Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La vie parfaite

Publié le par lydiane

de Silvia AVALLONE.

La vie parfaite

4ème de couverture : 

Le matin de Pâques, Adele quitte le quartier de Labriola et part accoucher, seule. Parce que l'avenir n'existe pas pour les jeunes nés comme elle du mauvais côté de la ville, parce qu'elle n'a que dix-huit ans et que le père est en prison, elle envisage d'abandonner son bébé. À une poignée de kilomètres, dans le centre de Bologne, le désir inassouvi d'enfant torture Dora jusqu'à l'obsession. Autour de ces deux femmes au seuil de choix cruciaux, gravitent les témoins de leur histoire. Et tous ces géants fragiles, ces losers magnifiques, cherchent un ailleurs, un lieu sûr, où l'on pourrait entrevoir la vie parfaite.
Avec un souffle prodigieux et une écriture incandescente, Silvia Avallone compose un roman poignant sur la maternité et la jeunesse italienne écartelée entre précarité et espoir.

On plonge avec ce roman dans une cité italienne, où misère sociale et affective règne. La description de l'auteur est parfaite. On est en plein au milieu des blocs, chaque habitant louche sur son voisin par la fenêtre, aucune intimité. Ca crie, ça se drogue, ça s'insulte. Les pères sont étrangement absents, ils se sont barrés ou sont en prison. Mais malgré l'exemple de leurs mères, les jeunes filles reproduisent les mêmes scénarios, sans s'en rendre compte.

Adèle ne croit pas à l'école, avec ou sans diplôme, ça ne changera rien de toute façon. Elle rêve d'une belle histoire d'amour avec Manuel. Mais lui rêve d'argent facile, il l'a laisse tomber, enceinte, pour intégrer la mafia locale. Bien évidemment ça finira mal, bien évidemment Manuel ira en prison et bien évidemment Adèle sera seule avec ce bébé qui grandit en elle et qu'elle n'a jamais désiré.

Elle ne voit pas, juste à côté d'elle, Zéno, ce garçon timide, intelligent, qui la regarde avec tendresse. Zéno, lui, a poursuivi ses études. Il fait la fierté de sa prof, Dora. Dora qui aide chaque jour ses élèves à s'épanouir mais dont le ventre reste vide. Cela fait 5ans qu'elle y pense nuit et jour à cet enfant qui ne vient pas. Elle essaie tout, sa vie est une succession de traitements médicaux et d'examens. Mais rien n'y fait...

Les personnages et "l'ambiance" sont très bien travaillés, malgré ça, je me suis un peu ennuyée à mi parcours… Mais l'auteur a réussi à capter mon attention dans la deuxième partie du roman, et j'ai dévoré la fin.

Partager cet article
Repost0

Il est grand temps de rallumer les étoiles

Publié le par lydiane

de Virginie GRIMALDI.

Déjà l'année dernière, j'avais lu l'un de ses romans en vacances. J'ai réitéré cette année. 

Il est grand temps de rallumer les étoiles

4ème de couverture :

Anna, 37 ans, croule sous le travail et les relances des huissiers.
Ses filles, elle ne fait que les croiser au petit déjeuner. Sa vie défile, et elle l'observe depuis la bulle dans laquelle elle s'est enfermée.
À 17 ans, Chloé a des rêves plein la tête mais a choisi d'y renoncer pour aider sa mère. Elle cherche de l'affection auprès des garçons, mais cela ne dure jamais. Comme le carrosse de Cendrillon, ils se transforment après l'amour.
Lily, du haut de ses 12 ans, n'aime pas trop les gens. Elle préfère son rat, à qui elle a donné le nom de son père, parce qu'il a quitté le navire.
Le jour où elle apprend que ses filles vont mal, Anna prend une décision folle : elle les embarque pour un périple en camping-car, direction la Scandinavie. Si on ne peut revenir en arrière, on peut choisir un autre chemin.
Anna, Chloé, Lily. Trois femmes, trois générations, trois voix qui se répondent. Une merveille d'humour, d'amour et d'humanité.

Ce roman est un vrai page-turner. Les chapitres sont courts, et on change de narrateur : le lecteur est invité à lire le journal intime de Lily, le blog de Chloé et nous avons également de point de vue d'Anna. Anna est mère célibataire. Elle jongle comme elle peut entre son job, ses factures, ses filles. Mais le jour où elle se fait licencier, convoquer par le proviseur du collège et celui du lycée et qu'un huissier sonne à sa porte, la coupe est pleine. Elle a un choix à faire...et elle va choisir ses filles ! Elle les embarque toutes les deux dans un road trip en Scandinavie.

