Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Family challenge

Publié le par lydiane

Etant donné que nous sommes 4 de la famille à tenir des blogs où nous parlons notamment de nos lectures, nous nous sommes dit, pour s'amuser un peu, que nous allions nous lancer un petit défi. Nous avons chacune défini 2 règles de lectures, soit un total de 8 livres à lire, et ce avant le 31/12/2016.

Règle 1 : Lire un classique

Règle 2 : Lire un historique. Cela peut être un roman historique ou une biographie d'un personnage historique

Règle 3 : Lire un livre qui a obtenu le Goncourt (ça peut être le Goncourt "officiel", mais aussi le Goncourt des lycéens, le Goncourt du 1er roman, ou le Goncourt de la biographie...)

Règle 4 : Lire un roman épistolaire.

Règle 5 : Extrême Orient : lire un livre d'un auteur de cette région (qui comprend Birmanie, Brunei, Cambodge, Chine, Corée du Nord, Corée du Sud, Indonésie, Japon, Laos, Malaisie, Mongolie, Philippines, Singapour, Taiwan, Thaïlande, Timor oriental, Vietnam

Règle 6 : Un seul mot : choisir un livre dont le titre ne contient qu'un seul mot

Règle 7 : Lire un livre publié l'année de sa naissance

Règle 8 : Lire un livre dont le titre comprend un nombre

Pas d'ordre à respecter, on choisit de commencer par la règle que l'on veut. Vous retrouverez les articles de mes sisters et de ma p'tite maman sur leurs blogs :

http://passionnement​1457.over-blog.com

http://1000n1.over-blog.com

http://titesarah027.skyrock.com

Partager cet article
Repost0

Temps glaciaires

Publié le par lydiane

de Fred Vargas.

Temps glaciaires

4ème de couverture :

" Adamsberg attrapa son téléphone, écarta une pile de dossiers et posa les pieds sur la table, s’inclinant dans son fauteuil. Il avait à peine fermé l’oeil cette nuit, une de ses soeurs ayant contracté une pneumonie, dieu sait comment.
– La femme du 33 bis? demanda t-il. Veines ouvertes dans la baignoire ? Pourquoi tu m’emmerdes avec ça à 9 heures du matin, Bourlin? D’après les rapports internes il s’agit d’un suicide avéré. Tu as des doutes?
Adamsberg aimait bien le commissaire Bourlin. Grand mangeur, grand fumeur, grand buveur, en éruption perpétuelle, vivant à plein régime en rasant les gouffres, dur comme pierre et bouclé comme un jeune agneau, c’était un résistant à respecter, qui serait encore à son poste à 100 ans.
– Le juge Vermillon, le nouveau magistrat zélé, est sur moi comme une tique, dit Bourlin. Tu sais ce que ça fait les tiques?
"

Cet été je suis partie en vacances avec pas moins de 6 gros romans dans ma valise. Ce qui m'a d'ailleurs valu un regard exaspéré du Mâle... avec deux enfants dont un bébé, on doit réduire au maximum nos valises, alors mes 6 bouquins... En route, nous nous sommes arrêtés chez ma petite Claire, grande fan de littérature. Elle m'a laissé en pension quelques bouquins qu'elle avait aimé et qui se sont donc ajouté à ma valise ! Temps glaciaires en faisait parti.

Ce n'est pas mon premier Vargas et c'est avec un grand plasir que j'ai renoué avec le commissaire Jean-Baptiste Adamsberg. Mais aussi toute son équipe : chacun a son caractère, chacun ses défauts, mais ils sont tous particulièrement attachants.

L'intrigue est addictive... il y a ces suicides, qui bien sûr n'en sont pas. Mais quel peut bien être le point commun ? On tombe sur une pelotte, la "pelotte de l'Islande" : on déroule, on déroule...et puis rien ! Nouvelle pelotte, la "pelotte Robespierre" : on déroule, on déroule...et puis rien ! Il semble que l'on tourne on rond, on aboutit à rien de concret; jusqu'au moment où tout s'emboite. Ah mais oui... !

