter les tracasseries administratives et entreprend de reconstituer la vie de ce dernier, pleine de secrets. Ce roman, qui met en scène deux périodes mouvementées, éclaire la dérive de l'Albanie pendant et après le communisme

Une belle couverture, une 4ème de couverture prometeuse, un pays que je connais peu mais que je suis curieuse de découvrire...et puis c'est à peu près tout. Quand je lis les critiques sur babelio, je me dit que j'ai du passer à côté. Je n'ai pas été touchée, je me suis presque ennuyée contrairement aux autres lecteurs qui ont eux beaucoup aimé...

 

Partager cet article
Repost0

Cris

Publié le par lydiane

de Laurent GAUDE.

J'ai choisi ce roman dans le cadre du Family Challenge : lire un roman historique.

Laurent GAUDE est un auteur français connu et reconnu, et pourtant je n'avais encore jamais lu un seul de ses livres.

Cris

4ème de couverture :

Ils se nomment Marius, Boris, Ripoll, Rénier, Barboni ou M'Bossolo. Dans les tranchées où ils se terrent, dans les boyaux d'où ils s'élancent selon le flux et le reflux des assauts, ils partagent l'insoutenable fraternité de la guerre de 1914.
Loin devant eux, un gazé agonise. Plus loin encore, retentit l'horrible cri de ce soldat fou qu'ils imaginent perdu entre les deux lignes du front, " l'homme-cochon ".

A l'arrière, Jules, le permissionnaire, s'éloigne vers la vie normale, mais les voix de ses compagnons d'armes le poursuivent avec acharnement.

Elles s'élèvent comme un chant, comme un mémorial de douleur et de tragique solidarité. Dans ce texte incantatoire, l'auteur de La Mort du roi Tsongor (prix Goncourt des lycéens 2002, prix des Libraires 2003) et du Soleil des Scorta (prix Goncourt 2004) nous plonge dans l'immédiate instantanéité des combats, avec une densité sonore et une véracité saisissantes.

Je me suis vraiment retrouvée au coeur des tranchés avec ce roman. Les pieds collés dans la glaise, le nez rempli de la puanteur de la crasse et du sang entourée de ces hommes à qui ont demande beaucoup... Comment endurer toutes ces horreurs ? Comment rester sain d'esprit ? J'ai donc aimé (si on peut dire...) l'ambiance.

Par contre, je n'ai pas été totalement conquise par ce roman. J'aurais voulu en connaitre un peu plus sur ces hommes, j'aurais voulu que l'auteur leur donne plus de profondeur. ET pui, faut avouer que Laurent GAUDE m'a un peu perdu avec cet "homme cochon", what's that ???

Partager cet article
Repost0