Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Quand souffle le vent du nord

Publié le par lydiane

de D. GLATTAUER.

 

J'ai lu le début de ce roman dans le magazine "LIRE" où chaque mois, la rédaction nous livre les premières pages de 3 ou 4 romans. Juste avec quelques pages, j'étais emballée par ce roman épistolaire...et la suite ne m'a pas déçu. Un bon roman, léger, drôle, captivant ! A découvrir...

 

4ème de couverture :

"En voulant résilier un abonnement, Emma Rothner se trompe d’adresse et envoie un mail à un inconnu, un certain Leo Leike. Ce dernier, poliment, lui signale son erreur ; Emma s’excuse, et, peu à peu, un dialogue s’engage entre eux, par mail uniquement. Au fil du temps, leur relation se tisse, s’étoffe, et ces deux inconnus vont se mettre à éprouver l’un pour l’autre une certaine fascination. Alors même qu’ils décident de ne rien révéler de leurs vies respectives, ils cherchent à deviner les secrets de l’autre… De plus en plus attirés et dépendants, Emmi et Leo repoussent néanmoins le moment fatidique de la rencontre. Emmi est mariée, et Leo se remet à grand peine d’un chagrin d’amour. Un jour, pourtant – enfin ! –, ils décident de se donner rendez-vous dans un café bondé de la ville. Mais ils s’imposent une règle : reconnaître l’autre qu’ils n’ont pourtant jamais vu, avec interdiction formelle de lui parler…"

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Bof, bof, bof...

Publié le par lydiane

Peu d'article en ce moment... En fait, les romans lus dernièrement ne m'ont vraiment pas emballés :

- L'autre fille d'Annie Ernaux

- Les ephemerides de Stephanie Hochet.

- Une fille formidable de M. Weasley

- 1Q84 - 3ème tome : j'ai enfin terminé cette trilogie. Je n'avais pas trouvé les 2 premiers sensationnel, et bien le 3ème est dans la même lignée. C'était lonnnnnnnnnnng, et la fin pas terrible...

 

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Elle s'appelait Victoire

Publié le par lydiane

aymardde Pauline AYMARD

 

"Le docteur Lachapelle et Paco viennent à ma rencontre. Les convulsions ne s'arrêtant pas, ils ont pris la décision de la plonger dans le coma pour ne pas la faire souffrir. Mais elle mange, elle m'entend et elle me sent. Je rentre dans une pièce toute bleue où sont disposées six couveuses. Dans la première, à gauche, je découvre ma fille. On m'approche un tabouret en métal jaune. Je glisse ma main dans une des chaussettes de la couveuse et vais à la rencontre de la petite main de mon bébé. Bonjour Victoire, c'est maman".
A l'âge de 30 ans, Pauline Aymard perd sa première fille Victoire, une semaine après sa naissance. Avec pudeur, elle raconte dans ce livre son histoire : son accouchement douloureux, la froideur de l'hôpital, l'enterrement, le deuil à porter, l'urgence de vivre, les difficultés d'un couple endeuillé, la maladresse de l'entourage face au drame... Aujourd'hui, dix ans plus tard, elle est mère de trois enfants."

 

 

 

 

 

Je cherche régulièrement des romans qui traitent du sujet du deuil perinatal, et j'ai récemment découvert celui-là. En plus, il était à la médiathèque, alors je l'ai emprunté, même si la dame à l'accueil a presque essayé de m'en disuader  :

"- Ah vous savez, celui là il est vraiment triste. Non mais vraiment, très tiste.

- Ok, je le prends quand même

- Oui vous me direz c'est la vie !

- Exact."

Une belle lecture, un roman avec des mots justes.

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Crapaud t'es pas beau ...

Publié le par lydiane

 

Habituellement, à la médiathèque, je me dirige direcetement à l'étage des romans. Pour une fois, j'ai poussé au deuxième étage, l'étage des enfants et je me suis arrêtée aux rayons des CD. Je suis une "maman chanteuse", j'aime chanter des comptines à Monsieur Bébé, et lui adore ça !

 

J'ai fouillé un peu et suis tombée sur Henri Dès... ah retour en enfance direct !! Je me souvenais évidement de "la p'tite Charlotte", de la "Glace au citron" et du "Polyglothe", du coup j'ai embarqué un CD pour Monsieur Bébé (et un peu pour moi aussi ;-) !) Bref, à chaque nouvelles chansons, même réaction : Ah mais oui, celle là aussi je la connais ! Ma maison raisonne aujourd'hui aux sons de "crapaud t'es pas beau", " un biscuit qui croque, croque", " au marché, au marché, tu peux, tu peux tout trouver", "parce que à ce qu'on m'a dit ça n'existe pas les fan- les fantômes !"