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Les gens heureux lisent et boivent du café

Publié le par lydiane

de Agnès Martin-Lugand

Les gens heureux lisent et boivent du café

4ème de couverture :

« Ils étaient partis en chahutant dans l’escalier. […] J’avais appris qu’ils faisaient encore les pitres dans la voiture, au moment où le camion les avait percutés. Je m’étais dit qu’ils étaient morts en riant. Je m’étais dit que j’aurais voulu être avec eux. »

Diane perd brusquement son mari et sa fille dans un accident de voiture. Dès lors, tout se fige en elle, à l’exception de son cœur, qui continue de battre. Obstinément. Douloureusement. Inutilement. Égarée dans les limbes du souvenir, elle ne retrouve plus le chemin de l’existence. C’est peut-être en foulant la terre d’Irlande, où elle s’exile, qu’elle apercevra la lumière au bout du tunnel.

Avec un titre pareil, moi l'accro à la caféine et à la lecture, je ne pouvais pas passer à côté !

Diane, seule, après avoir perdu son mari et sa fille, a décidé d'arrêter sa vie. Elle reste cloitrée chez elle, ne va plus travailler dans sa librairie qu'elle aimait tant. Quelques amis s'accrochent à elle, ils essayent de la bousculer de la faire réagir...sans beaucoup de succès. Et un jour, Diane décide de s'enfuir, elle part en Irlande où personne ne sait rien d'elle. Elle va rencontrer des Irlandais au tempérament bien trempé, en particulier Edward...

Pas besoin d'aller plus loin, vous imaginez bien se qui va se passer et comment ça va se terminer.

Mon avis sur ce roman est très partagé. Je l'ai lu rapidement, j'avais envie d'un livre touchant et romantique et il m'a vraiment captivé...par moment. Malheureusement ce ne fut pas le cas tout au long des pages. J'ai trouvé que l'auteur tombait parfois dans les clichés de la "comédie romantique", et ça, mon dieu que ça m'énerve. Trop de caricature (en particulier la soeur d'Edward qui m'a tapé sur le système), des scènes too much... c'est dommage.

Bref avec ce livre, j'avais l'impression de marcher sur un fil. Parfois je penchais vers le "bon côté", celui de la littérature qui me plait : ça sonne juste, les sentiments et les personnages sont bien dépeints, c'est léger tout en étant puissant; et parfois je chutais du "mauvais côté"...

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Selection pour les plus jeunes

Publié le par lydiane

Ca fait un bout de temps que je ne vous aie pas parlé de livres pour enfants. En ce jour d'Halloween, voilà une petite selection que mon Pirate apprécie tout particulièrement :

- La sorcière Rabounia de C. Naumann-Villemin et M. Barcilon : Rabounia qui vit entre les pages 56 et 63 du Grand Recueil des histoires pour le soir, est réveillée par ces cris insupportables. Elle a beau savoir qu'il est formellement interdit de sortir de son histoire, trop c'est trop ! Alors elle chausse ses baskets et se dirige vers une toute autre histoire que la sienne, qu'elle aura bien du mal à comprendre...

Un joli comte qui a beaucoup plu à Mon Pirate. C'est vrai qu'elle est attendrissante cette sorcière. Elle a beau vouloir jouer les méchantes, on voit bien qu'elle a un grand coeur !

 

Selection pour les plus jeunes

- La cocotte qui tap-tip-tope de C. Promeyrat : Un jour : Plus un sou, plus un grain de riz ! Qu'est-ce que je vais manger aujourd'hui ? La p'tite mamie a bien du souci ! Sa cocotte est posée sur la cuisinière, mais dedans, y'a plus rien qui mijote. Un petit conte sous forme de ritournelle, au rythme enlevé et gourmand, qui nous vient du Danemark.

C'est un comte très rythmique, presque musical pourrait-on dire. Je prenais un vrai plaisir à le lire : j'accelerais le débit, ralentissais à d'autre moment et parfois fredonnais. Mon loulou en redemandait !

