Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2018...2019 !

Publié le par lydiane

Oula, on est déjà le 20 janvier, je n'ai pas écrit un seul article sur mon blog… Avant de vous faire partager mes lectures de 2019, un petit coup d'oeil dans le rétroviseur.

Voici les 10 (ok, 11) lectures que j'ai préférées. Le choix a été difficile, et j'aurais facilement pu en ajouter 3 de plus dans cette liste ! 

Tout d'abord, je confirme mon amour pour les romans historiques avec :

- Le chagrin des vivants

- Un secret si bien gardé

- Les enfants de la Terre

J'aime toujours les belles romances, à condition que ce ne soit pas gnangnan et tout dégoulinant de mièvrerie. Les 3 romans ci-dessous ont réussi à me convaincre :

-Entre ciel et Lou

- Changer l'eau des fleurs

- Tu comprendras quand tu seras plus grande

L'heroic fantasy me plait toujours autant :

- J'ai commencé la série de L'assassin royal avec un vrai plaisir

-La horde du contrevent

J'ajouterai à cette liste un roman pour ado, Vango et, La tresse, un roman où se mêle 3 belles histoires de femmes.

Et pour clore cette liste, le roman que j'ai fini à 5 heure du matin, en larme : Nous rêvions juste de liberté.

En 2019, je repars, bien évidemment, pour une nouvelle édition du Family Challenge. Les règles de cette année sont les suivantes :

Celles de ma maman :

- un roman policier

- le dernier roman d'un auteur

Celles de ma Mymy :

- un roman ado ou jeune adulte

- un roman écrit à la 1ère personne

Celles de ma Sarah :

- Les 4 éléments : lire un livre dont le titre comprend le mot terre/air/feu ou eau

- Un témoignage de femme/fille sur leur combat quant à leur place dans la société ou sur des violences

Et les miennes :

- un roman dont l'intrigue se passe dans un pays situé sous l'Equateur

- un livre qui se passe durant une guerre

Bref, encore de belles découvertes à faire !

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Anna Karenine

Publié le par lydiane

De Léon TOLSTOI.

Je finis le Family Challenge sur le fil ! Voici la dernière règle réalisée avec ce livre : un roman du 19eS.

4ème de couverture :

Anna n'est pas qu'une femme, qu'un splendide spécimen du sexe féminin, c'est une femme dotée d'un sens moral entier, tout d'un bloc, prédominant : tout ce qui fait partie de sa personne est important, a une intensité dramatique, et cela s'applique aussi bien à son amour. Elle n'est pas, comme Emma Bovary, une rêveuse de province, une femme désenchantée qui court en rasant des murs croulants vers les lits d'amants interchangeables. Anna donne à Vronski toute sa vie. Elle part vivre avec lui d'abord en Italie, puis dans les terres de la Russie centrale, bien que cette liaison 'notoire' la stigmatise, aux yeux du monde immoral dans lequel elle évolue, comme une femme immorale. Anna scandalise la société hypocrite moins par sa liaison amoureuse que par son mépris affiché des conventions sociales.

J'avais deja tenté la lecture d'Anna Karenine il y a une dizaine d'années et j'avais jeté l'eponge après 100 pages. Cette fois-ci l'histoire m'a passionné ! C'est seulement le dernier quart du roman que j'ai trouvé un peu long...

Les personnages d'Anna, Kitty et Lénine m'ont beaucoup plu. Je suis ravie d'avoir découvert l'écriture d'un grand écrivain russe et ça me donne envie de voir à nouveau l'adaptation cinématographique. 

Partager cet article
Repost0

A picture an hour

Publié le par lydiane

On attend Noël avec impatience, et quand le jour J est enfin arrivé, les heures filent à une vitesse grand V. Avec Il était SIX fois Noël, on immortalise cette journée avec 1 photo par heure. Je vous en fais partager quelques une ici.

Cette année, nous avons eu :

- une jolie table et un repas fameux

- quelques bulles pour accompagner tout ça

- des sourires, des embrassades, des "quoi de neuf ?" entre cousines, tontons, tatas, petits cousins et petites cousines...