Partager cet article
Repost0

Saga norvegienne

Publié le par lydiane

Je viens de terminer le dernier opus de la trilogie de Anne B RADGE, j'ai adoré ! A travers ces trois romans : la ferme des Neshov, la terre des mensonges et l'héritage impossible, on plonge au coeur de la Norvège.

 

Dans une ferme isolée vivent une mère, son mari et son fils aîné, Tor. C'est ce dernier qui exploite la ferme, mais on comprend vite que c'est la mère qui dirige tout Alors à son décès, tout s'écroule. Tor renoue, pour l'occasion avec ses frères qu'il n'avait pas revu depuis 7 ans pour l'un et 20 ans pour l'autre et avec sa fille de 37ans qu'il n'a jamais vraiment connu.

 

On découvre ces trois frères, si différents : Tor, qui ne supporte pas la disparition de sa mère et qui s'épuise dans cette exploitation, Margido pour qui la vie rime avec solitude, il passe tout son temps dans son entreprise de .... pompes funèbres, et enfin Erlend, homo branché. Leur retrouvaille va soulever le tapis sur les secrets de famille... Un régal !

 

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Le jeune homme de la rue de France

Publié le par lydiane

de Nadine TRINTIGNANT

"Les fauteuils de la Promenade des Anglais étaient vides. Les derniers promeneurs flanaient dans la tendresse cobalt du crepuscule. On entendait des rires isolés, des exclamations. Lola descendit les escaliers du vieux port. La sirène du paquebot pour Livourne retentit, sourde, profonde. Lola leva les yeux : sur le pont superieur du bateau, unefemme avait attrapé la petite main d'un enfant e lui faisait faire des signes d'adieu.
Une fois,dans l'autre vie de Lola, le père de son fils, debout sur le ponton d'un lac, avait fait ce même geste et elle avait nagé vers eux pleine de joie, elle avais pris l'enfant dans ses bras. La chaleur douce du corps nu contre elle... Une libellule bleutée frôla les épaules du petit qui léchait l'eau sur la peau de sa mère. Cet instant, ce geste perdu dans lanuit des temps, et pourtant, à cette minute, si présent. Chaque détail était marqué au fer rouge dans la mémoire de Lola.
Le paquebot s'enfonça dans la brume. Lola resta immobile. Le bras levé pour personne."

 

Au fil des pages, dans une écriture très parlée et qui par conséquent se lit vite, on découvre Lola. Lola, c'est une femme qui mène sa vie comme elle l'entend. Elle fait les choix qui s'imposent, décide de choisir le bonheur, quitte son mari pour un autre homme, sans aucun cri ni aucune dispute. On la sent légère, elle connait les petits instants de bonheur qu'offre la vie, on la croirait presque heureuse Lola. Et puis, on comprend que non, qu'elle a une boîte dans son placard.

 

C'est difficile de vous donner mon avis. C'est un livre assez étrange. Je crois en fait que la tournure que prennent les choses m'ont surprises. Suis-je déçue ? Sans doute pas. Mention spéciale pour Jules, j'ai vite compris qui il était, et j'ai apprécié son point de vue !

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

K comme... KHADRA

Publié le par lydiane

Mohammed Moulessehoul, né en 1955 en Algérie, se lance dans l'écriture en 1997 en adoptant le pseudonyme de Yasmina KHADRA. Diverses raisons l'y poussent, mais la première que donne Moulessehoul est la clandestinité. Elle lui permet de prendre ses distances par rapport à sa vie militaire et de mieux approcher son thème cher : l'intolérance. Il démissionne de l'armée en 2000 et se consacre à l'écriture.

 

J'ai découvert cet auteur grâce à ma mère qui m'avait prêté l'un de ses romans : "Rien ne s'oppose à la nuit". J'avais adoré ! Je me replonge donc dans l'une de ses oeuvres : "L'attentat".

 

"Dans un restaurant de Tel Aviv, une jeune femme se fait exploser au milieu de dizaines de clients. À l’hôpital, le docteur Amine, chirurgien israélien d’origine arabe, opère à la chaîne les survivants de l’attentat. Dans la nuit qui suit le carnage, on le rappelle d’urgence pour examiner le corps déchiqueté de la kamikaze. Le sol se dérobe alors sous ses pieds: il s’agit de sa propre femme. Comment admettre l’impossible, comprendre l’inimaginable, découvrir qu’on a partagé, des années durant, la vie et l’intimité d’une personne dont on ignorait l’essentiel? Pour savoir, il faut entrer dans la haine, le sang et le combat désespéré du peuple palestinien…"

 

La 4ème de couverture résume bien l'intrigue. Cet homme qui devient fou, plus que l'attentat, c'est d'avoir aimé à la folie, pendant des années, une inconnue. Il était persuadé qu'elle était heureuse auprès de lui. C'est l'incompréhension. Il part donc au coeur de ces réseaux islmasistes pour découvrir qui était en réalité sa femme.

