Q comme ... QUINT

Publié le par lydiane

En finalisant ma liste pour ce challenge ABC, et en cherchant un ecrivain dont le nom commence par un Q, (ce qui ne court pas les rues !), je suis tombée sur Robert QUINT. Ce nom ne vous dit peut-être rien, mais si je vous dis "effroyables jardins" ? Vous avez forcement entendu parler de ce roman, ou alors vu son adaptation au cinéma avec Jacques VILLERET. Et bien "Aimer à peine" en est la suite...

 

4ème de couverture :

En 1972, au moment des attentats terroristes aux jeux olympiques de Munich, le narrateur (le jeune garçon d'Effroyables jardins) prépare un mémoire sur les coulisses politiques du milieu sportif. A cette occasion, il rencontre l'officier allemand qui fut à l'origine de l'arrestation de son père et de ses amis. Se pose alors la question de la responsabilité de la culpabilité d'autant que le narrateur vit une histoire d'amour avec une jeune allemande...

 

Là encore, un roman très court. Mais on est vite embarqué par cette prose poétique. J'ai eu de la tendresse pour ce jeune homme qui ne se sent pas à la hauteur du courage de son père. Il souhaite avoir une vie pleine, remplie, pour donner un sens à ceux qui ont sacrifié la leur, mais il se sent si minable. Et puis il y a cette jeune femme qu'il rencontre, qui elle aussi a un arbre généalogique difficile à assumer. Bref, je me suis régalée !!!

 

 

Publié dans Lu - entendu...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Ok, je note!
Répondre
B
Ca a l'air bien comme livre. Pour ce qui est des auteurs commençant par la lettre Q, j'ai lu 2 livres de Yann Queffélec que j'ai beaucoup aimés. Bon, ce sont des livres qui sont plutôt noirs, tu ne
ris pas en lisant. Si un jour ça te dit, ils sont à la maison.
Répondre
L


J'ai déjà lui l'un des Queffelec que tu as à la maison. J'avoue que j'avais même hésité avant de le lire du fait du souvenir que j'avais des "Noces barbares"...


Je me souviens très bien quand j'ai entamé "Les noces barbares" : J'étais dans le train, et après avoir lu le premier chapitre, j'avais tellement envie de vomir que je me suis vraiement
demandé si j'allais poursuivre ma lecture. C'était bien la première fois qu'un roman me faisait cet erffet là ! Alors quand tu parles de "romans plutôt noirs", je ne peux que confirmer !