- une partie de cache-cache avec beaucoup de décibels

- la visite de la star de la soirée : le Père Noël (et un Père Noël New Génération pour cette année !)

- des cadeaux, des cadeaux, et des cadeaux...on arrive vaguement à discerner qu'il y a un sapin derrière.

- des enfants bien gâtés qui n'ont pas résisté à attaquer direct les constructions, coloriages, et autres activités.

- Un Monsieur l'Amoureux surprenant… heart

- Un aristochat entouré de 2 beaux mâles… ! (comprendra qui pourra…)

- Pas de neige, mais du givre qui fait illusion...

Bref, un JOYEUX NOËL !

A picture an hour
A picture an hour
A picture an hour
A picture an hour
A picture an hour
A picture an hour
A picture an hour
A picture an hour
A picture an hour

Publié dans Noël

Partager cet article
Repost0

Petits gateaux de Noël

Publié le par lydiane

Aujourd'hui dans Il était SIX fois Noël, on partage nos recettes de Noël. Cette année, j'ai testé une nouvelle recette, qui a eu beaucoup de succès. La preuve, il n'y en a déjà plus !

Petits gateaux de Noël
Petits gateaux de Noël

Ingrédients :

300g de farine, 4 jaunes d'œufs, 150g de beurre ramolli, 125g de sucre glace, 25g d'amandes moulues, 1 gousse de vanille, 1 cuil à café de levure, confiture de framboise, 1 cuil à café de lait, 1 pincée de sel

Travaillez le beurre en crème avec 100g de sucre glace. Incorporez les amandes, 3 jaunes d'œufs et la pulpe grattée de la gousse de vanille. Mélangez bien, incorporez la farine tamisée avec la levure et le sel. Mettez la pâte au frais dans un linge pendant 3 heures.

Remettez la pate à température ambiante 30min, puis étalez-la sur 2mm d'épaisseur. Découpez en forme. Découpez le centre de la moitié des formes en cœur ou en cercle.

Badigeonnez les sablés pleins de jaune d'oeuf détendu avec un peu de lait. Couvrez d'un sablé perforé. Faites cuire sur une plaque tapissée de papier de cuisson 12 à 15 min (180°C).

Saupoudrez les sablés froids de sucre glace. Remplissez les creux de confiture.

Publié dans Noël

Partager cet article
Repost0

Les yeux d'Elsa

Publié le par lydiane

De Louis ARAGON. Recueil lu dans le cadre du Family Challenge.

Résumé de Babelio :

A la gloire de la femme aimée, Aragon, le dernier poète courtois, a composé ses plus merveilleux poème " Ma place de l'étoile, à moi, est dans mon cœur, et si vous voulez connaître le nom de l'étoile, mes poèmes suffisamment le livrent. " Pétrarque a chanté Laure, Ronsard Hélène, Lamartine Elvire, c'est à Elsa qu'Aragon donne ses poèmes qui sont au nombre des plus beaux chants d'amour qu'un poète ait écrits

J'ai opté pour Louis ARAGON, car j'avais le souvenir d'un poème lu au lycée "Les mains d'Elsa". Je l'avais trouvé très beau : 

Donne-moi tes mains pour l'inquiétude
Donne-moi tes mains dont j'ai tant rêvé
Dont j'ai tant rêvé dans ma solitude
Donne-moi tes mains que je sois sauvé

Lorsque je les prends à mon propre piège
De paume et de peur de hâte et d'émoi
Lorsque je les prends comme une eau de neige
Qui fuit de partout dans mes mains à moi

Sauras-tu jamais ce qui me traverse
Qui me bouleverse et qui m'envahit
Sauras-tu jamais ce qui me transperce
Ce que j'ai trahi quand j'ai tressailli

Ce que dit ainsi le profond langage
Ce parler muet de sens animaux
Sans bouche et sans yeux miroir sans image
Ce frémir d'aimer qui n'a pas de mots

Sauras-tu jamais ce que les doigts pensent
D'une proie entre eux un instant tenue
Sauras-tu jamais ce que leur silence
Un éclair aura connu d'inconnu

Donne-moi tes mains que mon cœur s'y forme
S'y taise le monde au moins un moment
Donne-moi tes mains que mon âme y dorme
Que mon âme y dorme éternellement.

