Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Indian creek

Publié le par lydiane

de Pete FROMM

Indian creek

4ème de couverture :

Le garde commença à parler de bois à brûler. Je hochais la tête sans arrêt, comme si j'avais abattu des forêts entières avant de le rencontrer.
- Il te faudra sans doute sept cordes de bois, m'expliqua-t-il. Fais attention à ça. Tu dois t'en constituer toute une réserve avant que la neige n'immobilise ton camion.
Je ne voulais pas poser cette question, mais comme cela semblait important je me lançai :
- Heu... C'est quoi, une corde de bois?
Ainsi débute le long hiver que Pete Fromm s'apprête à vivre seul au cœur des montagnes Rocheuses, et dont il nous livre ici un témoignage drôle et sincère, véritable hymne aux grands espaces sauvages.
"Indian Creek" est un captivant récit d'aventures et d'apprentissage, un Walden des temps modernes. Ce classique contemporain a établi Pete Fromm comme une des grandes voix de l'Ouest.

 

Un livre de circonstance, enfin...même s'il fait froid en Lorraine, on n'est pas encore au -30°C de l'Idaho ! Dans ce livre, le jeune Pete Fromm partage sa 1ere expérience des grands espaces. Etudiant qui se cherche un peu, en manque d'aventures et d'histoires à raconter, il profite du désistement de l'amie d'une amie pour postuler à un job au grand air. Il s'agit de rester pendant 7 mois au bord d'une rivière pour surveiller des œufs de saumon. Avec des histoires fabuleuses de trappeurs plein la tête, il n'hésite pas une minute.

Pete Fromm nous décrit avec humour, ce jeune homme naïf qu'il était : La préparation avant le grand départ, qui n'est en fait qu'une succession de fiestas. Son arrivée à la tente qui sera sa demeure pour 7mois alors qu'il souffre d'une gueule de bois monumentale. Et puis, la solitude, la nature, souvent hostile. Le narrateur doit apprendre à se débrouiller, à se nourrir, à se protéger du froid. Ces contes héroïques qui emplissaient sa tête se heurtent à la réalité ! Mais avec ce livre, on RESPIRE, on prend une bonne bouffé d'air pur. Hummmm, ça fait du bien !

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Snjor

Publié le par lydiane

de Ragnar JONASSON. 

Vous êtes prêt ? Départ pour l'Islande !

Snjor

4ème de couverture :

Siglufjördur, ville perdue au nord de l’Islande, où il neige sans discontinuer et où il ne se passe jamais rien. Ari Thór, qui vient de terminer l’école de police à Reykjavik, y est envoyé pour sa première affectation. Mais voilà qu’un vieil écrivain fait une chute mortelle dans un théâtre et que le corps d’une femme est retrouvé, à moitié nu, dans la neige. Pour résoudre l’enquête, Ari Thór devra démêler les mensonges et les secrets de cette petite communauté à l’apparence si tranquille.

Depuis quelques années, les écrivains venus du froids occupent le devant de la scène du romans policiers. Je me suis dit que c'était la bonne époque de l'année pour en découvrir un.

Ari Thor s'est cherché pendant quelques années. Il a fait des études de psychologie avant de s'orienter vers le clergé, mais juste avant de prononcer ses vœux, il a décidé d'intégrer une école de de Police. Il vient de sortir diplômé et se voit proposer un poste dans une petite ville d'Islande. Même si cela signifie s'éloigner de sa petite amie qui suit ses études de médecin, il accepte. Il se retrouve immergé dans une communauté où tout le monde se connait et où les non-natifs de Siglufjördur sont regardés avec méfiance.

Bien évidemment, alors qu'il ne se passe jamais rien, à l'arrivé de Ari Thor, la petite ville est le théâtre d'une tentative de meurtre et d'une mort accidentelle peut-être pas si accidentelle que ça...

Ce que j'ai aimé dans ce roman, c'est sa construction. En effet, dans le premier chapitre le lecteur assiste à l'agression d'une femme. Agression qui semble n'avoir aucun lien avec la suite de l'histoire. Alors j'attendais avec impatience que les morceaux du puzzle s'assemblent pour comprendre ! J'ai aussi beaucoup aimé l'ambiance : ce huis clos, quand la tempête de neige bloque l'accès à la ville. Et puis, le personnage de Ari Thor est sympathique, un peu naïf, un peu en décalage par rapport aux habitants de cette ville isolée.