Selection pour les plus jeunes

- Maman ! Des monstres ! de Liliana Cinetto et Poly Bernatene :"Avant, la nuit, j'avais peur. Très peur. Une peur terrible. Mais ça, c'était avant."

Une charmante petite histoire d'un enfant qui a peur de toutes sortes de monstres : orgres, sorcières, fantômes... mais il va trouver l'arme parfaite pour tous les faire fuir ! Ce fut un vrai plaisir, au fil des pages, de tourner ces monstres au ridicule.

Selection pour les plus jeunes

Publié dans Pour mes garçons !

Partager cet article
Repost0

Fils de brume : Tome 1

Publié le par lydiane

de Brandon SANDERSON.

Je m'essaie depuis quelques temps à la littérature fantasy avec plus ou moins de succès...enfin plutôt moins ! Je trouve souvent des romans trop "ado" avec des personnages, intrigues, mondes,...pas assez complexes et détaillés à mon goût. J'ai, c'est vrai, tendance à les comparer au Trone de fer, qui dans le genre "travaillé" se pose là ! J'ai lu beaucoup de bien sur la trilogie de Brandon SANDERSON, j'ai donc emprunté le 1er tome à la médiathèque. Bon, la couverture m'enchante guère...

Allez on s'y met, car c'est un sacré pavé écrit en tout petit caractère...

 

Fils de brume : Tome 1

4ème de couverture :

Les brumes regnes sur la nuit.

​Le Seigneur Maître sur le monde.

La jeune Vin ne connaît de l’Empire Ultime que les brumes de Luthadel, les pluies de cendre et le regard d’acier des Grands Inquisiteurs. Depuis plus de 1000 ans, le Seigneur Maître gouverne les hommes par la terreur. Seuls les nobles pratiquent l’allomancie, la précieuse magie des métaux.
Mais Vin n’est pas une adolescente comme les autres. Et le jour où sa route croise celle de Kelsier, le plus célèbre voleur de l’Empire, elle est entraînée dans un combat sans merci. Car Kelsier, revenu de l’enfer, nourrit un projet fou : renverser l’Empire.

Oui, c'est un pavé, mais je l'ai dévoré !

Tout d'abord l'intrigue m'a captivé. Le monde est très bien dépeint : une société composée de nobles (qui ne pensent qu'à profiter de leurs richesses) et de skaa (quasi esclaves), gouvernée par un tyran. On aurait pu se croire en France juste avant la Révolution. Kelsier, décide de se rebeller contre cet ordre établi. Il constitue pour son projet fou, une équipe composée des meilleurs dans leur domaine. Là, j'avoue avoir penser au film Océan eleven : chacun avec un caractère un peu fou (il en faut pour adhérer à ce projet) et cette pointe d'humour qui m'a beaucoup plu.

Ensuite il faut que je vous parle de Vin. Vin c'est cette jeune fille, frêle, qui essaye coute que coute de survivre. Mais on la sent forte, les epreuves lui ont forgé un sacré caractère. Kelsier la "recute" dans son équipe, sans vraiment lui laisser le choix. Vin apprend ce qu'est la confiance, l'amitié, le partage. Pour mener à bien leur coup d'Etat, elle est obligée de jouer les éspionnes durant les bals donnés par la noblesse. Voilà notre petite voleuse des rues transformée en noble : belles robes, belles coiffures, apprendre à tenir une conversation, à danser... En paralèlle Kelsier lui apprend aussi à se battre, à apréhender son talent : elle est une fille-des brumes.

Et là je dis bravo ! On ne parle pas de dragons, vampires, loups-garous ou que sais-je, mais d'allomancie. What ? L'allomancie est une sciences qui consiste ingérer des metaux et à les bruler. La combusion de ces metaux donne alors des capacités spéciales (calmer ou agiter les emotions des autres, bénéficier d'une force exceptionnelle...). Un allomancien, a la capacité de bruler un metal, un fils des brumes, tous les métaux. Alors comme ça, ça peut semblait un peu bizarre, mais je vous jure qu'on y adhére vite. C'est bien présentée et tellement original !