Malgré tout, la lecture de ce recueil a été laborieuse pour moi. Je suis, malheureusement je crois, un peu hermétique à la poésie...

 

Partager cet article
Repost0

Tag de Noël

Publié le par lydiane

Tag de Noël

Aujourd'hui, pour Il était SIX fois Noël, un p'tit TAG :

Si Noël était… Une gourmandise : Des bredele

Si Noël était… Une musique : La chanson de Michèle Torr "Il viendra"

Si Noël était… Un livre : "Une seconde avant Noël" de Romain SARDOU. Ca me donne d'ailleurs envie de le relire !

Si Noël était… Un film : Love actually !

Si Noël était… Un souvenir d’enfance : Mon père qui rentre avec un beau sapin que l'on va décorer en famille avec Tino Rossi en fonds sonore.

Si Noël était… Une décoration : L'étoile au sommet du sapin

Si Noël était… Une couleur : Rouge

Si Noël était… Un cadeau : Noël 2011, le plus beau des cadeaux ! J'ai passé mon 24 décembre en tête à tête avec mon p'tit loup à la maternité. Retour à la maison avec mon bébé le 25, où je retrouve toute ma famille qui m'a préparé un magnifique repas de Noël.

Si Noël était… Une émotion : La joie des moments partagés en famille

Si Noël était… Un plat : Des toasts, du foie gras, de la confiture de figues, mmm...

Si Noël était… Un vêtement : Une belle robe 

Si Noël était… Un rêve : Je le garde au fonds de mon cœur...

Si Noël était… Une image : Les photos de famille. En particulier, celle qu'on faisait assises devant le sapin avec tous nos cadeaux rassemblés autour de nous.

Si Noël était… Une tradition : Nos grands-parents que nous accompagnions à l'Eglise du village pour regarder la crèche et un personage en particulier : un ange. A chaque pièce insérée dans cet ange, celui-ci hochait la tête pour remercier. On en a dépensé des centimes !

Si Noël était… Un bonbon : Du chocolat, du chocolat et encore du chocolat !

 

Publié dans Noël

Partager cet article
Repost0

J-20 : Noël approche !!!

Publié le par lydiane

J'ai déjà participé à deux éditions de "Il était X fois Noël, je réitère en 2018 ! Voici le programme de ce mois de décembre :

J-20 : Noël approche !!!

Et cette année, dans le chalet de Samarian et Chickypoo, j'ai la chance de partager une chambre double avec ma frangine.

Aujourd'hui, il était question d'avoir "des paillettes et de la colle plein le doigts". Des travaux manuels, ce n'est pas ce qui va manquer durant cette période, surtout avec mes deux p'tits loups à occuper ! Mais cet après-midi, c'est moi qui m'y suis collée. Au programme, la transformation d'une palette en bois en sapin pour une déco d'extérieure. Mais avant de rejoindre le froid hivernal, j'ai installé la palette au cœur de mon salon pour une petite séance de photos familiales !

J-20 : Noël approche !!!

Publié dans Noël

Partager cet article
Repost0

La drôle de vie de Zelda Zonk

Publié le par lydiane

de Laurence PEYRIN. 

LP, 6ème livre lu dans le cadre du Family Challenge : lire le roman d'un auteur ayant les mêmes initiales que nous.

La drôle de vie de Zelda Zonk

4ème de couverture :