Maintenant, c'est vrai, que le rythme n'est pas très soutenu et qu'il y a quelques longueurs parfois. C'est pourquoi je n'étais pas complétement "à fond" dans ma lecture. D'autre part, certains personnages étaient, je trouve, un peu énervant...j'ai eu du mal avec le chef d'Ari Thor, par exemple.

A noter que ce roman est le 1er d'une série. On peut donc retrouver les aventures d'Ari Thor avec d'autres enquêtes.

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Louis XIV : Le Roi Soleil Tome 1

Publié le par lydiane

de Max GALLO. 

C'est avec ce livre que je clôture le Family Challenge : lire un auteur détenteur d'un fauteuil à l'Académie Française.

Je me disais régulièrement "faudrait que j'essaie un jour un livre de Max Gallo". Et puis, vous savez ce que c'est, on a toujours plein de livres en tête que l'on souhaite découvrir. Avec cette règle édictée par ma p'tite maman pour notre Family Challenge, c'était l'occasion ! Max Gallo est décédé en 2017, mais son siège à l'Académie étant resté vacant, c'est comptabilisé pour cette règle...sauf que... 

J'avais dans l'idée de lire un livre de Max Gallo sur une des guerres mondiales, mais ils n'étaient pas dispo à la médiathèque. Là-dessus intervient des travaux dans ma médiathèque (avec du coup, une partie des livres qui ne sont plus accessibles) et le confinement (l'accès aux livres restant est plus compliqué). Bref, j'arrive à me procurer ce livre sur Louis XIV. Je le lis. Et au moment d'écrire cet article, je me rends compte que le siège de Max Gallo à l'Académie Française, le n°24 n'est plus vacant...il est occupé depuis le 15 octobre par François Sureau. Non, mais sérieux !

Bon j'espère que ma petite famille me trouvera des circonstances atténuantes et me validera quand même mon challenge...

Louis XIV : Le Roi Soleil Tome 1

4ème de couverture :

" Le roi est mort, vive le roi !" Ce matin de mai 1643, un nouveau soleil s'est levé sur le royaume de France.
Sous l'œil aimant d'une mère rompue à la politique, un roi-enfant découvre la charge que son sang et Dieu lui-même lui destinaient. Il sait pertinemment le poids qu'il lui faudra porter. Très vite, la Fronde vient inaugurer un douloureux apprentissage.
Son amour pour sa mère, Anne d'Autriche, son respect pour Mazarin, un père de substitution qu'il ne peut s'empêcher de mépriser, son goût pour l'art, le jeu, les femmes et la chasse, rythment une adolescence à nulle autre pareille.
Car, non content de devenir un homme, le jeune Louis doit incarner l'Etat, guider la France vers l'âge d'or qu'il lui a promis. Malgré les embûches, les blessures, les deuils, il lui faudra régner. Seul.

Dans ce livre, Max Gallo nous dépeint les 1ère années de la vie de Louis XIV. Un second tome terminera cette biographie. L'écrivain réussit le tour de force de nous faire un cours d'histoire en nous faisant lire un roman. En effet, les pages de ce livre se tournent rapidement, on le lit comme une histoire. Celle d'un enfant qui se retrouve à la tête d'un pays, alors que La Fronde prend de l'importance et que beaucoup rêvent de prendre la place de ce jeune roi. Louis est alors entouré par sa mère Anne d'Autriche et Mazarin qui œuvrent pour sa protection. A leurs morts, Louis décide de régner et de régner seul. 

Dans ce livre, on en apprend aussi beaucoup sur la vie "amoureuse" de Louis XIV. Parmi les femmes qui l'entourent, il se "sert" selon son bon vouloir. Mais il y a tout de même des femmes qui arrivent à trouver une place dans son cœur. On suit également Louis XIV dans toute sa démesure et dans les travaux titanesques du château de Versailles.

J'ai beaucoup aimé cette lecture, et c'est vraiment très intéressant. Mais l'écriture de Max Gallo ne m'a pas emballée plus que ça. Il faut reconnaitre, que parfois, il y a quelques redites et donc quelques longueurs. Néanmoins, cela m'a quand même donné envie de lire un autre livre de l'auteur mais sur un sujet qui me passionnera un peu plus.

