Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les piliers de la terre

Publié le par lydiane

J'ai découvert l'année dernière l'écrivain Ken FOLLET avec Le pays de la Liberté. J'ai adoré ! Il y a quelques semaines France 3 a passé " Les piliers de la terre" , j'ai regardé les 2 premiers épisodes, et je me suis dit qu'il fallait vraiment que je lise ce roman. C'est chose faite, et c'était génial : guerre de pouvoir, histoires d'amour, complot... tout y est. L'écriture est facile à lire, on tourne les pages avidement pour connaitre la suite....

 

Résumé :

Dans l'Angleterre du XIIe siècle ravagée par la guerre et la famine, des êtres luttent chacun à leur manière pour s'assurer le pouvoir, la gloire, la sainteté, l'amour, ou simplement de quoi survivre. Les batailles sont féroces, les hasards prodigieux, la nature cruelle. Les fresques se peignent à coups d'épée, les destins se taillent à coups de hache et les cathédrales se bâtissent à coups de miracles... et de saintes ruses. La haine règne, mais l'amour aussi, malmené constamment, blessé parfois, mais vainqueur enfin quand un Dieu, à la vérité souvent trop distrait, consent à se laisser toucher par la foi des hommes.

 

Je vous invite vivement à découvrir ce roman !

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

C comme.... CHRISTIE

Publié le par lydiane

christieOn la surnomme la « Reine du crime ». Agatha CHRISTIE (1890 - 1976) est l'une des écrivains les plus connus au monde si l'on considère le nombre de langues dans lesquelles son œuvre a été traduite (plus d'une centaine), et l'importance des tirages de ses romans. Durant la guerre, elle s'engage comme infirmière bénévole, ce qui lui permet de se familiariser avec les poisons et autres drogues qui apparaissent dans ses romans. Pendant son temps libre, elle écrit son premier roman policier, La Mystérieuse Affaire de Styles, à la suite d'un pari avec sa sœur. La lecture du Mystère de la chambre jaune de Gaston Leroux serait à l'origine de sa vocation.

Une grande partie de ses romans se déroule à huis clos, ce qui permet au lecteur d'essayer de deviner le coupable avant la fin du récit.  

Son nom est associé à celui de deux héros récurrents : Hercule Poirot  détective professionnel, et Miss Marple, détective amateur. Hercule Poirot s'éteint en août 1975 avec Hercule Poirot quitte la scène, le New York Times ayant même publié une nécrologie le 6 août 1975. J'avais prévu de lire ce roman, mais impossible de le trouver à la médiathèque. Lorsque mon amie Claire, spécialiste ès-Hercule Poirot, est venue passée quelques jours à la maison, elle m'a apporté des romans de sa bibliothèque, et evidemment un Agatha Christie : Le crime du golf.

 

Résumé :

M. Renauld, un français, a lancé un SOS impérieux à Hercule Poirot. Mais à Calais, point de limousine pour attendre Poirot et son ami Hastings. Il a été assassiné dans la nuit. On l'a trouvé lardé de coups de couteau, au fond d'une tombe, creusée dans un terrain de golf... L'enquête ne sera pas facile. M. Renauld était discret sur son passé en Amérique du Sud. Et les 2 femmes, qui aux dires des domestiques, le rencontraient souvent le soir, sont de bien mystérieuses créatures...

 

J'adore Agatha Chrisite. Je n'ai pas encore trouvé un auteur de romans policiers que j'apprécie autant. Ce qui est difficile, c'est de réussir à poser le livre assez régulièrement pour réfléchir à qui est le coupable. Je me laisse tellement entrainer dans l'intrigue que j'ai tendance à ne pas lacher le bouquin et à tout lire d'une traite. Je suis assez fière de moi, car pour ce roman, j'avais deviné quelques pièces du puzzle !

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

O comme ... OATES

Publié le par lydiane

oatesJoyce Carol OATES est née en 1938 aux USA. Depuis 1964 elle publie des romans, des essais, des nouvelles, du théâtre et de la poésie ; au total plus de soixante-dix titres. Je n'ai jamais lu un de ses livres et pourtant ça fait plusieurs années que je voulais le faire, mais je ne me suis jamais laissée tenter par les 4ème de couverture. Avec le challenge ABC, il me fallait un auteur commençant par O, c'était l'occasion ! J'ai traîné un peu sur la blogosphère où on conseillait "Nous étions les Mulvaney" pour découvrir OATES, roman sorti en 1999.