Bref, vous l'aurez compris, j'ai adoré. J'ai d'ailleurs déjà emprunté le tome 2...

 

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Le dernier gardien d'Ellis Island

Publié le par lydiane

de Gaëlle JOSSE. Il s'agit du dernier livre que j'ai lu dans le cadre du prix littéraire inter CE.

Le dernier gardien d'Ellis Island

4ème de couverture :

New York, 3 novembre 1954. Dans cinq jours, le centre d'Ellis Island, passage obligé depuis 1892 pour les immigrants venus d'Europe, va fermer. John Mitchell, son directeur, officier du Bureau fédéral de l'immigration, resté seul dans ce lieu déserté, remonte le cours de sa vie en écrivant dans un journal les souvenirs qui le hantent : Liz, l'épouse aimée, et Nella, l'immigrante sarde porteuse d'un étrange passé. Un moment de vérité où il fait l'expérience de ses défaillances et se sent coupable à la suite d'événements tragiques. Même s'il sait que l'homme n'est pas maître de son destin, il tente d'en saisir le sens jusqu'au vertige.

A travers ce récit résonne une histoire d'exil, de transgression, de passion amoureuse d'un homme face à ses choix les plus terribles.

L'immigration, sujet on ne peut plus d'actualité ! Quand j'ai vu ce titre dans la liste des livres du prix littéraire, j'ai immédiatement eu envie de le lire. Je connais peu de choses d'Ellis Island, mais j'imagine bien les immigrants arrivant plein d'espoir. Ils sont aux portes de leurs rêves, et pourtant encore une étape s'impose à eux : être accépté. J'imagine l'angoise, la peur au ventre qui doit être la leur. Ont-ils fait tout ce chemin pour rien ? Quelles sont les "bonnes réponses", celles qui vont leur ouvrir les portes de ce beau pays ?

J'ai trouvé dans ce roman de Gaëlle JOSSE l'ambiance que j'attendais. Certes j'aurais voulu connaitre encore plus en détail ces immigrants, avoir des portraits plus profonds. Mais il s'agit d'un roman très court, moins de 200 pages. Bon malgré tout, j'ai réussi à m'impregner dei leur espoir et leur crainte.

Maintenant venons en à l'intrigue en elle-même : John Mitchell, resté seul sur l'île attend la fermeture du centre. Il profite de ces quelques jours pour se plonger dans sa mémoire, revivre ces années à la tête de cette île. Au début, j'avais beaucoup de sympathie pour John. Droit, intégre, ils traitait les migrants comme des hommes et non comme des dossiers à gérer. Mais quand on en arrive à "l'élément" important, la rencontre avec Nella. Je ne le supportais plus. Je n'ai pas compris son comportement. Peut être que l'auteur a été trop vite pour moi, pour que je conserve de la sympathie pour John ou tout au moins pour que le comprenne...Néanmoins la fin m'a beaucoup plu.

Il y a donc du bon et du moins bon dans cette lecture. En tout cas, elle m'a donné envie de découvrir plus en détail l'Histoire d'Ellis Island.

Partager cet article
Repost0

Tea time

Publié le par lydiane

J'ai reçu il y a quelques jours mon cadeau d'anniversaire par la poste. Eh oui, mes sœurs ont eu la gentillesse de m'abonner à la thé box. J'ai donc découvert dans cette boite de septembre de nombreux thés, des biscuits au chocolat et de la confiture. C'est drôlement bien fait : il y a un livret qui décrit chaque thé par un petit topo et indique à quel moment de la journée il est préférable de le boire. J'en ai déjà gouté quelques uns, et j'avoue que j'aime beaucoup !

Tea time
Tea time

C'est l'occassion de reprendre un tag que j'ai découvert sur le blog de Des livres, des livres (https://deslivresdeslivres.wordpress.com/2015/10/02/tea-time-tag/ blog que je lis régulièrement tellement j'aime ses critiques !)