Partager cet article
Repost0

Pour qui sonne le glas

Publié le par lydiane

d'Ernest HEMINGWAY

Pour qui sonne le glas

4ème de couverture :

Pas d'adieu, guapa, parce que nous ne sommes pas séparés. J'espère que tout ira bien dans les Gredos. Va maintenant. Va pour de bon. Non", il continuait à parler tranquillement, sagement, tandis que Pilar entraînait la jeune fille. "Ne te retourne pas. Mets ton pied dans l'étrier. Oui. Ton pied. Aide-la", dit-il à Pilar. "Soulève-la. Mets-la en selle." Il tourna la tête, en sueur, et regarda vers le bas de la pente puis ramena son regard à l'endroit où la jeune fille était en selle avec Pilar auprès d'elle et Pablo juste derrière. "Maintenant, va", dit-il. "Va." Elle allait tourner la tête. "Ne regarde pas en arrière", dit Robert Jordan. "Va." Et Pablo frappa le cheval sur la croupe avec une entrave.

J'ai lu ce livre dans le cadre du Family Challenge : lire un auteur qui a obtenu le Prix Nobel de la littérature. Hemingway a obtenu cette distinction en 1954. J'ai lu il y a quelques années "Le vieil homme et la mer", un roman assez court qui m'avait laissé un beau souvenir. Avec cette "règle" du challenge, j'ai eu envie de découvrir un autre de ses romans. "Pour qui sonne le glas", est dans un tout autre genre. En effet, il y est ici question de la guerre d'Espagne. Guerre à laquelle Ernest Hemingway a pris part aux côtés des républicains en tant que journaliste.

Le personnage principal, Robert Jordan, professeur américain, s'engage auprès des Républicains. Il est envoyé dans la région de Castille pour y faire sauter un pont et ainsi empêcher la fuite des fascistes. Pour préparer cette attaque, il rejoint un groupe de guérilleros, pendant 3 jours. Ils vivent dans une grotte au cœur d'une montagne espagnole. C'est là que Robert Jordan rencontre Maria, c'est le coup de foudre. Maria est une jeune fille que les résistants ont délivrée lors de l'attaque d'un train; depuis elle reste avec eux, n'ayant plus de famille. Evidemment, à quelques heures d'une mission suicide, cette histoire d'amour a un goût particulier...

J'avoue que j'ai eu du mal avec l'écriture en particulier les dialogues des personnages : les phrases sont très succinctes, un genre de ping-pong verbal, qui m'a empêché de m'attacher aux personnages. De plus, j'ai trouvé quelques longueurs à la première moitié du roman. Mais, une fois qu'on rentre réellement dans l'action, j'ai eu du mal à lâcher le livre, je voulais vraiment savoir l'issue de cette mission !

Partager cet article
Repost0

Engrenages et sortilèges

Publié le par lydiane

de Adrien TOMAS

Engrenages et sortilèges

4ème de couverture :

Grise et Cyrus sont deux élèves qui vont à la prestigieuse Académie des Sciences Occultes et Mécaniques de Celumbre. Une bonne nuit, l’apprentie mécanicienne et le jeune mage échappent de justesse à un enlèvement persécutif. Alors qu’ils se détestent entre eux, ils doivent malgré tout fuir ensemble et chercher un refuge dans les Rets, un très sinistre quartier aux mains des voleurs et des assassins. S’ils veulent survivre, les deux adolescents n’ont aucun d’autre choix que de faire alliance…

C'est cette superbe couverture qui m'a fait remarquer ce livre à la médiathèque. La 4ème de couverture m'a donné envie de l'emprunter. Et franchement, j'ai bien fait !

Dans ce roman, on va suivre deux adolescents que tout oppose. Leur seul point commun est d'être dans la même academie. Cette école de renom qui forme les futurs magiciens et les futurs mécaniciens. Grise, jeune fille studieuse, qui veut suivre l'exemple de son père et devenir la meilleure ingenieur en mécanique. Elle est très solitaire, ne vit que pour ses études et son avenir. Cyrus, quant à lui, est le garçon le plus populaire de l'académie. Il suit des études de magie, mais sans s'y investir vraiment...il est loin du sérieux de sa mère, grande générale de l'armée

Une nuit, l'académie est infiltrée par des kidnappeurs qui sont a la recherche de Grise et Cyrus. Les deux adolescents arrivent à leur echapper et à s'enfuire ensemble. Ils essayent de joindre leur parents, mais visiblement ces derniers font l'objet d'une "protection" particulière du gouvernement...

