Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'été des lucioles

Publié le par lydiane

de Gilles PARIS. Il s'agit d'un écrivain et journaliste français né en 1959. "L'été des lucioles" est son 4ème roman, publié en 2014.

L'été des lucioles

4ème de couverture :

"J’ai deux mamans et un papa qui ne veut pas grandir. " Ainsi commence l’histoire de Victor, qui vient d’arriver dans la villégiature familiale du Cap-Martin. Cet été caniculaire s’annonce sous le signe de l’étrange avec une invasion de lucioles, des pluies sèches et des orages aussi soudains que violents. Du haut de ses neuf ans, Victor a quelques certitudes. C’est parce que François n’ouvre pas son courrier qui s’amoncelle dans un placard que ses parents ne vivent plus ensemble. C’est parce que Claire et Pilar adorent regarder des mélos tout en mangeant du pop-corn qu’elles sont heureuses ensemble. Et c’est parce que les adultes n’aiment pas descendre les poubelles au local peint en vert qu’il a rencontré son meilleur ami Gaspard. Pourtant, de nombreuses questions restent sans réponse. Pourquoi François refuse-t-il de grandir ? Pourquoi Alicia, son aînée, fugue-t-elle sans arrêt ? Qui était Félicité, la sœur de son père dont on ne parle jamais ?

Le narrateur de cette histoire n'est autre que le petit Victor 9ans. Il y a donc beaucoup de tendresse, de simplicité dans ce roman. Néanmoins, j'ai trouvé la 1ère partie un peu longue... Victor, nous présente sa famille, ses amis, les habitués de la résidence de vacances, au bout d'un moment on tourne un peu en rond, surtout que c'est un peu "tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil". Je n'ai pas trouvé assez de profondeur aux personnages pour m'y attacher vraiment.

Il y a un peu plus d'actions dans la seconde partie, même s'il n'y a pas de "grosses surprises". On se rend, en effet, assez vite compte de ce qu'il va se passer. Le côté "fantastique" m'a plu, mais j'aurais aimé qu'il soit plus "travaillé". En gros, j'aurais souhaité une 1ère partie plus courte et une seconde partie plus longue...

Un petit livre sympa, mais je ne suis pas certaine qu'il m'ait donné envie de lire un autre roman de cet auteur...

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Soldat Peaceful

Publié le par lydiane

de Michael MORPURGO. Il est né en 1943 en Angleterre. Il est notamment connu pour ses ouvrages de littérature d'enfance et de jeunesse (une quarantaine à l'heure actuelle). "Soldat Peaceful" destiné à un public d'adolescents est paru en 2003.

Soldat Peaceful

4ème de couverture :

Il s'appelle Tommo. Il n'a que dix-sept ans mais il a déjà vécu bien des choses, des joyeuses et des plus tristes. Il a passé une jeunesse heureuse avec sa mère et ses frères à la campagne, même si la vie n'était pas toujours facile. Mais tout à changé lorsqu'il est parti pour la guerre avec son grand frère Charlie. Cette nuit, Tommo ne veut surtout pas dormir, il veut penser à lui, à eux, à leur vie passée. Parce que demain, au petit matin, son existence va basculer pour toujours. Il veut profiter pleinement de ces dernières heures pour se souvenir, pour ne jamais oublier que rien n'est plus beau que l'amour et la fidélité, que rien n'est plus terrible que l'injustice et la guerre...

1er point, la couverture est magnifique. Deuxièmement, la 4ème de couv' me donne vraiment envie d'en connaitre plus. La seule chose qui me freine c'est que ce roman est détiné aux ado...je crains une écriture trop simpliste, qui me fasse passer à côté de la profondeur des personnages ou de l'intrigue. Eh bien .... suspens.... ce ne fut pas le cas !

Soldat Peaceful est certes un roman déstiné aux ado, mais il peut tout à fait être apprécié par un adulte. Chaque chapitre débute par un compte à rebours. Heure par heure, Tommo nous fait partager ses souvenirs. De sa naissance à cette nuit fatidique sur le champs de bataille. Il nous raconte son enfance à la campagne, son père, sa mère et ses frères, son adolescence et les premiers sentiments, et puis son engagement dans l'armée et cette guerre en France. C'est touchant, c'est bien écrit, on partage avec nostalgie les souvenirs de Tommo. On se demande ce qui doit se passer après cette nuit. Que va-t-il arriver à 6h du matin ? Point de mot supplémentaire, si vous voulez connaitre la réponse, lisez ce roman.

