Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Halloween

Publié le par lydiane

Sorcières, monstres, vampires et compagnie sont d'actualité pour cette période d'Halloween. Voilà quelques activités partagées à la maison :

Un jeu de l'oie trouvé sur le site "momes". On a adoré les gages : faire des grimaces, répété "rabougri, rabougra", imiter le fantôme...

 

Halloween

Un bricolage de momie : découpage et collage au rendez-vous !

Halloween
Halloween

Un film bien sympa au ciné : Yéti & Compagnie. Je vous mets la bande annonce ci-dessous. Avis unanime de nous 4, on a adoré, on rit, le message du film est beau, le graphisme est très chouette !

Partager cet article
Repost0

Dix-sept ans

Publié le par lydiane

Eric FOTTORINO.

Roman de cette rentrée littéraire, placé strategiquement "en tête de gondole" à la bibliothèque. Du coup, je suis repartie avec !

 

Dix-sept ans

4ème de couverture :

Lina n'’était jamais vraiment là. Tout se passait dans son regard. J'’en connaissais les nuances, les reflets, les défaites. Une ombre passait dans ses yeux, une ombre dure qui fanait son visage. Elle était là mais elle était loin. Je ne comprenais pas ces sautes d'’humeur, ces sautes d’'amour.»
Un dimanche de décembre, une femme livre à ses trois fils le secret qui l’'étouffe. En révélant une souffrance insoupçonnée, cette mère niée par les siens depuis l’'adolescence se révèle dans toute son humanité et son obstination à vivre libre, bien qu'’à jamais blessée.
Une trentaine d’'années après Rochelle, Éric Fottorino apporte la pièce manquante de sa quête identitaire. À travers le portrait solaire et douloureux d'’une mère inconnue, l’'auteur de Korsakov et de L'’homme qui m'’aimait tout bas donne ici le plus personnel de ses romans.

C'est le 1er roman que je lis de cet auteur, je viens donc de parcourir rapidement sa biographie : M. FOTTORINO est un journaliste français. Il est fils d'une infirmière, enceinte à 16 ans d'un juif marocain qu'elle ne pourra pas épouser. Clairement c'est l'histoire de ce roman.

Entre Eric et sa mère, il y a une frontière, d'ailleurs il ne l'a jamais appelé maman mais par son prénom, Lina. Cette frontière est là sans qu'Eric ne sache vraiment ce qui l'a construite. Il n'a jamais considéré sa mère comme une maman, il estime n'avoir jamais reçu l'amour qu'un fils est en droit d'attendre. Alors quand sa mère révèle, lors d'un repas de famille, un secret qui la ronge depuis plus de cinquante ans, il part à Nice dans la ville qui l'a vu naitre. Il est à la recherche de ses racines, de son histoire et de celle de Lina, pour comprendre pourquoi leur relation en est là aujourd'hui.

C'est un livre très personnel. Il n'est pas question d'actions ou de rebondissements ici, mais plutôt d'introspection. Je me suis parfois perdue avec les allers-retours dans la mémoire de l'auteur, mais c'est très bien écrit et ça reste un beau roman.

 

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Vango 2 : Un prince sans royaume

Publié le par lydiane

de Timothée de FOMBELLE.

Vango 2 : Un prince sans royaume

4ème de couverture :

Poursuivi par les démons de son passé, Vango repart à l’aventure. À la fin des années trente, suspendu au sommet des gratte-ciel de New York, il affronte ses ennemis avec le moine Zefiro, et retrouve la piste de celui qui a détruit sa famille. Sa quête le fait passer tout près de la belle Ethel, l’amour de sa vie, lors de la chute du dernier grand dirigeable qui manque le blesser à jamais. Il croit alors se retirer du monde pour toujours. Mais déjà la guerre envahit l’Europe et le remet sur les routes.

