Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Grrrr...Halloween

Publié le par lydiane

Nous avons fait un peu de bricolage pendant cette semaine de vacances avec les loulous. Vacances de la Toussaint oblige, on est un peu dans le thème Halloween. Les garçons sont de toute façon dans leur période "monstres", et AAAGGRRR !!! on fait peur à tout le monde (même aux pigeons qui ont le malheur de se promener tranquillement dans la gare de Nancy...)

Grrrr...Halloween
Grrrr...HalloweenGrrrr...Halloween
Grrrr...Halloween

J'en profite pour ajouter deux albums qui ont le vent en poupe pour l'histoire du soir en ce moment :

- "Non dit petit monstre" : l'histoire d'un petit monstre qui se fait tout le temps marcher sur les pieds par Grand Monstre et qui un jour ose dire "NON". Mini boy adore !

- "Le loup qui voulait être un artiste" : on a déjà lu plusieurs albums de cette collection. Mon Pirate aime bien, ce loup qui est au final très sympathique. Dans cet opus, Loup veut devenir un artiste et s'essaye à plusieurs discipline. Finalement, il finira chanteur dans un groupe de rock, yé !

Grrrr...HalloweenGrrrr...Halloween

Publié dans Pour mes garçons !

Partager cet article
Repost0

L'amour sans le faire

Publié le par lydiane

de Serge JONCOUR.

Je vous ai déjà parlé de cet auteur que j'ai découvert avec l'Ecrivain national. J'avais beaucoup aimé son écriture et ses personnages. Alors ...j'ai replongé, avec un roman un peu plus ancien L'amour sans le faire, paru en 2012.

L'amour sans le faire

4ème de couverture :

On ne refait pas sa vie, c'est juste l'ancienne sur laquelle on insiste, pense Franck en arrivant aux Bertranges, chez ses parents qu'il n'a pas vus depuis dix ans. Louise est là, pour passer quelques jours de vacances avec son fils dont elle a confié la garde aux parents de Franck.
Le temps a passé, la ferme familiale a vieilli, mais ces retrouvailles inattendues vont bouleverser le cours des choses. Franck et Louise sont deux êtres abîmés par la vie, ils se parlent peu mais semblent se comprendre. Dans le silence de cet été chaud et ensoleillé, autour de cet enfant de cinq ans, « insister » finit par ressembler, tout simplement, à la vie réinventée.

J'ai encore était conquise par cette écriture juste, par la façon dont M. JONCOUR tisse son roman. Il nous distille au fil des pages l'histoire de ses personnages, c'est très bien fait. Ses personnages c'est d'ailleurs la force de ce roman. Ils sont attachants, fragiles, sensibles, mais si inaccessibles en surface. Ils sont très loin d'être parfait, ils commettent beaucoup d'erreurs, en sont conscients, mais ne peuvent s'empêcher de recommencer. Au final, Franck, ses parents et Louise, sont un peu tous pareil. Ajouté à ça l'insouciance d'un enfant de 5ans, il n'en faut pas plus pour fissurer la carapace de ces adultes.

Je zyeute déjà vers son dernier roman "Repose toi sur moi"...


 

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

L'autre Edgar

Publié le par lydiane

de Anne Frédérique ROCHAT.

Je vous ai déjà parlé des Masse Critiques de Babelio. J'y participe chaque mois. Des éditeurs vous proposent une petite centaine de livres, vous faites votre choix et si vous avez la chance d'être tiré au sort, vous recevrez un des ouvrages choisi. Vous avez ensuite 1mois pour le lire et poster votre critiques sur Babelio.

Le mois dernier j'avais choisi environ 15 romans et j'ai eu la surprise d'être choisi pour ce roman de Anne-Frédérique ROCHAT. Hasard... ?

L'autre Edgar

4ème de couverture :

Il vit le jour en pleine nuit. Une nuit sans étoile et sans lune, une nuit noire. Il cria longtemps, comme s'il était très en colère ou très effrayé. Plusieurs heures sans discontinuer. [...] 'Pour le prénom, chuchota la mère, j'ai beaucoup réfléchi, tu sais, mais je n'arrive pas à me décider pour autre chose ; il n'y a qu'Edgar qui me plaise.' Qu'est-ce que cela fait d'hériter du prénom d'un mort, d'être le remplaçant ? Le cadet porte le même nom que son aîné, décédé de mort blanche. Il tentera toute sa vie de se débarrasser de ce fantôme qui le hante. Si son frère n'avait pas perdu la vie brutalement, existerait-il, lui, l'autre Edgar ? Au fil des pages et des ans, on suit le destin de cet enfant né pour réparer l'immense chagrin qu'a laissé derrière lui son aîné : sa difficulté à trouver sa place dans le monde, à définir son identité, suis-je moi ou l'autre ?, ainsi que ses déboires sentimentaux.

Cette 4ème de couverture a une résonnance particulière pour moi. Je me suis évidemment souvent posée la question de ce que ça changeait pour Mes Pirates d'avoir un grand frère au ciel. Est ce que la mort de Tristan fait que je les élève différemment des autres enfants ? Est ce que je ne les surprotège pas ? Est ce que ce n'est pas angoissant de leur parler si tôt de la mort ? Qu'ils comprennent que ça n'arrive pas qu'aux très vieilles personnes ? Je me suis donc plongée dans ce livre comme pour y trouver des réponses.