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

La prophétie des papes

Publié le par lydiane

de Glenn COOPER

La prophétie des papes

4ème de couverture :

1148, nord-est de la France. Malachie, archevêque d’Armagh et légat d’Irlande, meurt dans les bras de Bernard de Clairvaux, père spirituel des Templiers. Il laisse derrière lui un texte ésotérique, la femeuse « Prophétie des papes », dans laquelle il énumère 111 devises qui s’appliqueront aux 111 papes successeurs de Célestin II (1143-1144) Selon la prophétie, le 112 pape sera le dernier.

2013, Rome. A la mort du pape, 111e successeur de Célestin II, un conclave se tient au Vatican. Au même moment, on extrait des catacombes romaines un surprenant témoignage des premières heures du christianisme. Une telle découverte, si elle était rendue publique, mettrait en péril les fondements mêmes de l’Eglise. Au coeur du secret, Elisabetta Celestino, une jeune et brillante archéologue devenue nonne, va tenter au péril de sa vie, de déjouer une conspiration millénaire, ourdie par une mystérieuse confrérie occulte. 

De la Rome du Ier siècle à l’Europe contemporaine, en passant par l’Angleterre élisabéthaine du célèbre astronome et occultiste John Dee, le thriller ésotérique érudit et haletant de Gleen Cooper nous propose une fascinante traversée de l’histoire de l’Eglise. On notera au passage que les références à la fameuse « prophétie de Malachie » sont d’autant plus captivantes et d’actualité que le pape actuel, Benoît XVI est le 111e successeur de Célestin II

Un thriller ésotérique, c'est un genre que j'affectionne en général. La 4ème de couv' avait tout pour me séduire ! Des actions qui se déroulent dans des siècles différents et qui finissent par se rejoindre, du mystère, du complot historique...

Et bien en fait j'ai été déçue... Je me suis ennuyée. Le rythme est loin d'être captivant tout comme l'intrigue ! J'ai apprécié les chapitres se passant en 2013, j'ai trouvé les personnages de la famille Celestino attachants (bien que Elisabetta en nonne, je n'y crois pas une minute!), par contre tout ce qui se passait dans le passé était pour moi d'un ennui mortel. Pour mon retour au genre "roman ésotérique", mauvaise pioche !

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Pars avec lui

Publié le par lydiane

de Agnès LEDIG

Résumé de l'éditeur :

Il y a Roméo, pompier professionnel qui chute très gravement en sauvant la vie d'un enfant. Il y a Juliette, l'infirmière du service de réa où il va tenter de recoller les mille morceaux de son corps et de son coeur. Ils souffrent tous les deux. Roméo de ne plus pouvoir s'occuper de Vanessa, sa petite soeur adolescente, rebelle et fragile. Juliette, d'éprouver des difficultés à concevoir un enfant, dont le désir est plus fort que tout, malgré un compagnon humiliant et violent. Il y a aussi Guillaume, un collègue infirmier en quête d'équilibre. Et puis Malou, la grand-mère de Juliette, qui, à quatre-vingt-quatre ans, ne croit plus au hasard depuis bien longtemps. Cette rencontre accidentelle pourrait bien bouleverser le destin de tous ces personnages dont les chemins se croisent et s'éloignent sans jamais se perdre. Puisque c'est d'amour dont il s'agit. Une histoire de vie où des personnages d'une extrême vérité cherchent à se délivrer d'un passé douloureux, trouvent dans le présent et les liens humains les remèdes aux peines de l'existence, et nous enseignent qu'être heureux, c'est regarder où l'on va, et non d'où l'on vient.

Pars avec lui

Je n'avais pas particulièrement accroché avec "Juste après le bonheur" roman d'Agnès LEDIG, que j'ai lu il y a peu de temps. Mais j'ai lu tellement de bien sur l'oeuvre de cette auteur sur internet que j'ai décidé de retenter l'experience avec ce second roman.