J'ai dévoré le 1er tome il y a quelques semaines, la suite et fin de l'histoire de Vango a subi le même sort. Quelle aventure ! On ne s'ennuie pas une minute. On saute d'un pays à une autre avec Vango (ça a d'ailleurs un p'tit air de Jules Verne et de son tour du monde en 80jours). Il est toujours en quête de ses origines et continue à être traqué par des "amis" qui ne lui veulent pas que du bien…

Au fil des pages le brouillard se dissout, et on aperçoit peu à peu la vérité. Même si on devine assez vite d'où vient Vango et qui il est réellement, ça n'enlève rien au plaisir de cette lecture ! On va de rebondissements en rebondissements, j'ai adoré !

Je salue également la plume de Timothée de Fombelle. N'ayez crainte, ce n'est pas parce que ce roman est estampillé "Roman ado" que l'écriture n'est pas travaillée. Il y a un brin de poésie dans ces lignes. Il y a un veritable travail de profondeur concernant les personnages : leurs caractères et leurs sentiments sont profonds, complexes et très bien décrits.

Quelques passages :

"- Et elle ? Pourquoi tu ne me parles pas plutôt d'elle ?
(...) Il avait posé la question au hasard, sans savoir. Mais cette curiosité le décevait rarement. Il y avait toujours quelque chose à remonter de cet hameçon qu'il lançait parfois. "Et elle ?" Même le plus vertueux de ses moines pâlissait. Et Zefiro était ému de ces yeux tout à coup brouillés, comme l'eau d'un marais, par cette ligne qu'il jetait.
Elle. Pour chacun, même pour Zefiro, les quatre lettres correspondaient à un être précis, parfois très lointain, un rêve, une ombre ou un regret. "

"Ils se regardèrent en souriant. En faisant le compte de leurs amis, ils ne voyaient qu’un ramassis d’obstinés, tous plus tétus et passionnés les uns que les autres.
Cela les réconforta "

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

L'assassin royal T1 et T2

Publié le par lydiane

de Robin HOBB.

L'assassin royal T1 et T2
L'assassin royal T1 et T2

4ème de couverture du Tome 1 :

Au château de Castelcerf le roi Subtil Loinvoyant règne sur les Six Duchés; il est aidé dans sa lourde tâche par son fils Chevalerie qui, comme son père et tous les nobles du royaume, porte le nom de la qualité que ses parents espéraient le voir développer. Ainsi le frère du Roi-servant s'appelle-t-il Vérité et leur demi-frère, né d'un second lit, Royal. Suite à une aventure restée inconnue de tous, Chevalerie donne à la lignée un nouveau descendant : un bâtard, dont la simple existence va bouleverser le fragile équilibre qu'avait établi le roi pour contrôler ses turbulents fils. Ce héros malgré lui, nommé Fitz, voit son avenir s'assombrir au fil du temps. Alors que les autres enfants ont déjà leur place à la cour et dans ses intrigues, lui devra la mériter et servir la couronne en devenant ce que personne ne voulait être : l'Assassin royal. Au service de son roi, il apprendra les poisons, le meurtre et la trahison…

Mais quelle idée j'ai eu de commencer cette série… Elle est beaucoup trop addictive ! A peine fini le 1er tome, que j'ai enchainé avec le 2ème. C'est pas comme si j'avais déjà plein de livres à lire. Alors commencer une série de 13 tome, c'est un peu de la folie…

On y retrouve bien entendu tous les ingrédients dans les series du genre (Le trône de fer, les rois maudits…). Il y a de l'intrigue, des complots, des guerres de clans, mais aussi de belles amitiés, de l'amour… Bref, un gros coup de cœur pour moi !