Un très beau roman !

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Pari perdu...

Publié le par lydiane

J'y croyais ! Vraiment, j'avais misé sur Djokovic. J'étais sure qu'il allait écraser Nadal ! Et cette victoire aurait marqué la mienne aussi. Ah oui, j'aurais bien voulu voir Yannick derrière les fourneaux me concocter un bon petit repas... Bon, j'ai perdu... je m'y suis collée.

 

Et du coup, je vous fais partager ma recette, qui a été un vrai succès ! (issue du livre de recettes offert par ma maman à Noël. Merci maman !)

 

Marmite de moules, tomates et chorizo (Pr 4pers) :

Grattez et lavez 600g de moules. Deposez les dans une casserole avec 10cl de vin blanc. Faites cuire le tout 5 à 6minutes à couvert. Filtrez et reservez le jus de cuisson.

Coupez les tomates en retirant les pépins (le recette dis de retirez la peau, perso je ne l'ai pas fait). Détaillez la chair en petits dés. Faites les mariner avec une cuiller à soupe d'huile d'olive, du sel et du basilic haché.

Taillez du chorizo en dés. Ds une casserole, faites revenir à l'huile d'olive les dés pdt quelques secondes. Retirez les, et ajoutez une cuiller à soupe de farine. Laissez cuire ce roux quelques secondes. Versez le jus de moules puis 20cl de crème.

Reunisez dans des mini cocottes les moules, la sauce, parsemez de dés de tomates, de chorizo et de basilic. Fermez les cocottes et faites chauffer quelques minutes ds un four chaud.

 

Bon appétit !

 

 

Publié dans Qu'est ce qu'on mange

Partager cet article
Repost0

Rosa Candida

Publié le par lydiane

...est un roman de l'auteure islandaise Audur Ava Olafsdóttir. Ce roman a reçu plusieurs prix literraires, et je retrouve beaucoup de commentaires enjoués à son sujet sur les forums et les blogs. Du coup, quand je suis tombée dessus à la bibliothèque, je l'ai embarqué !

 

4ème de couverture :

“Le jeune Arnljótur va quitter la maison, son frère jumeau autiste, son vieux père octogénaire, et les paysages crépusculaires de laves couvertes de lichens. Sa mère a eu un accident de voiture. Mourante dans le tas de ferraille, elle a trouvé la force de téléphoner aux siens et de donner quelques tranquilles recommandations à son fils qui aura écouté sans s’en rendre compte les dernières paroles d’une mère adorée. Un lien les unissait : le jardin et la serre où elle cultivait une variété rare de Rosa candida à huit pétales. C’est là qu’Arnljótur aura aimé Anna, une amie d’un ami, un petit bout de nuit, et l’aura mise innocemment enceinte.

En route pour une ancienne roseraie du continent, avec dans ses bagages deux ou trois boutures de Rosa candida, Arnljótur part sans le savoir à la rencontre d’Anna et de sa petite fille, là-bas, dans un autre éden, oublié du monde et gardé par un moine cinéphile.”

 

On passe un bon moment avec ce roman. Je ne vous refais pas un résumé, la 4ème de couverture en dit deja beaucoup. L'écriture est simple, douce. On découvre Arnljotur, qui n'a pas été épargné par les événements de la vie, mais qui avance, fait des choix avec simplicité. Il écoute son coeur et se laisse guider.

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Dans une cathédrale

Publié le par lydiane

de Christian OSTER

 

4ème de couverture :

Trente ans plus tôt, je connaissais bien Elisabeth. Mais, lorsqu’elle réapparaît et qu’elle m’en apporte la preuve, je n’en retrouve aucun souvenir. Paul, lui habite pour l’instant chez moi. Mais, lorsqu’il disparaît, il ne m’adresse plus aucun signe. Quant à Marianne, c’est moi qui ne veux plus la voir. Bref, je me retrouve seul. J’en profite pour aller m’exiler en Beauce, faire un peu le point. Et c’est là qu’apparaît Louise, dont je sais que je ne me passerai plus, mais que je n’ai pas encore rencontrée.

 

Franchement....bof ! J'ai pas trouvé ça génial. L'histoire d'un type, super paumé, qui subit les événements avec indifférence. La fin... ba en fait y en a pas, ça se finit en queue de poisson. Bref, j'oublie vite et je passe à autre chose.

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0