J'ai préféré ce roman, mais c'est loin d'être un coup de coeur. Je reproche toujours les mêmes choses à l'auteur, c'est trop caricatural, trop prévisible. L'écriture ne me fait pas voyager, ni m'attacher aux personnages.

Non définitivement, ce ne sont pas des romans pour moi.

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Le théorème du homard ou comment trouver la femme idéale

Publié le par lydiane

de Graeme SIMSION. Il s'agit d'un écrivain australien. "Le théorème du homard" est son 1er roman. Il a déjà publié des pièces de théâtre, des scénarios et des nouvelles.

Le théorème du homard ou comment trouver la femme idéale

4ème de couverture :

Peut-on trouver une épouse sur mesure ? Le professeur de génétique Don Tillman, génie des sciences mais absolument inapte à vivre en société, en est persuadé. Pour mener à bien son « Projet Épouse », Don met au point un questionnaire extrêmement détaillé lui permettant d'éliminer toutes les candidates qui ne répondraient pas à ses exigences. Et celles-ci sont nombreuses car pour Don, la femme idéale

NE DOIT PAS :

1. Fumer et boire.

2. Être végétarienne et aimer la glace à l'abricot.

3. Se lever après 6 heures.

Mais elle DOIT :

1. Faire du sport.

2. Être ponctuelle.

3. Accepter le Système de Repas Normalisé qui prévoit du homard au dîner le mardi.

S'il y a bien une personne qui ne remplit aucun des critères établis, c'est Rosie Jarman, étudiante le jour et barman la nuit, dont la vie aussi désordonnée que celle de Don est méthodiquement organisée.

 

Il y a peu de suspens dans ce livre, on voit très bien comment ça va finir. Mais malgré tout, il est très agréable à lire. Un peu comme "les films de filles" où on sait très bien que le héros va finir avec l'héroine, "ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants", mais ça ne nous empeche pas de passer un bon moment et d'en redemander !

Dans ce roman de SIMSION, j'ai adoré le personnage de Don. Vous connaissez la serie Monk ou Bones, eh bien il est pareil ! Hyper organisé, obsessionnel, un esprit purement scientifique qui ne laisse pas de place à la diplomatie, tout est franchise ! Ce qui m'a vallu, il faut bien le dire, de bons moments de rigolade ! Un exemple parmi tant d'autre : Don est en train de faire une conférence

"Une femme au fond de la salle a levé la main. Concentré sur mon argumentation, j'ai commis une erreur sociale mineure, que j'ai promptement corrigée :

- Oui, la grosse...la dame en surpoids, au fond ?

Elle est restée silencieuse un moment et à regardé autour d'elle avant de poser sa question."

En conclusion, j'ai passé un très bon moment avec cette "comédie romantique".

 

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

La chute des géants T1

Publié le par lydiane

Depuis le temps que j'avais ce pavé de 1000pages dans ma bibliothèque, il était temps de m'y atteler !

4ème de couverture :

A la veille de la guerre de 1914-1918, les grandes puissances vivent leurs derniers moments d’insouciance. Bientôt la violence va déferler sur le monde. De l’Europe aux États-Unis, du fond des mines du pays de Galles aux antichambres du pouvoir soviétique, en passant par les tranchées de la Somme, cinq familles vont se croiser, s’unir, se déchirer. Passions contrariées, jeux politiques et trahisons… Cette fresque magistrale explore toute la gamme des sentiments à travers le destin de personnages exceptionnels… Billy et Ethel Williams, Lady Maud Fitzherbert, Walter von Ulrich, Gus Dewar, Grigori et Lev Pechkov vont braver les obstacles et les peurs pour s’aimer, pour survivre, pour tenter de changer le cours du monde.

Entre saga historique et roman d’espionnage, intrigues amoureuses et lutte des classes, ce premier volet du Siècle, qui embrasse dix ans d’histoire, raconte une vertigineuse épopée où l’aventure et le suspense rencontrent le souffle de l’Histoire…

La chute des géants T1

Quoi qu'il fasse Ken FOLLETT arrive toujours à m'embarquer avec lui dans ces romans. Ce 1er tome, "La chute des géants", ne fait pas exception à la règle !  

