K comme... KHADRA

Publié le par lydiane

Mohammed Moulessehoul, né en 1955 en Algérie, se lance dans l'écriture en 1997 en adoptant le pseudonyme de Yasmina KHADRA. Diverses raisons l'y poussent, mais la première que donne Moulessehoul est la clandestinité. Elle lui permet de prendre ses distances par rapport à sa vie militaire et de mieux approcher son thème cher : l'intolérance. Il démissionne de l'armée en 2000 et se consacre à l'écriture.

 

J'ai découvert cet auteur grâce à ma mère qui m'avait prêté l'un de ses romans : "Rien ne s'oppose à la nuit". J'avais adoré ! Je me replonge donc dans l'une de ses oeuvres : "L'attentat".

 

"Dans un restaurant de Tel Aviv, une jeune femme se fait exploser au milieu de dizaines de clients. À l’hôpital, le docteur Amine, chirurgien israélien d’origine arabe, opère à la chaîne les survivants de l’attentat. Dans la nuit qui suit le carnage, on le rappelle d’urgence pour examiner le corps déchiqueté de la kamikaze. Le sol se dérobe alors sous ses pieds: il s’agit de sa propre femme. Comment admettre l’impossible, comprendre l’inimaginable, découvrir qu’on a partagé, des années durant, la vie et l’intimité d’une personne dont on ignorait l’essentiel? Pour savoir, il faut entrer dans la haine, le sang et le combat désespéré du peuple palestinien…"

 

La 4ème de couverture résume bien l'intrigue. Cet homme qui devient fou, plus que l'attentat, c'est d'avoir aimé à la folie, pendant des années, une inconnue. Il était persuadé qu'elle était heureuse auprès de lui. C'est l'incompréhension. Il part donc au coeur de ces réseaux islmasistes pour découvrir qui était en réalité sa femme.

Un très beau roman !

Publié dans Lu - entendu...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article