Isolés, ils vont devoir accepter l'aide des pires bandits et criminels de la société pour rester cachés et élucider le complot dont ils sont la cible. Mais rien n'est gratuit...

Ce fut franchement une tres bonne lecture ! J'ai été captivée par l'intrigue. Les personnages sont attachants, sans tomber dans des clichés. Bref, une lecture dite "jeunesse" de grande qualité

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Nature humaine

Publié le par lydiane

de Serge JONCOUR

Nature humaine

4ème de couverture :

La France est noyée sous une tempête diluvienne qui lui donne des airs, en ce dernier jour de 1999, de fin du monde. Alexandre, reclus dans sa ferme du Lot où il a grandi avec ses trois sœurs, semble redouter davantage l’arrivée des gendarmes. Seul dans la nuit noire, il va revivre la fin d’un autre monde, les derniers jours de cette vie paysanne et en retrait qui lui paraissait immuable enfant. Entre l’homme et la nature, la relation n’a cessé de se tendre. À qui la faute ?
Dans ce grand roman de « la nature humaine », Serge Joncour orchestre presque trente ans d’histoire nationale où se répondent jusqu’au vertige les progrès, les luttes, la vie politique et les catastrophes successives qui ont jalonné la fin du XXe siècle, percutant de plein fouet une famille française. En offrant à notre monde contemporain la radiographie complexe de son enfance, il nous instruit magnifiquement sur notre humanité en péril. À moins que la nature ne vienne reprendre certains de ses droits…

Oh que je l'attendais celui-là ! Depuis que j'ai découvert Serge JONCOUR avec l'Ecrivain national, je dévore chacun de ses romans lors de leurs sorties. Ce titre "Nature humaine" et cette quatrième de couverture me tentaient beaucoup... j'imaginais un roman un brin écolo, en tout cas qui nous raconte comment nous sommes devenus des "citadins". Parce que clairement aujourd'hui, même si tu habites "à la campagne" ce n'est plus vraiment la campagne d'autrefois.

Comme l'explique la 4ème de couverture, ce roman s'ouvre sur l'image d'Alexandre, seul dans sa ferme du Lot, pendant cette terrible tempête de 99. Dans ce roman la nature joue le rôle principal. Alexandre attend, et pendant cette attente, il plonge dans ses souvenirs. Il nous entraine durant une autre catastrophe naturelle, la sècheresse de 1976. Il vit dans une ferme avec ses 3 sœurs et ses parents. Ses parents exploitent cette ferme depuis quelques années, depuis que les grands parents leurs ont "passé les rênes". Ses trois sœurs ne rêvent que de villes et d'une carrière loin de la campagne. Alexandre, quant à lui est destiné à prendre la suite de ses parents.

On assiste, dans ce roman, à la transformation de la société : à l'apparition des supermarchés, des lignes téléphoniques, à la construction des autoroutes, des centrales nucléaires, à l'agriculture qui se dénature à grand renfort d'OGM et de pesticides. On trouve ceux qui en profitent et ceux qui résistent. J'avoue qu'il m'a bien fait rire ce vieux dans sa chèvrerie isolée qui a coupé tous les poteaux en bois destinés à accueillir les fils électriques du téléphone !

C'est un roman qui retrace toute une époque. Alexandre, dans tout ça, il essaie comme il peut de trouver sa place. Mais le grand écart entre le monde d'hier et d'aujourd'hui est difficile...

J'ai vraiment beaucoup aimé ce livre ! Lire ce roman c'est replonger dans ses souvenirs, de la nostalgie à la pelle. C'est aussi réfléchir à la transformation de notre société durant ces 40 dernières années. Bref, je vous le conseille fortement !

Quelques extraits :

"Juste avant vingt heures, le silence se fit sur le plateau, et là il y eut comme un décompte comme pour les fusées du Cap Canaveral. Ensuite, le sommet d'un crâne commença de se dessiner comme sur l'écran d'un Minitel, une calvitie qui pouvait tout aussi bien être de gauche que de droite, pendant deux secondes la France resta le cul entre deux chauves, et finalement c'est le visage de François Mitterrand qui apparut, constitué de milliers de petits points électroniques, bleus, blancs, rouges."