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Heather Mallender a disparu

Publié le par lydiane

de Robert GODDARD

Heather Mallender a disparu

4ème de couverture :

Quinquagénaire alcoolique et désenchanté, Harry Barnett vit depuis de nombreuses années sur l’'île de Rhodes, où il s’'occupe de la villa d’'un de ses amis, un homme politique anglais. Quand Heather Mallender arrive à la villa pour se remettre d’'un drame personnel, Harry est vite attiré par la jeune femme. Mais, lors d'’une balade en montagne, tout bascule: Heather disparaît sans laisser de traces et Harry est soupçonné par la police grecque de l’'avoir assassinée. Devant l’'absence de preuves, il est laissé en liberté. Avec une question qui ne cesse de l'’obséder: qu'’est-il arrivé à Heather ? Harry décide alors de mener l’'enquête à partir de sa seule piste : les vingt-quatre dernières photos prises par la jeune femme avant de disparaître. Cliché après cliché, il va ainsi tenter de reconstituer les dernières semaines de la vie de celle-ci, entre la Grèce et l’'Angleterre. Mais plus il apprend de choses sur Heather, sur son passé et sa vie, et plus le mystère s'’épaissit.

L'intrigue est bien décrite dans la 4ème de couverture. On rencontre, dans les premières pages du roman, Harry en pleine nature. Il attend, à mi chemin, Heather qui a voulu atteindre le sommet de la montagne. Mais Heather se fait attendre...au bout d'un moment, il n'y a plus de doute possible, elle ne reviendra pas. Il s'est forcement passé quelque chose. Harry, après avoir fouillé les alentours sans succès, prévient la police.

Ca faisait longtemps que je n'avais pas lu de policier. La promesse d'une enquête à l'aide des dernières photos prises par la victime, tout ça sous le soleil de la Grèce m'a fait envie. Malheureusement, le charme n'a pas opéré, il a même fallu que je m'accroche pour finir ce roman.

Le principal problème, à mon sens, c'est que je n'ai eu aucune empathie pour les personnages. Heather a disparu dès le départ, on n'a même pas le temps de faire connaissance avec elle. Les flash back ne nous la rendent pas particulièrement sympathique puisque trop mystérieuse. L'ami de Harry m'horripilait. Bref, difficile d'aimer un roman quand on accroche pas avec les personnages...

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

La fille qui aimait les abeilles

Publié le par lydiane

de Santa MONTEFIORE.

La fille qui aimait les abeilles

4ème de couverture :

1973. Trixie Valentine est amoureuse du leader d'un groupe anglais de rock qui passe l'été sur la petite île au large de Cape Cod (Massachusetts) où elle a grandi. La jeune femme en a assez de sa vie isolée, et rêve des grandes villes du monde. Elle ne veut pas finir comme sa mère, Grace, qui s'occupe des jardins des grands propriétaires depuis qu'elle a quitté l'Angleterre avec son mari, Freddie, à la fin de la guerre. Trixie ne comprend pas non plus son obsession pour les abeilles…
1937. L'Angleterre se prépare au combat, et la jeune Grace Hamblin va se marier. Mais alors qu'elle est sur le point de s'engager avec Freddie Valentine, elle est déchirée entre cet amour de jeunesse et le superbe aristocrate qu'elle sait ne jamais pouvoir épouser.
De l'Angleterre des années 1940 jusqu'’à l'Amérique des années 1970, La fille qui aimait les abeilles est le récit magnifique de deux femmes aux prises avec un amour débordant.

La 4ème de couverture m'a vraiment donné envie. De belles histoires d'amour, des flash-backs passé/présent, une relation mère/fille, c'était prometteur ! Mais au final, je suis plutôt déçue de cette lecture. L'histoire en elle-même aurait pu être belle, le problème c'est qu'on n'y croit pas une minute… Je trouve l'écriture trop légère, l'auteur n'approfondit pas les sentiments et les relations des personnages.  Dommage….

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

C'est l'automne !

Publié le par lydiane

Dimanche matin artistique à la maison ! J'ai découvert sur internet les arbres de l'artiste A.Vandenbogaard.

C'est l'automne !

J'ai donc proposé aux garçons de s'en inspirer pour dessiner des arbres. J'ai sorti de la peinture (avec des pailles pour souffler la gouache ), des feutres, des crayons de couleurs. 

Voilà les résultats : vous remarquerez que j'ai moi aussi remonté mes manches, mais que je suis beaucoup plus conformiste que mes garçons.  Eux font preuve d'originalité !

