Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Né d'aucune femme

Publié le par lydiane

de Franck BOUYSSE.

A force d'entendre tellement de bien de ce roman, j'ai décidé de l'emprunter à la bibliothèque.

Né d'aucune femme

4ème de couverture :

"Mon père, on va bientôt vous demander de bénir le corps d'une femme à l'asile.
- Et alors, qu'y-a-t-il d'extraordinaire à cela ? demandai-je.
- Sous sa robe, c'est là que je les ai cachés.
- De quoi parlez-vous ?
- Les cahiers. Ceux de Rose."
Ainsi sortent de l'ombre les cahiers de Rose, ceux dans lesquels elle a raconté son histoire, cherchant à briser le secret dont on voulait couvrir son destin.
Franck Bouysse, lauréat de plus de dix prix littéraires, nous offre avec 'Né d'aucune femme' la plus vibrante de ses oeuvres.
Ce roman sensible et poignant confirme son immense talent à conter les failles et les grandeurs de l'âme humaine.

D'abord, je veux souligner cette couverture que je trouve superbe ! J'avoue que cela a joué aussi dans mon désir de lire ce roman alors que ma PAL déborde...

La 4ème de couverture raconte le début du roman. Le prêtre du village, Gabriel, va bénir le corps d'une femme décédée à l'asile. Il récupére alors des cahiers. Une femme lui avait avoué, dans le confessional, les avoir cachés sous la robe de la défunte. En ouvrant ces cahiers, Gabriel va découvrir l'histoire de Rose.

 Rose est une jeune fille de 14ans lorsqu'elle accompagne son père au marché. Elle l'observe de loin en train de négocier avec un homme peu avenant. Elle comprendra vite que la "marchandise" sur laquelle ils ont du mal à se mettre d'accord, c'est elle même... Son père n'a trouvé que cette solution pour gagner quelques sous et faire vivre le reste de la famille. L'homme ramene donc Rose chez lui, aux Forges. 

Les chapitres s'enchainent, le lecteur alterne entre plusieurs narrateurs : Gabriel, Rose, le père de Rose, l'employé des Forges. Franck BOUYSSE mene parfaitement bien son récit. On devine, évidemment, que quelque chose de terrible va arriver. Mais j'etais loin d'imaginer des choses si horribles.  Autant le dire, c'est un roman noir et il faut avoir le coeur bien accroché !

C'est un roman qui reste en memoire, par le côté horrible des scènes bien sûr, mais également  par la plume parfaitement maîtrisée qui laisse le lecteur sous tension.

Partager cet article
Repost0

Une joie feroce

Publié le par lydiane

de Sorj CHALANDON

Une joie feroce

4ème de couverture :

Sur mon carnet bleu, j'ai écrit : "C'est l'histoire de trois femmes. Elles se sont aventurées au plus loin. Jusqu'au plus obscur, au plus dangereux, au plus dément. Ensemble, elles ont détruit le pavillon des cancéreuses pour élever une joyeuse citadelle."

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Bilan 2019... Go 2020 !

Publié le par lydiane

J'ai été moins assidue cette année sur le blog, et je n'ai pas réalisé un article à chaque livre lu comme j'en avais l'habitude auparavant. Mais, j'ai néanmoins fait de belles découvertes cette année :

Je me suis laissée tenter par les critiques élogieuses sur les blogs/Babelio/La Grande Librairie, et je n'ai pas été déçue avec :

- Sauveur & Fils : j'ai d'ailleurs lu le tome 1 et le tome 2 cette année.

- L'aube sera grandiose avec sa magnifique couverture

- Deux romans où il est question de la seconde guerre mondiale  : Le lilas ne refleurit qu'après un hiver rigoureux et Et tu n'es pas revenu

- J'ai également découvert Olivier NOREK, flic reconvertit en écrivain, et j'ai déjà mis Entre deux mondes entre les mains de beaucoup de personnes de mon entourage !