"Les consommateurs c'est pas avec du réel qu'on les fait rêver, le réel ils sont dedans tous les jours, le chômage, l'inflation, Tchernobyl, le sida, l'explosion de Challenger, le réel c'est tout ce qui nous pète à la gueule.
- Et donc, pour vendre de yaourts faut pas montrer de vaches?
- Exact! Jamais de vaches pour les yaourts, mais par contre faut montrer la laitière, une belle blonde aux joues bien rouges, et des fleurs dans les prés, de l'herbe, un ruisseau, du ciel bleu, mais surtout pas de paille ni de mamelles..."

"Venant d'un pays fermé (la RDA) Constanze dévorait ce monde grand ouvert et voulait apprendre toutes les langues. A l'inverse, Alexandre savait qu'il ne quitterait jamais les Bertranges, son statut de successeur faisait que cette terre avait besoin de lui. Ils étaient originaires de deux planètes inconciliables, c'est pourquoi il n'en revenait pas de se retrouver à côté d'elle, de sillonner avec elle le Tarn-et Garonne et les vallons du Gers, quitte à devenir un activiste, un artisan de l'ombre."

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Ma cousine Rachel

Publié le par lydiane

de Daphné du Maurier.

J'avais adoré Rebecca. J'ai eu envie de me replonger dans l'ambiance si particulière que Daphné Du Maurier sait créer.

Ma cousine Rachel

4ème de couverture :

Philip, sans la connaître, déteste cette femme que son cousin Ambroise, avec lequel il a toujours vécu étroitement uni dans leur beau domaine de Cornouailles, a épousée soudainement pendant un séjour en Italie.
Quand Ambroise lui écrira qu'il soupçonne sa femme de vouloir l'empoisonner, Philip le croira d'emblée. Ambroise mort, il jure de le venger.
Sa cousine, cependant, n'a rien de la femme qu'imagine Philip. Il ne tarde pas à s'éprendre d'elle, à bâtir follement un plan d'avenir pour finir par buter sur une réalité de cauchemar.

A la mort de ses parents, le jeune Philip a été recueilli par son cousin Ambroise, dans son domaine des Cornouailles. Ambroise, célibataire endurci, sans enfant, fait de Philip son héritier. Depuis quelques années, Ambroise souffre de rhumatismes. Il quitte chaque hiver la campagne anglaise pour un climat plus clément. Il partira cette année pour l'Italie, laissant à Philip la gestion du domaine.

C'est via les lettres que s'envoient les deux hommes, que Philip apprend la rencontre de son cousin aves une jeune veuve, Rachel. Très rapidement, Ambroise l'épouse. Cela surprend Philip, qui l'a toujours entendu affirmer que l'on pouvait très bien se passer des femmes. Alors, quand les lettres d'Ambroise deviennent "étranges", quand il semble être en danger, prisonnier, Philip n'hésite pas. Il prend la route pour l'Italie. Il arrivera à Florence pour apprendre la mort d'Ambroise et le départ précipité de Rachel suite au décès soudain de son second mari.

Il rentrera en Angleterre effondré, mais également en colère et plein de rancoeur envers cette Rachel. Or, cette dernière se présente quelques jours plus tard au domaine pour rapporter les affaires personnelles d'Ambroise. 

J'ai retrouvé dans ce roman cette ambiance tendue, ambiguë que j'avais découvert dans Rebecca. Le cadre est merveilleusement bien décrit, cette campagne anglaise à l'époque victorienne : la brume, les promenades à cheval dans la lande... Et la tension qui monte petit à petit. Qui est cette Rachel ? Une veuve noire ? Est-elle manipulée par plus fort qu'elle ? Fait-elle preuve simplement de malchance ? 

Madame Du Maurier prend un malin plaisir à "balader" son lecteur. Par contre, j'avoue avoir eu un "problème" avec le personnage de Philip. Mais qu'il est naïf ! Ok, il a grandi avec son cousin sans figure féminine dans son entourage, mais quand même ! Je l'aurais bien secoué deux, trois fois pour lui ouvrir les yeux. Malgré ça, se fut une très belle lecture.

 

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Chambre 128

Publié le par lydiane

de Cathy BONIDAN. J'ai reçu ce roman dans le cadre d'une Masse Critique de Babelio

Chambre 128

4ème de couverture :

Quand Anne-Lise réserve la chambre 128 de l'hôtel Beau Rivage pour de courtes vacances en Bretagne, elle ne sait pas encore que ce séjour va transformer son existence.
Dans la table de chevet, elle découvre un manuscrit sur lequel figure juste une adresse où elle décide de le réexpédier.
Retrouvera-t-elle son auteur ? La réponse, qui lui parvient quelques jours plus tard, la stupéfait...
Au point qu'Anne-Lise va tenter de remonter la trace de tous ceux qui ont eu ce livre entre les mains. Chemin faisant, elle va exhumer histoires d'amour et secrets intimes. Pour finalement peut-être se créer une nouvelle famille...

