Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La voleuse de livres

Publié le par lydiane

de Markus ZUSAK.

Malheureusement, je n'ai pas une grande mémoire des livres que je lis. Souvent j'en oublie l'intrigue, reste juste le sentiment d'avoir aimé le roman. C'est le cas avec ce roman de Markus ZUSAK. Je l'ai lu il y a plusieurs années, et je me souviens que j'avais beaucoup aimé...et puis c'est à peu près tout... Du coup, j'ai profité de cet été pour me faire une p'tite re-lecture.

La voleuse de livres

4ème de couverture :

Leur heure venue, bien peu sont ceux qui peuvent échapper à la Mort. Et, parmi eux, plus rares encore, ceux qui réussissent à éveiller Sa curiosité. Liesel Meminger y est parvenu.

Trois fois cette fillette a croisé la Mort et trois fois la Mort s'est arrêtée. Est-ce son destin d'orpheline dans l'Allemagne nazie qui lui a valu cet intérêt inhabituel ? Ou bien sa force extraordinaire face aux événements ? Au moins que ce ne soit son secret...

Celui qui l'a aidée à survivre. Celui qui a même inspiré à la Mort ce si joli surnom : la Voleuse de livres.

D'abord, je trouve l'idée géniale que ce soit la Mort qui raconte cette histoire. La Mort est plutôt sympathique, presque drole; ce qu'elle fait, elle le fait, parce qu'il faut le faire, sans y prendre aucun plaisir.

La mère de Liesel, communiste, veut laisser ses deux enfants en pension chez un couple pour qu'ils soient à l'abri. En effet, elle vit dans l'Allemagne nazie, et l'arrivée d'Hitler au pouvoir laisse craindre aux communistes des temps difficiles... Mais le frère de Liesel succombe au voyage,. C'est lors de son enterrement, au milieu de nulle part, qu'elle vole son 1er livre, alors qu'elle ne sait même pas encore lire. Elle se retrouve donc seul chez ce couple et on découvre, avec elle, les habitants de la rue Himmel. Des personnages attachants, dépeints avec tendresse. Liesel va alors découvrir sa passion pour la lecture, là, au coeur des horreurs de la Allemagne nazie.

Cette re-lecture confirme mon premier sentiment, c'est un très beau roman ! Pour vous donner un peu plus l'envie de vous lancer dans sa lecture, vous trouverez ci-dessous l'adaptaion au cinémasortie il y a peu

 

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Time riders - tome 5

Publié le par lydiane

de Alex SCARROW.

Je suis partie en vacances avec une valeur sure : le tome 5 des Time riders. Je prends mon temps pour lire cette série, mais c'est toujours un réel plaisir à chaque tome !

Le 1er tome nous avait emmené pendant la seconde guerre mondiale, le 2nd au temps des dinosaures, le 3ème tome nous transportait dans la forêt de Sherwood de Robin des Bois, le 4ème dans l'Amérique d'Abraham Lincoln, et enfin celui-ci dans la Rome antique.

Time riders - tome 5

4ème de couverture :

Ne jouez pas avec le temps...

Liam aurait dû mourir en mer en 1912, Maddy dans un accident d'avion en 2010, Sal dans un incendie en 2026. Mais une mystérieuse agence les a sauvés pour les recruter. Désormais, ils sont des Time Riders. Leur mission : éviter que les voyages dans le temps ne détruisent l'’Histoire.

En voulant empêcher des Américains venus du futur de coloniser la Rome antique, Liam, Maddy et Sal se retrouvent tous les trois piégés sous le règne de Caligula, l’'empereur fou. Coupés de leur Base, comment peuvent-ils revenir dans le présent et rétablir le cours de l’'Histoire ?

 
Là encore, j'ai été passionnée par cette intrigue. J'ai toujours le même plaisir à retrouver les personnages de Liam, Maddy et Sal. Même lorsque l'histoire m'entraine vers des périodes que je n'apprécie pas particulièrement, (clairement la Rome Antique, bof, bof,) et bien l'auteur arrive à faire que je m'y intéresse.
 