- Et enfin, une belle histoire d'amour avec Mon désir le plus ardent

En parlant d'histoire d'amour, j'ai également fait une relecture (ça m'arrive très, très rarement) et cela fut un veritable coup de cœur : La nuit des temps de BARJAVEL.

Cette année, je me suis aussi tournée, évidemment, vers des auteurs que je connaissais et dont j'appréciais l'écriture. Et là encore, ce fut de très beaux moments de lecture :

- Une sirène à Paris de Mathias MALZIEU

- Il est grand temps de rallumer les étoiles, 2ème roman de Virginie GRIMALDI que je lis

- Je poursuis toujours la série de l'Assassin Royal de Robin HOBB qui me plait toujours autant !!! (je viens d'ailleurs de me rendre compte que je n'ai pas chroniqué mes derniers lus, car j'ai fini, il y a quelques semaines, le tome 7...).

Fermons la page de 2019, et en route pour 2020 maintenant ! Et bien entendu, on attaque un nouveau "Family Challenge". Voici donc ci-dessous les thèmes de ma petite famille pour 2020 :

Ma p'tite maman nous demande :

- Lire le livre d'un auteur siégeant actuellement à l'académie française ou dont le fauteuil est encore vide suite à son décès)

- Lire le livre d'un auteur ayant obtenu le Prix Nobel de la Littérature

Ma frangine number 1 :

- Lire un livre avec la famille comme thème central

- Lire un auteur americain

Ma frangine number 2 :

- Lire un livre qui a été adapté sur petit ou grand écran

- Lire un livre dont le titre, ou la couverture comporte un animal

Mes thèmes :

- Lire un livre avec un terme temporel dans le titre

- Lire un livre à l'aveugle : un livre choisi par une autre participante qui aura pris le soin de couvrir le livre (titre, auteur, couverture masqués, il ne reste que le texte !)

En tout cas, je vous souhaite de très belles découvertes livresques pour 2020 !!!

 

Partager cet article
Repost0

L'enfant des neiges

Publié le par lydiane

de Marie-Bernadette DUPUY.

C'est un cherchant des romans sur l'hiver, saison oblige, que je suis tombée sur ce livre. En fouillant un peu sur le net pour écrire cet article, je me rends compte qu'il y a une suite...et même 5 autres romans ! Marie-Bernadette DUPUY est une auteure française, qui a écrit plusieurs sagas.

L'enfant des neiges

4ème de couverture : 

Janvier 1916. Dans le village de Val-Jalbert sur les bords du lac Saint-Jean au cœur de la forêt québécoise, une religieuse découvre un bébé abandonné dans un ballot de fourrures, sur le perron enneigé du couvent-école. D'où vient ce poupon aux yeux si bleus, qui porte le nom de Marie-Hermine, comme en témoigne une courte lettre cachée dans ses vêtements ? L'enfant sera élevée et instruite par les sœurs du Bon-Conseil et souvent confiée à une jeune mère des environs, Élisabeth Marois. Dotée d'une voix exceptionnelle, au fil des années, l'orpheline gagnera le surnom de « rossignol des neiges »... Grâce à son talent, elle fera la fierté du village ouvrier pourtant condamné à l'abandon.

Le début du roman est prometteur. On assiste à l'abandon de Marie-Hermine sur les marches d'un couvent. La petite d'un an est malade, tout comme sa mère qui est dans un état critique. Le père de Marie-Hermine est désespéré, confier son bébé aux sœurs semble la meilleure solution pour l'heure. Le lecteur suit alors le parcours des parents de Marie-Hermine en alternance avec la vie de la fillette dans le couvent. Le Quebec des années 1910 est bien dépeint.

Malheureusement, la suite ne m'a pas convaincue… c'est cousu de fil blanc et peu réaliste. La mièvrerie des personnages m'a vite gonflé. Leurs dialogues sont si peu naturel, tout comme leurs sentiments. Bref, j'ai fini le roman difficilement, et je ne lirai certainement pas la suite.

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0