La 4ème de couverture me semblait sympa. Elle me laissait imaginer un roman que l'on suit comme une piste au trésor où l'on tire petit à petit le fil de la pelote de laine jusqu'à la démêler totalement.  Ca me faisait  un peu penser au roman d'Antoine LAURAIN que j'ai beaucoup aimé : Le chapeau de Mitterrand , où l'on suit le destin des personnages qui rentrent en possession du fameux chapeau. Ici, dans le roman de Cathy BONIDAN, on fait le parcours en sens inverse.

Anne-Lise découvre, lors d'un voyage, le texte d'un roman dans sa chambre d'hôtel. Férue de littérature, elle ne peut s'empêcher de le lire. Certes, elle remarque immédiatement qu'il s'agit d'un premier roman, avec certaines maladresses et un manque d'expérience, mais elle est conquise par les émotions que dégagent le récit. Elle trouve le nom et l'adresse de l'apprenti écrivain et décide de lui renvoyer son ouvrage. 

Petite surprise, ce livre est un roman épistolaire. Perso, j'aime beaucoup ce genre.

La réponse à sa lettre, apprend à Anne-Lise que l'auteur a perdu ce texte il y a plus de trente ans et que, chose étrange, le roman était alors inachevé... En effet, Anne-Lise s'était bien rendue compte que la fin du roman avait un style un peu différent. Notre apprentie détective se donne alors pour mission de retrouver ce second auteur. Elle va remonter la piste en commençant par les précédents occupants de sa chambre d'hôtel.

On découvre alors, à travers leurs échanges de courriers, différents personnages qui ont tous eu le fameux livre entre les mains. Ce texte aura été, pour chacun d'eux, générateur de prises de décisions et de grands changements dans leurs vies.

J'ai passé un beau moment avec ce roman. C'est léger, et ca regorge de positive attitude (bref, on en a bien besoin en ce moment !). Alors oui, c'est un peu "tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil". Bien sûr tout ce petit monde s'entend à merveille, et de belles amitiés vont se créer (voire plus si affinité), mais ça fait du bien de lire ce type de roman de temps en temps, surtout lorsque c'est bien écrit !

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Les sorcières du clan du nord

Publié le par lydiane

de Irena Brignull

Les sorcières du clan du nord

4ème de couverture :

Poppy et Clarée ne pourraient avoir de vies plus différentes. Adolescente perturbée, Poppy se fait renvoyer de tous les lycées qu'elle fréquente ; Clarée est une jeune sorcière qui a du mal à trouver sa place au sein de sa communauté secrète. Un jour, pourtant, leurs destins se croisent. Elles deviennent amies et se retrouvent en cachette, se faisant découvrir leurs mondes respectifs. Mais le doute grandit dans l'esprit de Poppy : ces phénomènes étranges qui entourent sa vie depuis toujours, les catastrophes qu'elle provoque sans le vouloir... serait-il possible qu'elle soit elle-même une sorcière ? Et si son exil forcé dans le monde des humains avait un lien avec l'ancienne prophétie qui désignera la future reine des sorcières ?

Lorsque ce roman (il s'agit d'un 1er tome) commence on assiste à deux naissances : une maman qui donne naissance à une petite fille dans une maternité en ville et une maman qui donne naissance à une petite fille au cœur d'une forêt. Une sorcière intervient alors et échange les deux bébés.

Quelques années après, on découvre Poppy qui vit avec son père, sa mère étant en maison de repos depuis plusieurs années. Elle vient une fois de plus de déménager, et s'apprête à faire sa rentrée dans un nouveau lycée. Poppy est une solitaire. Elle n'arrive jamais à se faire des amies. Elle a plutôt tendance à effrayer son entourage, la faute à tous ces événements inexpliqués qui ont lieu à son contact.

Clarée, quant à elle, grandie au cœur d'une forêt au sein d'une communauté de sorcières. Elle aussi ne se sent pas à sa place. Premièrement, elle a beaucoup de difficulté à l'école. L'apprentissage de la magie est vraiment complexe pour elle. Secondement, la vie au cœur de la forêt n'est pas son fort : elle aime prendre soin de son apparence, passe du temps à laver sa chevelure dans la rivière...