Et si tout le monde pouvait changer de vie ? Foutu mardi, foutue pluie... Sur cette route d'Irlande qu'Hanna a prise tant de fois pour aller à son atelier, c'est l'accident. À l'hôpital, la jeune femme se lie avec Zelda, sa voisine de chambre de 85 ans, positive et joyeuse, experte en broderie. Mais Hanna sent un mystère chez la vieille dame, qui esquive toute question précise sur son passé. Que peut-elle avoir à cacher, à son âge ? Bientôt, Hanna découvre que Zelda Zonk était le nom d'emprunt de Marilyn Monroe quand elle voulait passer inaperçue. Hanna sait bien que c'est absurde, Marilyn est morte il y a presque cinquante ans, et pourtant... Tout en menant l'enquête, Hanna commence à réfléchir au sens de sa propre vie. Est-elle vraiment épanouie dans ce hameau perdu, dans ce mariage routinier ? Si vraiment Zelda est Marylin, si elle a réussi à passer de la lumière à l'anonymat, pourquoi elle-même ne pourrait-elle pas changer de vie ?
Le début du roman était prometteur. Les beaux paysages d'Irlande, des personnages attachants, une intrigue intéressante : Hanna vit dans une jolie maison avec son mari écrivain et sa nièce (sa sœur, hôtesse de l'air étant peu présente). Elle n'arrive pas à avoir d'enfant, mais a la chance de pouvoir donner son amour maternelle à sa jeune nièce. Son mari est aimant et compréhensif. Pour s'occuper un peu, elle passe tous ses mardis dans une boutique de déco. Un jour, c'est l'accident;
Elle se reveille dans un hôpital après avoir échappée de peu à la mort. Elle se pose évidemment beaucoup de questions. Et supporte mal ce syndrome d'imposture : pourquoi a-t-elle survécu alors que tant d'autres ont péri. Après quelques jours, elle est transférée dans une chambre double. Le lit voisin est occupé par une octogénaire, mystérieuse et perspicace.
Après sa sortie de l'hôpital, Hanna apprend que cette vieille femme porte le nom utilisé par Marylin Monroe pour passer incognito. A partir de là, découvrir qui est cette Zelda Zonk devient son obsession.
Le problème, c'est que le roman dévie après vers une passion amoureuse, un peu clichée. On tombe dans une niaiserie qui m'a vite ennuyée...dommage...
Partager cet article
Repost0

Déracinée

Publié le par lydiane

de Naomi NOVIK. 

J'ai eu le plaisir de recevoir ce roman grâce à la masse critique de Babelio.

Déracinée

4ème de couverture :

Pour les protéger des forces maléfiques du Bois, les habitants d'un village peuvent compter sur le Dragon, un puissant mage. Mais en échange, ils doivent lui fournir une jeune fille qui le servira pendant dix ans. L'heure du prochain choix approche et Agnieszka est persuadée que le Dragon optera pour Kasia, belle, gracieuse et courageuse, tout ce qu'elle n'est pas. Mais Agnieszka se trompe...

Le Dragon est un magicien qui vit dans une tour isolée. Son rôle est de lutter contre le Bois, une entité maléfique qui cherche à avaler la vallée et ses villages. Il semble sombre et mystérieux, mais les villageois lui vouent un veritable respect. En contrepartie de sa protection, ils lui sont complétement soumis. Au point de lui livrer, tous les 10ans, une jeune fille de 17 ans. Celle-ci retrouvera sa liberté après 10ans de vie commune. Le Dragon choisit toujours la jeune fille la plus talentueuse (la plus belle, la plus intelligente, la plus serviable…). Quand les jeunes femmes sortent de la tour, elles sont complétement différentes et fuient, toutes, sans exception, leur village d'origine. Que se passe-t-il réellement durant ces décennies, nul ne le sait...

Le roman s'ouvre justement sur la journée du Choix. Toutes les jeunes filles de 17 ans sont rassemblées et attendent la venue du Dragon. Elles savent d'avance que c'est Kasia qui va être choisie, mais contre toute attente, c'est sur Agnieszka que le Dragon jette son dévolu. Agnieszka se retrouve alors dans cette Tour, genre de grand manoir, où le Dragon va finalement tenter de lui apprendre la magie. 

Ce roman m'a évidemment rappelé l'histoire de La Belle et la Bête. Il y a des choses très réussies dans ce roman : le côté fantastique, la bataille contre le Bois, le personnage du Dragon qui m'a plu (avec un petit quelque chose de Thorn dans la Passe-Miroir). Mais je n'ai malgré tout pas été complétement séduite… Il y a clairement, de temps en temps, des longueurs dans ce roman. Le personnage d'Agnieszka n'est pas convaincant, un peu "cruche" sur les bords, je trouve que le roman ne développe pas assez son passage de nullité absolue en matière de magie à celui talentueuse innée. D'autre part, la romance a été un peu facile à mon goût (là encore la comparaison est rude avec la Passe-Miroir, où ce point là est traité avec tellement de finesse par Christelle Davos).