Plus on avance dans les tomes, plus il y a des questions sur cette agence de Time Riders : comment a-t-elle était fondée ?, dans quel but ?, comment fonctionne-t-elle réellement ?, est ce que tout faire pour que l'Histoire suive son cours est une bonne solution ?, ne court-on pas vers la fin de l'humanité ?... Bref, dès qu'on apprend une information, 2 ou 3 questions surgissent. Y a pas à dire l'auteur sait tenir son public en haleine !
 
Prochain épisode : dans Londres du XIXè S.
 

 

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Le rapport Brodeck

Publié le par lydiane

Roman lu dans le cadre du Family challenge : Roman qui a obtenu le Goncourt.

Ce livre de Philippe CLAUDEL a eu le Goncourt des lycéens en 2007.

Le rapport Brodeck

4ème de couverture :

Je m'appelle Brodeck et je n'y suis pour rien.
Je tiens à le dire. Il faut que tout le monde le sache.
Moi ne n'ai rien fait, et lorsque j'ai su ce qui venait de se passer, j'aurais aimé ne jamais en parler, ligoter ma mémoire, la tenir bien serrée dans ses liens de façon à ce qu'elle demeure tranquille comme une fouine dans une nasse de fer.
Mais les autres m'ont forcé: "Toi, tu sais écrire, m'ont-ils dit, tu as fait des études." J'ai répondu que c'étaient de toutes petites études, des études même pas terminées d'ailleurs, et qui ne m'ont pas laissé un grand souvenir. Ils n'ont rien voulu savoir : "Tu sais écrire, tu sais les mots, et comment on les utilise, et comment aussi ils peuvent dire les choses. Ça suffira. Nous on ne sait pas faire cela. On s'embrouillerait, mais toi, tu diras, et alors ils te croiront. Et en plus, tu as la machine."

Ah j'en avais tellement entendu parler de ce roman... J'avais déjà lu un autre roman de M. Claudel : "Les âmes grises", et j'avoue, je suis passée à côté... je n'étais peut-être pas disponible pour ma lecture à ce moment là, je ne sais pas, mais je n'ai pas aimé. Du coup, j'avais un peu d'appréhension en ouvrant ce Rapport Brodeck.

Brodeck est arrivé dans ce village alsacien sur la charette d'une vieille qui l'avait recueilli sur le bord du chemin en fuyant son pays. Ce n'était encore qu'un tout petit enfant. Il a grandi dans ce village avec cette étiquette "d'étranger", il a été accépté mais il ne faisait quand même pas tout à fait parti du "groupe". Et puis éclata la seconde guerre mondiale avec ses traumatismes. Traumatismes autant pour ceux qui sont partis au front que pour ceux qui sont restés au village à cohabiter avec l'ennemi. Alors quand quelques années après, un allemand excentrique vient s'intaller chez eux, ils réveillent de vieilles rancoeurs.

Le roman démarre avec un Brodeck qui se rend à l'auberge du village. Il y trouve tous les hommes rassemblés, on comprend qu'un drame vient de se dérouler. Tous demandent à Brodeck d'écrire un rapport pour l'administration, d'expliquer pourquoi ils ont dû en arriver là. Parallèlement à ce rapport, Brodeck écrit son récit, sa version des faits...

J'ai vraiment pensé que l'écriture de Philippe CLAUDEL n'était pas faite pour moi. Je n'arrivais pas à entrer dans l'histoire. J'insistais, perséverais et continuais ma lecture, mais ce fut laborieux. Je ne voyais pas où voulait en venir l'auteur, c'était quand même largement le bordel dans cette histoire... Jusqu'au moment où Brodeck lui même le reconnaisse. Il vient de relire les pages qu'il a écrit et avoue qu'il part dans tous les sens, il ne suit pas d'ordre chronologique, il suit son coeur, son ressenti. Et bizarrement à partir de là, j'ai mieux compris. Moi aussi, je voyais son dilemme : comment écrire ce que les hommes du village veulent sans cacher la vérité ? Comment expliquer la peur de l'étranger ? Comment expliquer qu'il est trop dur de regarder ses propres erreurs, c'est difficile d'avoir honte, et en fait, tellement plus simple de se trouver des excuses, de faire porter le chapeau aux autres.

Peu à peu, en avancant dans ce roman, les voiles se lèvent. On apprend les drames qui se sont joués. On voit que sous l'apparente vie de village "tranquille" regne la rancoeur, la honte, et la colère.


 

Partager cet article
Repost0