Bon soyons bref, ce roman ne m'a pas emballé. Déjà les deux personnages principaux m'ont gonflé, en particulier Clarée à qui j'aurais bien mis deux trois baffes ! C'est rempli de clichés et très caricatural. Ensuite le triangle amoureux, bah oui parce que forcement il va y avoir un garçon qui s'incruste, m'a exaspéré plus qu'autre chose. Non, décidemment, ce roman n'est pas pour moi ! 

 

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Nevermoor : Les défis de Morrigane Crow

Publié le par lydiane

de Jessica TOWNSEND

Nevermoor : Les défis de Morrigane Crow

4ème de couverture :

Morrigane Crow est maudite. Née le jour du Merveillon, elle est accusée de tous les maux, des tempêtes de grêle aux crises cardiaques. Pire encore, elle est condamnée à mourir, le jour de son 11e anniversaire. Alors que toute sa famille semble se réjouir de sa mort prochaine, elle est secourue in extremis par un mystérieux étranger, Jupiter North, qui l'emmène à "Nevermoor", un royaume dont elle n'a jamais entendu parler... Là-bas, les meubles changent d'aspect en fonction de l'humeur, les chats parlent et, surtout, la malédiction de Morrigane n'a plus lieu d'être.

 

Je déclare ouvert la période d'Halloween : c'est parti pour les lectures de sorcières, fées, magiciens, des lectures qui donnent des frisons et d'autres qui donnent envie de cocooner sous un plaid une bonne tasse de thé à porter de mains.

Je commence avec ce roman à la couverture sublime (ce clin d'œil à Mary Poppins donne envie, hein ?). Il y est question de Morrigane Crow, une jeune fille de bientôt 10 ans. Morrigane n'a pas eu une enfance radieuse. Ayant eu la mauvaise idée de naitre un jour maudit en République, elle est destinée à mourir le jour de son 11ème anniversaire. Du coup, sa famille la rejette totalement, à quoi bon s'attacher à une enfant qui ne vivra que quelques années ? D'autre part, Morrigane est reconnue responsable de tous les malheurs de la ville : une tempête ? c'est à cause de Morrigane qui s'est plaint de la chaleur, les fleurs dépérissent ? c'est à cause de Morrigane qui a adressé la parole au jardinier ! Bref, elle est la coupable toute désignée.

Lorsque le jour de sa mort arrive (avec un peu d'avance en plus...), Morrigane se fait enlever par le Capitaine Jupiter Nord. Il l'entraine chez lui au Pays Libre de Nevermoor, Morrigane n'a jamais entendu parler de ce royaume très particulier... on y croise des vampires, des chats ex-champion de lutte qui parlent, la décoration des pièces s'ajuste au goût et aux émotions des locataires...(on se croirait au cœur du Pays des Merveilles d'Alice) Bref, de la magie un peu partout, des fêtes grandioses, de la légèreté et de l'amusement. Ca change drôlement Morrigane de sa vie d'avant ! Mais tout n'est pas si rose. Morrigane est considérée comme une clandestine, et est pourchassée pour être renvoyée en République, même si cela entrainerait sa mort. Mais Jupiter a une parade : la loi précise qu'on ne peut être expulsé si on appartient à la société Wundrous ou si on participe aux épreuves pour rentrer dans cette société.

Et c'est justement la raison pour laquelle Jupiter a été cherché Morrigane : c'est sa candidate pour intégrer la société Wundrous. Elle va devoir subir des épreuves éliminatoires, avec, au terme, l'épreuve ultime, où elle devra montrer son Talent au jury. Sauf que Morrigane n'a aucune idée des épreuves qui l'attendent et aucune idée de son "talent". Il faut dire que Jupiter, avec son caractère joueur et enfantin (un brin Peter Pan !) ne lui donne pas beaucoup d'indices sur ce qui l'attend...

J'ai vraiment beaucoup aimé ce roman (qui est en fait un tome 1). L'univers est fantastique, les personnages sont très charismatiques et j'ai aimé l'intrigue et cette suite d'épreuves. C'est parfois un brin trop "jeunesse", mais c'est le public cible du roman. Ce fut une belle entrée en matière pour ce mois d'octobre !

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>