Je n'ai pas pu m'empêcher de juger cette maman... Déjà donner le même prénom, comment est-ce possible ? Et puis entretenir ce mystère, ce secret de famille, faut pas prendre les enfants pour des idiots. Le "second" Edgar comprend vite qu'on lui cache quelque chose, alors il s'invente des raisons, et c'est souvent bien plus dramatique et dangereux que la vérité. Edgar a du mal à grandir, il reste "le bébé" de sa maman, comme celle-ci le veut inconsciemment. Il est différent, et les autres le rejettent pour cette différence. Mais surtout, il n'a pas d'identité, de personnalité.

Je n'ai pas été touchée par cette histoire. Le personnage de la mère m'a exaspéré, elle fait toutes les erreurs possibles et imaginables. Le second "Edgar" est simplement victime, il grandit comme il le peut, entre ce qu'on veut bien lui révéler et ce qu'il pense comprendre. Le seul personnage attachant est celui de la voisine, cette vieille femme qui se prend d'affection pour Edgar et qui croit au bienfait de la vérité. Bref, j'étais bien trop en colère contre la mère d'Edgar pour avoir un quelconque autre sentiment face à ce roman.
 

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

La Passe Miroir : tome 2

Publié le par lydiane

de Christelle DABOS.

J'avais dévoré le tome 1. Je me suis très vite attaquée au tome 2.

La Passe Miroir : tome 2

4ème de couverture :

Fraîchement promue vice-conteuse, Ophélie découvre à ses dépens les haines et les complots qui couvent sous les plafonds dorés de la Citacielle. Dans cette situation toujours plus périlleuse, peut-elle seulement compter sur Thorn, son énigmatique fiancé ? Et que signifient les mystérieuses disparitions de personnalités influentes à la cour ? Sont-elles liées aux secrets qui entourent l'esprit de famille Farouk et son Livre ? Ophélie se retrouve impliquée malgré elle dans une enquête qui l'entraînera au-delà des illusions du Pôle, au cœur d'’une redoutable vérité.

Je suis définitivement conquise par la série de la Passe-Miroir ! Christelle DABOS me fait plonger avec délice dans le monde fascinant du Pôle. Les personnages gagnent en profondeur. Ophélie devient plus mature. Elle semble toujours frêle et maladroite, mais elle comprend maintenant le monde sournois qui l'entoure et cherche à débusquer les esprits calculateurs. Dans ce tome, elle va d'ailleurs mener l'enquête pour faire la lumière sur de mystérieuses disparitions.

Le "couple" qu'elle forme avec Thorn, son fiancé, me tient toujours autant en haleine. Mme DABOS, va pas falloir me décevoir sur le personnage de Thorn, je l'adore trop !

Partager cet article
Repost0

La perle et la coquille

Publié le par lydiane

de Nadia HASHIMI.

Un roman prêté par une collègue, qui a bien cerné mes goûts...

La perle et la coquille

4ème de couverture :

Kaboul, 2007 : les Talibans font la loi dans les rues. Avec un père toxicomane et sans frère, Rahima et ses sœoeurs ne peuvent quitter la maison. Leur seul espoir réside dans la tradition des bacha posh, qui permettra à la jeune Rahima de se travestir jusqu'à ce qu'elle soit en âge de se marier. Elle jouit alors d'une liberté qui va la transformer à jamais, comme le fit, un siècle plus tôt, son ancêtre Shekiba. Les destinées de ces deux femmes se font écho, et permettent une exploration captivante de la condition féminine en Afghanistan.

Dépaysement total avec ce roman. On fait la connaissance de Rahima au sein de sa famille : son père, sa mère et ses 4soeurs. Sa mère (puisque évidemment c'est de sa faute...) porte le malheur de sa famille sur ses épaules : elle n'a pas su donner de garçons à son mari. J'avais bien une idée de la façon dont était traitée les femmes en Afghanistan, mais j'étais loin de me douter que c'était aussi difficile...

Déjà naivement, je ne savais pas que la polygamie était chose courante. Je n'imaginais donc pas qu'il y avait une sorte de "concurrence" entre les épouses, celles ayant donné naissance à des garçons sont supérieures aux autres. Je pensais qu'il y avait une "solidarité féminine" étant donné la façon dont elles sont traitées. C'est loin d'être le cas... Et les belles-mères, qui ont connu ces souffrances toutes leurs vies, une fois vieilles, se vengent sur leur brues d'une façon on ne peut plus cruelle. 

Rahima trouve du soutien aurpsè de sa tante, qui fait figure de rebelle dans le village. Sa tante lui raconte alors l'histoire de leur arrière grand-mère. Cette dernière exposée aux mêmes dictats des hommes a voulu faire valoir ses droits. On est loin d'une volonté d'égalité avec les hommes, mais simplement d'un peu plus de justice. Mais c'est visiblement encore trop demandé.

Bref, un très beau roman, qui m' ouvert les yeux encore plus grand sur la condition de la femme dans les autres pays, et sur ma chance d'être née en France.

 

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0