La promiscuité imposée par la vie en camping car peut rapprocher les êtres, mais peut aussi les rendre dingues ! Au fil des pages, on assiste, aux prises de becs voire aux grosses engueulades, mais aussi aux calins de réconciliation et aux fous rires familiaux; tout ça avec les magnifiques paysages du Grand Nord.

Alors oui, il n'y a pas un suspens de dingue, on voit bien comment tout cela va finir, mais franchement, on passe un super moment avec ce roman. C'est bien écrit, on y déniche de très jolies phrases. C'est doux sans être niais. Je vous le conseille pour une belle lecture sans prise de tête.

Je ne résiste pas au plaisir de partager quelques lignes du cahier de Lily (qui a clairement un talent fou pour les expression françaises) :

"Il ne faut pas mettre la charrue avant de l'avoir tuée". 

"J'espère que c'est vrai, sinon il faudra qu'on mette les pendules sur les i"

"tu la prends vraiment pour un lapin de la dernière pluie "

Et un extrait qui m'a particulièrement parlé :

"Les parents sont des funambules. On marche sur un fil tendu entre le trop et le pas assez, un colis fragile entre les mains.
Il faut être attentif, mais ne pas laisser croire à notre enfant qu'il est le centre du monde; il faut lui faire plaisir sans qu'il devienne blasé; il faut équilibrer son alimentation sans le priver; il faut lui donner confiance, mais qu'il reste humble; il faut lui apprendre à être gentil, mais à ne pas se laisser faire; il faut lui expliquer les choses, mais pas se justifier; il faut qu'il se dépense et qu'il se repose; il faut qu'il apprenne à aimer les animaux, mais à s'en méfier; il faut jouer avec lui et le laisser s'ennuyer; il faut lui apprendre l'autonomie tout en étant présent; il faut être tolérant mais pas laxiste; il faut être ferme mais pas rude; il faut lui demander son avis, mais pas le laisser décider de tout; il faut lui dire la vérité sans atteindre son innocence; il faut l'aimer sans l'étouffer; il faut le protéger, mais pas l'enfermer; il faut lui tenir la main tout en le laissant s'éloigner. "

Partager cet article
Repost0

Entre deux mondes

Publié le par lydiane

d'Olivier NOREK.

J'ai découvert ce lieutenant de police dans La Grande Librairie il y a 2 ans. Il venait y présenter son roman "Entre deux mondes". Je savais qu'un jour où l'autre je finirai par le lire ! Alors, comme je dois lire un roman policier pour le Family Challenge, je me suis dis que ce serait l'occasion.

Entre deux mondes

4ème de couverture : 

Adam a découvert en France un endroit où l'on peut tuer sans conséquences. 

La 4ème de couverture laisse planer le mystère, je vais vous en dire un peu plus. Il s'agit d'Adam, un syrien, qui oeuvre contre le pouvoir en place. Quand il sent qu'il risque d'être découvert, il fait partir sa femme et sa fille, direction Calais. Il leur promet de les retrouver dans quelques semaines pour terminer le voyage jusqu'en Angleterre. Mais quand il arrive dans la jungle de Calais, il cherche désespérément sa famille sans succès.

Il apprend les codes de cette jungle, les règles, les camps, les trafics...jusqu'à ce que son chemin croise celui d'un flic, Bastien. Adam y voit l'opportunité de retrouver la trace de sa famille. Il propose alors une collaboration à Bastien : il l'informe de ce qui se passe dans la jungle et Bastien, lui, se renseigne via les outils de la police sur sa femme et sa fille.

Il n'y a pas un suspens de fou concernant l'enquête policière, j'ai effectivement deviné très rapidement qui était le coupable. Mais l'intérêt de ce roman est ailleurs ! On plonge totalement dans l'univers de la jungle, et c'est effrayant… Ce qui est particulièrement réussi, c'est qu'il n'y a pas de parti pris : rien n'est tout rose, ni tout noir, ni du côté des migrants, ni du côté des flics. On ne peut pas rester indifférent à ce roman. Je l'ai refermé en me disant, encore une fois, que j'ai bien de la chance d'être née en France.

Partager cet article
Repost0