Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'atelier des poisons

Publié le par lydiane

de Sylvie GIBERT.

J'ai eu le plaisir de recevoir ce roman via la Masse critique de Babelio.

L'atelier des poisons

4ème de couverture :

Paris, 1880. A l'académie Julian, le premier atelier à ouvrir ses portes aux femmes, la vie n'est pas facile. L'apprentissage du métier de peintre est ardu, long et coûteux. Seules les jeunes filles dotées d'un véritable talent et, surtout, d'une grande force de caractère, parviennent à en surmonter les obstacles. Du talent, Zélie Murineau n'en manque pas. De la force de caractère non plus. N'a-t-elle pas déjà prouvé qu'elle était prête à tout pour parvenir à ses fins ? Pourtant, lorsque Alexandre d'Arbourg, le commissaire du quartier du Palais-Royal, lui demande de faire le portrait de sa filleule, sa belle assurance est ébranlée : comment ne pas croire que cette commande dissimule d'autres motifs ? Même si elle en connaît les risques, elle n'est pas en mesure de refuser le marché que lui propose le beau commissaire : elle sera donc « ses yeux ».
Des auberges mal famées jusqu'aux salons de la grande bourgeoisie, elle va l'aider à discerner ce que les grands maîtres de la peinture sont les seuls à voir : les vérités qui se cachent derrière les apparences.

 
Immersion totale dans la Paris de la fin du XIXème S. ! J'ai suivi pas à pas Zélie avec plaisir. Elle évolue dans cette société où la place de la femme est assez proche de la plante verte. Elle qui fait preuve d'intélligence, d'observation et de talent, enrage à être sans cesse rabaissée. Pourtant Zélie c'est un tempérament de feu, elle fait des choix risqués, et assume.
 
Un après-midi, au jardin des Tuilleries, le commissaire Alexandre d'Arbourg remarque ce p'tit bout de femme et ses talents d'observatrice. Le commissaire est un personnage très secret, intriguant, mais terriblement attachant. Sous couvert de réaliser le portrait de sa filleule, il lui demande d'être le temoin des faits et gestes au sein d'une maison bourgeoise. Son objectif :  découvrir le coupable d'une tentative d'empoisonnement. Zélie, comprend vite qu'elle n'a pas beaucoup le choix...elle accepte, mais demande, en contrepartie, au commissaire d'enquêter sur l'enlevement d'un enfant. Ces deux là, se retrouvent pour mener des enquêtes côte à côte.
 
J'ai beaucoup aimé ce roman. L'auteur réussit son pari de nous transporter à une autre époque. Les personnages sont attachants et j'ai vraiment pris plaisir à suivre leurs aventures, même si il est vrai qu'il n'y a pas un suspens de dingue, on comprend vite le pourquoi du comment.
 
 
 
 

 

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

La passe miroir - tome 1

Publié le par lydiane

de Christelle DABOS.

Présentation issue de Babelio : Christelle Dabos est née en 1980 sur la Côte d'Azur. Elle commence à gribouiller ses premiers textes sur les bancs de la faculté et se destine à être bibliothécaire quand la maladie survient. L'écriture devient alors une seconde nature, notamment au sein de Plume d'Argent, une communauté d'auteurs sur Internet. Elle décide de relever son premier défi littéraire grâce à leurs encouragements et devient ainsi la grande lauréate du Concours du premier roman jeunesse avec "Le passe-miroir".

La passe miroir - tome 1

4ème de couverture :

Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l'arche d'Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d'un complot mortel. Une héroïne inoubliable, un univers riche et foisonnant, une intrigue implacable. Découvrez le premier livre d'une grande saga fantastique et le talent d'un nouvel auteur à l'imaginaire saisissant.

J'ai tout simplement adoré. Un vrai coup de coeur, un peu dans la lignée d'Harry Potter.

On retrouve une héroine terriblement attachante. Ophélie est une jeune fille renfermée sur son monde. On a l'impression qu'elle est une petite chose fragile, alors que derrière ses grosses lunettes se cache un caractère bien affirmé. Ophélie sait ce qu'elle veut ! Elle aime son indépendance, partager avec son oncle les souvenirs du passé, elle furte entre le musée et les archives. Elle sait apprécier les choses vraies, loin de toute superficialité.

Elle vit dans un monde divisé en arche, et chaque arche vit de façon isolée, en vase clos. Mais, un jour, on oblige Ophélie a quitter son monde pour rejoindre celui de son fiancé. Fiancé qu'on lui a choisi sans aucune possibilité de se dérober cette fois-ci... L'homme en question Thorn est ... énigmatique. Tout au long du roman, mes sentiments pour lui étaient en équilibre. Je penchais parfois pour le "mais c'est un monstre!", et parfois pour "Oh il est craquant...".

Le Pôle est un monde magnifiquement dépeint. S'y cottoient différents clans visiblement en toute fraternité, mais en réalité les rivalités sont quotidiennes. Tout n'est que jeux de pouvoir, stratégie et illusion. Ophélie se retrouve plongé dans ce noeud d'intrigues et va devoir vite trouver à qui elle peut faire confiance...

J'ai déjà emprunté le tome 2 à la bibliothèque ! La serie devrait en comporter 4.

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0