J'ai apprécié le côté historique très documenté. A travers ses personnages, Ken FOLLETT nous montre comment l'Europe en est arrivée à s'embraser en 1914. Je peux comprendre les critiques qui disent que ça traine en longueur, mais moi j'ai aimé suivre ces échanges entre Etats. L'auteur explique bien comment les dirigeants font part de leur exigences envers d'autres Etats; exigences complétement inacceptables et se couvrent ainsi "nous on a proposé, eux on refusé c'est de leur faute si on en est là !", ah la diplomatie !

J'ai également aimé les personnages. Des personnages de différents pays et de différentes classes sociales, qui vont, au fil de l'intrigue, être amenés à se rencontrer. Il y a la bourgoisie (à la Downtown Abbey) qui voit son monde s'écrouler. La 1ère guerre mondiale marquera la fin de ces grandes familles, de leur protocole, de leurs domaines... Et puis il y a ceux qui rêvent de changement : les suffragettes, les révolutionnaires russes, les pacifistes. Evidemment, tout ce petit monde là, vit également des histoires d'amour, des trahisons, des déchirures... Et bizarrement ont un tas d'enfants...que je suis sur de retrouver, pour mon plus grand plaisir, à l'âge adulte dans le prohain tome !

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Top Ten Tuesday - Top 2014

Publié le par lydiane

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français sur le blog de Iani.

Le thème de cette semaine :

Le Top Ten des livres lus en 2014

Evidemment, ce thème me permet de faire mon habituel bilan de l'année écoulée.

Tout d'abord un point sur les challenges :

- J'ai participé au Prix Litteraire Inter-CE. Sur les 10 livres, j'en ai terminé 9... Oui, j'avoue il y en a 1 qui m'est tombé des mains ! J'ai établi mon classement en fonction de mon ressenti et je suis contente d'avoir "trouvé" les 3 livres composant le podium. J'ai beaucoup aimé participer à ce prix, puisque ça m'a permis de lire des romans que je n'aurais certainement pas choisi moi même et faire ainsi de belles découvertes. En tout cas, je retente l'expérience en 2015 !

- Le challenge ABC de Livraddict. L'objectif était de lire 26 romans : un écrivain par lettre de l'alphabet. Bilan plutôt satisfaisant, car j'ai lu 23 romans pour ce challenge. Les lettres qui m'ont fait défaut sont le N, le U et le Y. Et là encore de belles découvertes. Par contre, je ne renouvelle pas l'experience en 2015. Parce qu'il est vrai que des romans que j'avais dans ma liste en janvier ne me tentaient plus vraiment en cette fin d'année. Du coup, plus de "liberté" dans le choix de mes lectures en 2015.

En 2014, j'ai donc lu 70 romans, faire un top 10 est un objectif plutôt ardu. Même que du coup c'est un top 11... (classé de façon aléatoire)

- La tête de l'emploi de D. FOENKINOS

- Les lisières de O. ADAM

- Comme un avion sans elle de M. BUSSI

- Le chapeau de Mitterrand de A LAURAIN

- Eux sur la photo de H GESTERN

- Un long moment de silence de P. COLIZE

- L'étrange disparition d'Esme Lennox de M. O'FARRELL

- Complétement cramé de G LEGARDINIER

- L'enfant allemand de C LACKBERG

- La couleur des sentiments de K. STOCKETT

- Room de E. DONOGHUE

- Mais j'aurais pu ajouter : Une seconde avant Noel de R. SARDOU, Les heures souterraines de D. DE VIGAN, Sulak de JAENADA, L'écrivain national de S. JONCOUR, Germinal de E. ZOLA, Seul le silence de RJ ELLORY, Aimer à peine de R. QUINT, La silencieuse de A. SCHREDER...

Partager cet article
Repost0

Les trois lumières

Publié le par lydiane

de Claire Keegan. Elle est née en 1968 en Irlande. Auteure de nouvelles, elle a remporté de nombreux prix en Irlande et au-delà.

