Elle s'appelait Victoire

Publié le par lydiane

aymardde Pauline AYMARD

 

"Le docteur Lachapelle et Paco viennent à ma rencontre. Les convulsions ne s'arrêtant pas, ils ont pris la décision de la plonger dans le coma pour ne pas la faire souffrir. Mais elle mange, elle m'entend et elle me sent. Je rentre dans une pièce toute bleue où sont disposées six couveuses. Dans la première, à gauche, je découvre ma fille. On m'approche un tabouret en métal jaune. Je glisse ma main dans une des chaussettes de la couveuse et vais à la rencontre de la petite main de mon bébé. Bonjour Victoire, c'est maman".
A l'âge de 30 ans, Pauline Aymard perd sa première fille Victoire, une semaine après sa naissance. Avec pudeur, elle raconte dans ce livre son histoire : son accouchement douloureux, la froideur de l'hôpital, l'enterrement, le deuil à porter, l'urgence de vivre, les difficultés d'un couple endeuillé, la maladresse de l'entourage face au drame... Aujourd'hui, dix ans plus tard, elle est mère de trois enfants."

 

 

 

 

 

Je cherche régulièrement des romans qui traitent du sujet du deuil perinatal, et j'ai récemment découvert celui-là. En plus, il était à la médiathèque, alors je l'ai emprunté, même si la dame à l'accueil a presque essayé de m'en disuader  :

"- Ah vous savez, celui là il est vraiment triste. Non mais vraiment, très tiste.

- Ok, je le prends quand même

- Oui vous me direz c'est la vie !

- Exact."

Une belle lecture, un roman avec des mots justes.

Publié dans Lu - entendu...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article