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Chien-Loup

Publié le par lydiane

De Serge JONCOUR.

Autant vous dire que, quand j'ai vu que Serge JONCOUR publiait un nouveau roman, je savais ce que j'allais lire dans les semaines à venir !

Chien-Loup

4ème de couverture :

L'’idée de passer tout l’'été coupés du monde angoissait Franck mais enchantait Lise, alors Franck avait accepté, un peu à contrecœur et beaucoup par amour, de louer dans le Lot cette maison absente de toutes les cartes et privée de tout réseau. L'’annonce parlait d'’un gîte perdu au milieu des collines, de calme et de paix. Mais pas du passé sanglant de cette maison que personne n’'habitait plus et qui avait abrité un dompteur allemand et ses fauves pendant la Première Guerre mondiale. Et pas non plus de ce chien sans collier, chien ou loup, qui s’'était imposé au couple dès le premier soir et qui semblait chercher un maître. 
En arrivant cet été-là, Franck croyait encore que la nature, qu’'on avait apprivoisée aussi bien qu’'un animal de compagnie, n’'avait plus rien de sauvage ; il pensait que les guerres du passé, où les hommes s’'entretuaient, avaient cédé la place à des guerres plus insidieuses, moins meurtrières. Ça, c’'était en arrivant.
Serge Joncour raconte l'’histoire, à un siècle de distance, d’'un village du Lot, et c’'est tout un passé peuplé de bêtes et anéanti par la guerre qu'’il déterre, comme pour mieux éclairer notre monde contemporain. En mettant en scène un couple moderne aux prises avec la nature et confrontés à la violence, il nous montre que la sauvagerie est un chien-loup, toujours prête à surgir au cœoeur de nos existences civilisées.

C'est un roman très différent de ceux auxquels l'auteur m'avait habitués. Comme je le soulignais après mes lectures de L'ecrivain national, Repose toi sur moi, et de L'amour sans le faire, l'auteur a un vrai talent pour la construction de ses personnages. Il nous les rend attachants sans être parfaits, ils ne sont pas caricaturaux et la lectrice que je suis s'y attache totalement. Dans Chien-loup, ce ne fut pas le cas. Pas que les personnages ne soient pas sympathiques, mais l'auteur a su mettre un certain mystère, une sorte de distance avec le lecteur (enfin c'est ce que j'ai ressenti en tout cas !). Malgré tout, son phrasé, sa plume me séduit toujours autant.

On alterne donc les chapitres en 1914 et en 2017, deux ambiances, deux mondes différents, mais une même maison, une même nature. J'ai enchainé les pages rapidement, en me disant qu'il n'y avait pas une action folle dans ce bouquin, limite que c'était un peu long... C'est en le refermant, en prenant un peu de recul avec l'histoire que le côté "psychologique" fait surface. La nature est un personnage à part entière de ce roman : elle est belle sous le pinceau d'aquarelle de Lise, mais elle est aussi sauvage au bout du fusil des braconniers. Serge JONCOUR met en lumière la même dichotomie chez l'être humain, la différence entre le chien et le loup.

Quelques phrases :

"- Putain, mais où est ce que tu nous amènes, dans un trou ou quoi?
- Ben non, tu vois bien qu'on monte... C'est tout le contraire d'un trou."

"Et s'il est des décors qui façonnent, des décors qui environnent toute l'enfance et forgent les êtres à leur image, il en est certains que l'on rencontre plus tard dans la vie, à un autre âge, et qui vous changent. "

"Personne ne le savait encore, mais ce jour qui s’achevait dans la nuit d’un 31 juillet était veille d’une guerre. Ici, au tréfonds des collines, on n’imaginait pas que dans quelques heures le tocsin vitrifierait les campagnes et qu’un vent soufflé des clochers abolirait l’été. Après-demain la guerre aspirerait les hommes du causse par trains entiers, avec au bout quatre années de feux, la disparition de quatre empires et plus de quinze millions de morts"

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0