Les trois lumières

4ème de couverture :

Par une radieuse journée d'été, un père emmène sa fillette dans une ferme du Wexford, au fond de l'Irlande rurale. Le séjour chez les Kinsella semble devoir durer. La mère est à nouveau enceinte, et elle a fort à faire. Son mari semble plutôt désinvolte : il oublie le bagage de la gamine dans le coffre de la voiture en partant. Au fil des jours, la jeune narratrice apprivoise cet endroit singulier. Livrée à elle-même au milieu d'adultes qui ne la traitent pas comme une enfant, elle apprend à connaître, au gré des veillées, des parties de cartes et des travaux quotidiens, ce couple de fermiers taciturnes qui l'entourent de leur bienveillance. Pour elle qui était habituée à une nombreuse fratrie, la vie prend une autre dimension. Elle savoure la beauté de la nature environnante, et s'épanouit dans l'affection de cette nouvelle famille si paisible. En apparence du moins. Certains détails l'intriguent : la manière dont Mrs Kinsella lui propose d'aller puiser de l'eau, les habits du garçon dont elle se voit affublée, la réaction de Mr Kinsella quand il les découvre sur elle...

Claire Keegan excelle à éveiller l'attention de son lecteur sur ces petites dissonances où transparaissent l'ambiguïté et le désarroi de ses personnages, si maîtres d'eux-mêmes. Et, dans cet envoûtant récit, le regard d'une enfant basculant à son insu dans le monde mystérieux des adultes donne toute sa force dramatique à la part cachée de leurs existences.

Un court roman d'une centaine de pages qui m'a beaucoup fait penser au film "Le long chemin". Ceux qui on vu le film comprendront à quoi je fais allusion. En même temps, je ne dévoile pas grand chose en disant cela, la 4ème de couverture le laissant entendre.

Le narrateur n'est autre que cette petite fille, qui a travers ses yeux d'enfant, découvre un univers très différent du sien : la campagne, M. et Mrs KINSELLA, des gens qui visiblement s'aiment beaucoup et qui la traitent comme un "adulte miniature", c'est à dire qu'ils prennent en considération ses entiments, ses peurs, ses envies, ce que ses parents sont loin de faire... Un lien fort se crée entre la fillette et ce couple.

Vous l'aurez compris, même s"il n'y a pas de "surprises" dans ce récit, l'intrigue m'a beaucoup plu. Par contre, j'ai moins accroché avec l'écriture de Claire KEEGAN. Pour moi ce n'était pas assez profond, il n'y avait pas assez de déscription autant sur le caratère des personnages que sur le lieu en lui-même, vous vous doutez bien que 100 pages ça passe vite ! Peut-être l'auteur a voulu créer une ambiance poétique en invitant le lecteur à faire travailler son imaginaition, mais pour le coup ça n'a pas fonctionné avec moi.

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

1, rue des petits-pas

Publié le par lydiane

de Nathalie Hug. Elle est née à Nancy en 1970. Depuis 2004, elle écrit en solo mais également en association avec Jérôme Camut. Elle a déjà publié plus d'une dizaine de livres, dont "1 rue des petit pas" en 2014.

 

1, rue des petits-pas

4ème de couverture :

Lorraine, hiver 1918-1919. Dans un village en ruines à quelques kilomètres du front, une communauté de rescapés s'organise pour que la vie continue. Louise, seize ans, est recueillie au 1, rue des Petits-Pas par une sage-femme qui va lui transmettre son savoir: accoucher, bien sûr, mais aussi lire et écrire, soigner les maux de la vie courante et, enfin, être l'oreille attentive de toutes les confidences. Mais dans ce village ravagé par la guerre et isolé du monde, les légendes nourrissent les peurs, et la haine tient les hommes debout. Ces peurs et cette haine, Louise va devoir les affronter car elle exerce son art dans l'illégalité, élève un enfant qui n'est pas le sien, aime un être qu'elle n'a pas le droit d'aimer, et tente de se reconstruire dans cet univers où horreur et malveillance rivalisent avec solidarité et espoir.

Quelle couverture ! Elle m'a attiré l'oeil de suite. Surtout que je lis beaucoup en allaitant en ce moment, du coup, avec ce roman entre les mains, le tableau était plutôt caucase ! Ensuite la 4ème de couverture a terminé de me séduire : la Lorraine, la 1ère guerre mondiale, le monde des sage-femmes, allez hop, le roman a atterri dans mon sac !

Qu'en dire ? Il y a beaucoup de positif et un peu de négatif...