C'est l'automne !C'est l'automne !
C'est l'automne !C'est l'automne !
Partager cet article
Repost0

Marie Stuart

Publié le par lydiane

de Stefan ZWEIG. J'ai lu ce livre dans le cadre du Family Challenge pour la règle: lire une biographie.

Marie Stuart

4ème de couverture :

Reine d'’Écosse à l'âge de six jours, en 1542, puis reine de France à dix-sept ans par son mariage avec François II, Marie Stuart est un des personnages les plus romanesques de l'histoire.
Veuve en 1560, elle rentre en Écosse et épouse lord Darnley. Déçue par ce mariage, elle devient la maîtresse du comte Bothwell. Lorsque ce dernier assassine Darnley, l'horreur est telle que Marie doit se réfugier auprès de sa rivale, Elisabeth Ire, reine d'Angleterre. Celle-ci la retiendra vingt ans captive, avant de la faire condamner à mort. Son courage devant le supplice impressionnera les témoins, au point de métamorphoser celle que l'on disait une criminelle en une martyre de la foi catholique...
Sur cette figure fascinante et controversée de l'histoire britannique, le biographe de Marie-Antoinette et romancier de Vingt-quatre heures de la vie d'une femme a mené une enquête rigoureuse, se livrant à une critique serrée des documents et des témoignages. Ce récit passionné nous la restitue avec ses ombres et ses lumières, ses faiblesses et sa grandeur.

J'ai cherché quelle biographie je pourrais bien lire pour le challenge, plusieurs me tentaient… et puis, je me suis rappelée que ma petite maman avait lu une biographie de Marie-Antoinette écrite par Stefan ZWEIG. J'aime la plume de cet auteur, j'ai donc fouillé un peu sur le net et je me suis vite rendue compte que M. ZWEIG n'avait pas qu'une biographie à son actif ! Parmi toutes celles qu'il a écrit celle de Marie Stuart a retenue mon attention. Marie Stuart, je l'ai un peu mieux découverte grace au dernier livre de Ken Follett Une colonne de feu, et j'avais vraiment envie d'en apprendre plus.

Quelle vie ! Marie Stuart n'a rien à envier aux plus belles héroïnes de roman. Elle a tout connu dans sa vie. Le plus beau avec un mariage des plus somptueux avec le dauphin Francois II, puis elle devient Reine de France et vit dans le faste des chateaux et de la Cour du Roi de France. Elle n'a pas le temps de profiter de tout ce luxe, que la voilà de retour en Ecosse, veuve. Mais Marie a grandi et son caractère s'affirme. Elle est une femme passionnée, elle écoute plus souvent son cœur que sa raison pour son grand malheur. De mauvais choix et la descente aux enfers commence. Mais elle saura rester digne et fière, c'est ce qui la rend si charismatique malgré ses erreurs.

Je m'attendais à quelque chose de plus romancé, certainement parce que jusque là je n'avais lu que des romans de Stefan ZWEIG. Mais malgré tout, j'ai pris beaucoup de plaisir avec cette lecture, et s'il y a bien une chose de sûr c'est que Marie Stuart ne peut pas laisser indifferent !

 

Partager cet article
Repost0

Dans la forët

Publié le par lydiane

De Jean HEGLAND. J'ai découvert ce roman dans le cadre du prix literraire inter-CE Cezam.

Dans la forët

4ème de couverture :

Rien n’'est plus comme avant : le monde tel qu’'on le connaît semble avoir vacillé, plus d’'éléctricité ni d’'essence, les trains et les avions ne circulent plus. Des rumeurs courent, les gens fuient. Nell et Eva, dix-sept et dix-huit ans, vivent depuis toujours dans leur maison familiale, au cœoeur de la forêt. Quand la civilisation s'’effondre et que leurs parents disparaissent, elles demeurent seules, bien décidées à survivre. Il leur reste, toujours vivantes, leurs passions de la danse et de la lecture, mais face à l’'inconnu, il va falloir apprendre à grandir autrement, à se battre et à faire confiance à la forêt qui les entoure, emplie d’'inépuisables richesses.
Considéré depuis sa sortie comme un véritable choc littéraire aux Etats-Unis, Dans la forêt, roman sensuel et puissant, met en scène deux jeunes femmes qui entraînent le lecteur vers une vie nouvelle.