English breakfast tea – Un livre que tout le monde t’as recommandé et que tu as donc fini par lire… : La saga "L'autre Monde" de Chatam. J'en ai TELLEMENT entendu parler sur la blogosphère, sur Babelio... que je me suis laissé tenter. Je n'ai pas encore fini la saga, mais pour le moment c'est... mouais.

Earl Grey – Un livre sombre qui t’as laissé une forte impression même après l’avoir terminé… : Sans hésiter "Les noces barbares" de Queffelec. Je me souviens encore quand je l'ai lu. J'étais dans le train et j'avais embarqué ce livre avec moi pour le voyage. Après les premières pages, j'avais tellement envie de vomir, que je me suis demandé serieusement si j'allais poursuivre ma lecture.

Rooibos – Un livre qui t’as fait découvrir un autre pays que le tien… : C'est vrai que je "visite" souvent les mêmes pays dans mes lectures. Outre la France (en particulier la Bretagne), j'aime l'Angletterre, l'Ecosse, l'Irlande. Du coup, je siterai "Ce que le jour doit à la nuit" de Khadra qui m'a fait découvrir l'Algerie.

Chaï – Un livre de ta PAL, que tu es sûre d’aimer avant même de l’avoir lu… : Tous en principe, si j'ai décidé de les lire, c'est qu'ils ont tous quelque chose pour me plaire !

Darjeeling – Une pépite que tu aimes tellement que tu la recommandes à tout le monde… : C'est difficile de n'en choisir qu'un seul... Allez, je triche ! J'ai souvent conseillé Eric-Emmanuel SCHMITT (notamment l'enfant de Noé et Oscar et la dame rose). J'ai beaucoup aimé aussi "Les déferlantes" de GALLAY et "Les piliers de la terre" de Ken FOLLETT. Je suis sûre qu'ils pourraient plaire à beaucoup.

Oolong – Le genre livresque que tu considères comme ton péché mignon… : Sans hésitation le roman historique. Et surtout le Moyen-Age et la période de la Seconde Guerre Mondiale.

Ginseng – Un livre qui t’as fait sortir d’une panne livresque… : Je séche un peu... Je dirais peut-être "Fils des Brumes" (dont je ne vous ai pas encore parlé sur mon blog, mais ça ne saurait tarder). En effet, je tente depuis quelques temps de lire des romans Fantasy pour retrouver le bonheur que j'ai eu à lire Harry Potter ou le Trône de fer, mais j'avoue que le plaisir est rarement au rendez-vous...sauf récemment avec Fils des Brumes, où là j'ai vraiment accroché !

Camomille – Un livre qui t’as endormi et que tu n’as pas pu finir… : "La possibilité d'une île" de Michel Houellebecq, ce n'est vraiment pas fait pour moi !

Thé au jasmin – Un livre qui t’as chamboulé mais que tu n’as pas pu reposer avant de l’avoir fini… : Là aussi, il y en a beaucoup, et heureusement ! Si je dois en choisir un, je dirai "A ce soir" de ADLER. Un texte dont je comprends chaque mot, j'ai l'impression qu'elle parle de moi...Mais en même temps un livre qui me touche tellement. Je l'ai emprunté à nouveau à la médiathèque, il y a quelques mois...je n'ai pas réussi à l'ouvrir. Ca ne devait pas être le moment.

Thé vert Matcha – Le livre que tu considères comme le joyeux de ta bibliothèque… : En fait ma bibliothèque est assez "mince", j'emprunte beaucoup à la médiathèque et achète au final assez peu. Je dirai les 1er livres que j'ai eu : La serie Harry Potter, parce que j'ai envie, dans quelques temps, de les faire découvrir à mes loulous. A priori ils ont l'air de souffir du même mal que leur maman, de futurs accros aux bouquins !

Qu'en pensez-vous ? Et vous que répondriez-vous ? http://titesarah027.skyrock.com, http://1000n1.overblog.com/, http://passionnement1457.over-blog.com/, je serais curieuse de connaitre vos réponses...

 

 

Publié dans Notre petite vie...

Partager cet article
Repost0

13 petites enveloppes bleues

Publié le par lydiane

de Maureen Johnson.