Commençons par le moins bon. Je ne sais pas si c'est parce que je n'ai pas été assez attentive, mais parfois je n'arrivais plus à me souvenir de qui est qui. L'intrigue se passant dans un village, il y a quand même beaucoup de personnage, et je m'y suis perdue un peu...Idem pour le côté généalogie que l'on découvre au fur à mesure : donc celui là c'est le petit-fils d'un tel qui habitait cette maison là... bref, c'était parfois un peu confus dans mon esprit.

Venons en au positif. J'ai été séduite par le personnage de Louise. Elle est entière, ne se laisse pas déstabilisée par les détracteurs et les mauvaises langues. Elle assume pleinement son metier de sage-femme, consciente qu'elle aide les femmes qui en ont besoin, même si la loi le lui interdit. Sujet, on ne peut plus d'actualité, encore aujourd'hui, les sage-femmes se battent pour leur statuts ! J'avoue qu'il s'agit d'un metier que j'admire (aurai-je louper ma vocation ???), du coup, l'auteur n'a pas eu beaucoup de mal à m'entrainer dans son monde.

Mais Louise c'est aussi beaucoup de doute quand il est question de ses propres sentiments. Là l'auteur m'a surprise. Je ne veux pas en dévoiler trop pour ne pas gacher l'histoire si vous souhaitez lire ce roman. Mais en tout cas, sachez qu'il y a une belle histoire d'amour. 

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Charlotte

Publié le par lydiane

Si vous suivez un tant soit peu l'actualité littéraire, vous n'avez pas pu passer à côté de Charlotte, le dernier livre de David FOENKINOS. L'un des livres les plus commentés de cette rentrée littéraire, livre qui a d'ailleurs obtenu le prix Renaudot et le Goncourt des lycéens.

Malgré le fait que j'aime beaucoup FOENKINOS, ce livre me tentait moyennement...Le sujet m'emballait guère et j'avais peur de l'ecriture si particulière. Et puis, ma mère a achété ce livre et au vue de son enthousiasme à sa lecture (http://passionnement1457.overblog.com/2014/10/charlotte-suite.html) ainsi que celui de ma soeur

 (http://1000n1.overblog.com/2014/10/charlotte-de-david-foenkinos.html), je me suis laisser tentée.

 

Charlotte

4ème de couverture :

Ce roman retrace la vie de Charlotte Salomon, artiste peintre morte à vingt-six ans alors qu'elle était enceinte. Après une enfance à Berlin marquée par une tragédie familiale, Charlotte est exclue progressivement par les nazis de toutes les sphères de la société allemande. Elle vit une passion amoureuse fondatrice, avant de devoir tout quitter pour se réfugier en France. Exilée, elle entreprend la composition d'une oeuvre picturale autobiographique d'une modernité fascinante. Se sachant en danger, elle confie ses dessins à son médecin en lui disant : “c'est toute ma vie”. Portrait saisissant d'une femme exceptionnelle, évocation d'un destin tragique, Charlotte est aussi le récit d'une quête. Celle d'un écrivain hanté par une artiste, et qui part à sa recherche.

Alors tout d'abord le style de narration ne m'a pas dérangé du tout. J'ai retrouvé le talent de la plume de FOENKINOS et le plaisir de lire ses intrusions dans le récit. J'aime beaucoup quand Monsieur FOENKINOS se met à me parler à moi, lecteur, directement. Et puis, on sent tellement sa passion pour Charlotte. Il explique, en effet, que ce livre était "en souffrance" chez lui depuis de nombreuses années. On se rend compte qu'il n'a pas juste découvert l'oeuvre d'une artiste, mais qu'il s'est interessé à qui était réellement Charlotte, et qu'il a fait de nombreuses recherches. On voit que Charlotte fait partie integrante de sa vie.

Et j'avoue c'est plus cette passion qui m'a plu, plus que la vie de Charlotte en elle-même. Même s'il faut le reconnaitre, elle a eu une vie extraordinaire. Etre juive et allemande avec Hitler au pouvoir était un bagage bien lourd à porter et pourtant Charlotte vivait chaque minute intensément. Bref, encore un livre de M. FOENKINOS que j'ai beaucoup aimé !

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0