Les romans post-apocalyptiques sont monnaie courante, mais ici point d'extra-terrestres, de virus contagieux ou de météorites. Non, sans raison particulière, il y a eu de temps en temps de petites coupures d'électricité. Puis, sans qu'on s'en inquiète plus que ça, il y a une minuscule coupure tous les jours. Et puis, au fil du temps, il y a plus d'heures dans une journée sans électricité qu'avec. C'est l'essence qui est venue à manquer ensuite. Plus de moyen de transport, plus de ravitaillement dans les magasins ou dans les pharmacies. C'est comme si, nous avions utiliser toutes les ressources de la terre. Que faire ?

Nell et Eva, deux adolescentes qui aimaient partager des moments avec leurs amis, qui imaginaient leur avenir dans un ballet mondialement reconnu pour l'une ou à Harvard pour l'autre, se retrouvent "piégées" dans leur maison isolée en forêt. Leur mère est décédée quelques mois plus tôt d'un cancer, elles restent avec leur père qui prend les choses en main : le potager pour se nourrir, l'approvisionnement en eau, le chauffage… mais quand leur père se blesse mortellement, elles n'ont plus le choix, elles doivent enlever leurs œillères, accepter la situation, garder l'espoir et continuer à vivre.

Ce livre m'a beaucoup plu, ...et en même temps, ça m'a un peu effrayée. Ce roman n'est peut-être pas autant de la science fiction que ça... 

Partager cet article
Repost0

Les enfants de la Terre : Le Clan de l'Ours des Cavernes T1

Publié le par lydiane

de Jean M. AUEL.

Depuis le temps que je devais lire cette serie… 1er tome, c'est fait ! Plus que 5.

Les enfants de la Terre : Le Clan de l'Ours des Cavernes T1

4ème de couverture :

Il y a 35 000 ans, une longue période glaciaire s’'achève et la Terre commence à se réchauffer.
Lentement, durant des millénaires, l'’homme s'’est peu a peu dégagé de la bête et il apparait à peu près tel qu'’il est aujourd’'hui. Il connait l’'outil, le feu, le vêtement. Il fabrique des armes pour chasser, aménage des grottes pour s’'abriter. Dans le chaos de la nature, il est parvenu à créer un peu d'’harmonie.
En ces premiers temps du monde, Ayla, une fillette de cinq ans, échappe à un tremblement de terre et se sort des griffes d'’un lion pour se refugier auprès d'’un clan étranger. Très vite, les gestes et les paroles d’'Ayla suscitent l’'étonnement et l’'inquiétude. 

Il faut bien l'avouer, j'ai attaqué ce roman avec un peu d'incertitude. Certes, j'ai lu énormément de choses élogieuses sur cette série. Je sais que l'auteur s'est beaucoup documenté et que le côté historique est respecté. Mais sérieusement un roman sur la Préhistoire ? Est ce que ça va vraiment m'emballer ???

Eh bien, la réponse, c'est un gros OUI ! On ne peut pas rester insensible au destin d'Ayla. Cette petite Cro-Magnon de 5ans se retrouve seule après un tremblement de terre. Après plusieurs jours d'errance, elle est recueillie par un clan de Néandertaliens. Mais rien n'est simple pour elle : elle n'a pas le même physique, le même langage, les mêmes coutumes…

Certes elle est jeune, et arrivera donc à s'adapter. Mais malgré tout parfois, ses racines resurgiront, elle accepte mal son rôle de femme soumise.

J'ai beaucoup aimé en apprendre plus sur la vie de ces premiers hommes : leurs croyances, leurs modes de vie, leurs rapports les uns aux autres… c'est extrêmement intéressant et en même temps ça reste un roman avec une vraie histoire.

Je vous le conseille ! 

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0