Il s'agit de son premier livre publié en France. Il a séduit de nombreuses lectrices et a été nommé coup de coeur de La Fnac et de Je Bouquine. Grâce à ce succès l'auteure signe une suite "La dernière petite enveloppe bleue". Depuis nombre de ses livres ont été publiés aux éditions Gallimard jeunesse.

13 petites enveloppes bleues

4ème de couverture :

RÈGLE N° 1 : Tu ne peux emporter que ce qui tiendra dans ton sac à dos.

RÈGLE N° 2 : Tu ne dois emporter ni guides de voyage ou de conversation, ni aucune aide pour les langues étrangères.

RÈGLE N° 3 : Tu ne peux pas prendre d'argent en plus, ni de carte de crédit, de chèques de voyage, etc.

RÈGLE N° 4 : Pas d'expédients électroniques. Ce qui signifie, pas d'ordinateur portable, de téléphone portable, de musique, d'appareil photo.

C'est tout ce que tu as besoin de savoir pour l'instant. Rendez-vous à la Quatrième Nouille. Lorsqu'elle découvre ce message de Peg, sa tante adorée qui vient de mourir, Ginny est loin d'imaginer qu'elle en recevra treize au total et que ces petites enveloppes bleues l'emmèneront loin, bien loin, pour un incroyable voyage a travers l'Europe. Et transformeront à jamais sa vie de jeune fille rangée, timide et sage...

Comme une course au trésor, ce roman nous happe et nous entraîne de rencontres en découvertes, de mésaventures en petites victoires, pour une folle virée pleine d'humour et de charme.

Roman jeunesse que j'ai embarqué dans mes valises cet été. J'avais envie de voyager, de découvrir de nouveaux pays. En même temps cette quatrième de couverture me tentait vraiment : je rêvais de mystère, de grands secrets à percer, et d'aventures loufoques et profondes.

Au final...un roman jeunesse pas très exceptionnel... Tout d'abord une écriture trop simple (c'est du jeunesse certes, mais bon...), des personnages très caricaturaux, sans grande profondeur. J'ai eu beaucoup de mal à m'intéresser à Ginny, et je comprenais mal ses sentiments et réactions. Ensuite les villes traversées n'étaient pas assez décrites à mon goût, j'aurais voulu beaucoup plus voyager, beaucoup plus de dépaisement.

Mais surtout, j'ai eu du mal avec l'intrigue. J'aurais souhaité une vraie quête. Pour moi ce road movie devait permettre de découvrir un secret ou tout au moins de découvrir des merveilles. Ba pas vraiment en fait... Tante Peg fait juste faire un Ginny le parcours à travers l'Europe qu'elle même a fait. Pas beaucoup de mystère... Et pour finir, une fin qui m'a...laissé sur ma fin. Quand ça se finit en queue de poisson, soit je trouve ça magistrale (mais faut vraiment que j'ai accroché pendant le livre), soit (et ce fut le cas ici), ça me gonfle encore plus. Alors oui, je sais il y a la suite "La dernière petite enveloppe bleue", qui permet, je l'espère, de connaître le pourquoi de toute cette affaire, mais désolé, ça sera sans moi !

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Le collier rouge

Publié le par lydiane

de Jean-Christophe RUFIN

Le collier rouge

4ème de couverture :

Dans une petite ville du Berry, écrasée par la chaleur de l'été, en 1919, un héros de la guerre est retenu prisonnier au fond d'une caserne déserte.
Devant la porte, son chien tout cabossé aboie jour et nuit.
Non loin de là, dans la campagne, une jeune femme usée par le travail de la terre, trop instruite cependant pour être une simple paysanne, attend et espère.
Le juge qui arrive pour démêler cette affaire est un aristocrate dont la guerre a fait vaciller les principes.
Trois personnages et, au milieu d'eux, un chien, qui détient la clef du drame ...

