Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La beauté des jours

Publié le par lydiane

de Claudie GALLAY

La beauté des jours

4ème de couverture :

Jeanne a tout pour connaître un bonheur tranquille : deux filles étudiantes, un mari attentionné, une amie fidèle, un boulot stable. Passionnée par Marina Abramović, l’'artiste-performeuse célèbre pour avoir, dans son travail, mis en jeu son existence, Jeanne n'’aime pas moins les surprises, l’'inattendu. Cet été-là, le hasard se glisse – et elle-même l'’invite – dans son quotidien...
À travers la figure lumineuse de Jeanne et la constellation de personnages qui l’'accompagnent et la poussent vers un accomplissement serein, Claudie Gallay compose un roman chaleureux et tendre sur la force libératrice de l’'art, sur son pouvoir apaisant et révélateur. Et sur la beauté de l’'imprévisible.

En lisant les lignes de Claudie GALLAY, je me représentais très bien Jeanne. Une belle femme, douce rêveuse. Elle a 2 grandes filles qui prennent doucement leur envol et vivent leurs vies d'ado, un mari attentionné, rassurant et amoureux, un job, certes peu passionnant, mais qui lui permet de rencontrer des gens. Mais Jeanne, c'est aussi une femme qui prête attention aux "petites choses", à synchroniser son tampon avec celui de son collègue quand elle affranchit des lettres, aux mains des clients qui se présentent à son guichet, aux personnes dans le train qui passe à l'arrière de son jardin tous les soirs.

Elle est également passionnée par l'artiste Marina ABRAMOVIC. Comment ça vous ne la connaissez pas ??? Moi non, plus en fait. Mais depuis je me suis un peu renseignée. Wikipédia dit d'ailleurs d'elle "que son projet artistique a l'ambitieux et profond dessein de rendre les personnes plus libres.". C'est certainement ce que Jeanne cherche, elle suit par exemple des inconnu dans la rue, comme ça, sans raison particulière. Et justement, un jour... chut, je n'en dirai pas plus !

Une citation :

"Une vie ne suffit pas. Jeanne aurait voulu en avoir plusieurs, pour vivre tous les choix qu'elle n'aura pas faits, toutes les directions qu'elle n'aura pas prises. "

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

La nuit des beguines

Publié le par lydiane

Aline KINER.

J'ai lu ce roman dans le cadre du prix littéraire CEZAM inter-Ce.

La nuit des beguines

4ème de couverture :

L'histoire se déroule entre 1310 et 1314. Si le royaume de France est encore le plus puissant de la chrétienté, les équilibres féodaux ont basculé. Le clergé tente donc de mettre au pas tous ceux qui échappent à son autorité le statut des béguines va être condamné. Pour des centaines de femmes seules, pieuses mais laïques, cette institution offrait une alternative au mariage et au cloître. Ne subsisteront que quelques rares survivances dans les Flandres.
Anne Kiner passionnée de Moyen Âge née en Moselle, fait de cette aventure un passionnant suspense.
La dernière béguine est morte en 2013 à Courtral

J'avoue, quand j'ai eu ce roman entre les mains, j'ai tout d'abord tapé le mot "beguine" sur internet pour voir de quoi il retournait. Wikipedia m'a donc appris qu'Sauter à la recherche une béguine "est une femme le plus souvent célibataire ou veuve, appartenant à une communauté religieuse laïque sous une règle monastique, mais sans former de vœux perpétuels." Je ne savais pas que de telles communautés existaient au Moyen-Age. A cette époque où la femme n'avait aucun mot à dire, où elle devait obéir à son père, puis à son mari, autant d'indépendance ou de liberté s'est surprenant... et je ne suis pas étonnée qu'elles aient eu beaucoup d'ennemis.

Dans ce roman, on découvre Maheut, une jeune fille retrouvée à la porte du béguinage dans un sale état. Les béguines la recueillent, la soignent et l'intègrent à leur vie. Maheut cache son identité, mais on apprend que son frère l'a vendue marié contre son gré au seigneur voisin. Ce dernier est loin d'être aimant et délicat avec sa jeune épouse.

J'ai beaucoup aimé la première moitié du roman. J'ai trouvé très intéressant de découvrir cette partie de l'Histoire de France que je ne connaissais pas. Par contre, l'intrigue en elle-même m'a moins passionnée et je me suis malheureusement plutôt ennuyée dans la fin du roman... 

Partager cet article
Repost0