Plein de poésie et de vie, ce court récit, d'une fulgurante simplicité, est aussi un grand roman sur la fidélité. Être loyal à ses amis, se battre pour ceux qu'on aime, est une qualité que nous partageons avec les bêtes. Le propre de l'être humain n'est-il pas d'aller au-delà et de pouvoir aussi reconnaître le frère en celui qui vous combat ?

Première fois que j'ouvre un roman de JC RUFIN...et certainement pas la dernière ! J'ai été conquise par l'écriture, simple, directe, sans rien en trop.

On rentre dans ce roman en entendant les aboiements d'un chien, son qui nous accompagnera tout au long des pages. Le maitre qu'il s'est choisi, Morlac, est le seul prisonnier restant dans une caserne en 1919. Hugues Lantier du Grez, juge militaire, vient à sa rencontre. C'est la dernière affaire pour Hugues Lantier, il a envie de terminer sa carrière sur "une note positive". Cette affaire va être simple, et vite réglée. Mais c'était sans compter sur l'obstination de Morlac. Pourquoi donc ce prisionner cherche-t-il à ce point à être condamné ?

Au fil des interrogatoires le lecteur découvre le parcours de Morlac dans cette première guerre mondiale. On apprend un peu plus à chaque page à connaitre et comprendre ce personnage, jusqu'à savoir, enfin, pourquoi il se retrouve emprisonné.

Un court roman qui tient en haleine, qui parle de fidélité et de l'absurdité de la guerre. Je vous le conseille ! 

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Gravé dans le sable

Publié le par lydiane

Il s'agit du 1er roman de Michel BUSSI, paru à l'époque sous le titre de "Ohama crimes". Suite au succès de "Comme un avion sans elle" et à la sortie de l'anonymat de M. Bussi, ce 1er roman a été réédité sous le titre de "Gravé dans le sable".

Gravé dans le sable

4ème de couverture :

Quel est le prix d’une vie ? Quand on s’appelle Lucky, qu’on a la chance du diable, alors peut-être la mort n’est-elle qu’un défi. Un jeu. Ils étaient cent quatre-vingt-huit soldats sur la péniche en ce jour de juin 1944. Et Lucky a misé sa vie contre une hypothétique fortune. Alice, sa fiancée, sublime et résolue, n’a plus rien à perdre lorsque vingt ans plus tard, elle apprend l’incroyable pacte conclu par Lucky quelques heures avant le Débarquement. De la Normandie aux Etats-Unis, elle se lance à la quête de la vérité et des témoins… au risque de réveiller les démons du passé.

Ca faisait longtemps que je ne m'étais pas plongée dans un polar. Lire un Bussi cet été me semblait un bon choix : de la détente, du suspens, une lecture sans prise de tête et captivante. Et bien...ce fut le cas ! J'ai bien accroché à l'intrigue : ce pari fait le D-Day qui tourne mal. Alice, une femme marquée à tout jamais par la perte de son Lucky, mais au tempérament bien trempé, est bien décidée à faire éclater la verité, même plus de 20ans après.

J'ai aimé comment l'auteur nous balade d'un suspect à un autre. Comment il nous fait nous interroger sur les pistes les plus improbables...ce personnage n'a-t-il pas un double visage ? Et si...? Mais du coup, il y a forecement une certaine distance entre le lecteur et le personnage. C'est évidemment nécessaire pour que naisse le mystère. Et comme Monsieur BUSSI fait de chaque personnage un suspect potentiel, aucun ne nous semble sympathique à 100%. Le lecteur ne s'attache pas, ne s'identifie à personne.

Il y a quand même un point qui m'a un peu dérangé dans ma lecture c'est le personnage de Nick. Détéctive privé des années 50 dont on entend toutes les pensées au fil du récit. Je voyais une espèce de Nestor Burma, très portée sur la gente feminine, qui se parle à lui-même à la 3ème personne du singulier. Ca m'a saoulé.

Malgré tout, c'est un roman que je conseille et j'ai déjà hate de me plonger dans un autre livre de Michel BUSSI (lorsque les lecteurs de ma médiathèque voudront bien me laisser le temps d'emprunter un de ses livres... ha, je vous jure il a du succès à PAM !)

 

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0