 

4ème de couverture :

A Mont-Ephraim, une petite ville des États-Unis située dans l'État de New York, vit une famille pas comme les autres : les Mulvaney. Au milieu des animaux et du désordre ambiant, ils cohabitent dans une ferme qui respire le bonheur, où les corvées elles-mêmes sont vécues de manière cocasse, offrant ainsi aux autres l'image d'une famille parfaite, comme chacun rêverait d'en avoir une. Jusqu'à cette nuit de 1976 où le rêve vire au cauchemar... Une soirée de Saint-Valentin arrosée. Un cavalier douteux. Des souvenirs flous et contradictoires. Le regard des autres qui change. La honte et le rejet. Un drame personnel qui devient un drame familial.

 

J'ai dévoré ce roman ! L'écriture de OATES nous plonge dans la vie des Mulvaney, dans les sentiments de chacun de ces membres. Je me suis vraiment sentie horrifiée par le dissolution de cette famille, ces comportements si incompréhensibles et pourtant si bien dépeints par l'auteur. Jusqu'à cette scène finale, si "américaine", si "cinéma", mais dans laquelle je me voyais bien moi-même, une pointe de légèreté, de bonheur. 

 

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

En passant par la Lorraine...

Publié le par lydiane

Avec l'arrivée du printemps et le retour du soleil, on peut enfin chausser ses baskets et claquer la porte. Quelques photos :

 

- Les ruines de Mousson : Plutôt sympa, même si le site pourrait être mieux entretenu. La vue est magnifique (même s'il y avait un peu de brume ce week-end) !

P1040635.JPGP1040645.JPG

 

- L'abbaye des Prémontrés de Pont à Mousson :

 

P1040655.JPG  P1040671.JPG 

 

- Petite promenade dans Metz

 

P1040688.JPG P1040695.JPG

 

- Un petit détour en Alsace

 

 

P1040722.JPG

 

- Et pour finir, un petit tour à la foire de Nancy

 

P1040773.JPG

Publié dans Notre petite vie...

Partager cet article
Repost0

Z comme ... ZAFON

Publié le par lydiane

J'ai découvert Carlos Ruiz ZAFON avec son 4ème roman : L'ombre du vent. Un vrai coup de coeur pour moi ! Un bel univers, on embarque directement dans l'histoire et on ne lache pas ce roman avant sa dernière page. J'ai lu le roman suivant "Le jeu de l'ange". J'ai été moins emballée, surement parce que la surprise n'était plus là. J'ai en effet trouvé que c'était une "copie" de l'Ombre du vent.

 

Là, je me suis lancée dans le dernier roman de ZAFON... qui est en fait son 1er roman. En effet, "Le prince de la brume" a été publié en 1992, mais c'est seulement l'année dernière qu'il a été traduit en français. Il s'agit d'une triologie déstinée aux ados. Les deux autres romans, "Le palais de minuit" et "Les lumières de septembre" sortiront cette année.

 

Résumé :

1943, Angleterre. Fuyant la guerre, Max, sa soeur Alicia et leurs parents emménagent dans un village au bord de mer. Mais des événements inquiétants se succèdent. Leur nouveau foyer semble hanté. Une présence maléfique rôde entre ses murs. Que veut-elle ? Et pourquoi s'acharne-t-elle contre Roland, le nouvel ami de Max et d'Alicia ? En enquêtant sur ces mystères, les trois adolescents exhument d'effroyables secrets. Un être diabolique, le Prince de la Brume, réclame une dette venue du passé. Une dette dont Roland est le prix. Pour sauver leur ami, Max et Alicia doivent affronter le Prince de la Brume sur sont territoire : un cargo ténébreux, effrayant, échoué dans les fonds marins

 

Une histoire sympa, le côté fantastique est très plaisant. Par contre, pour moi, ce roman est "trop" à destination des ados. J'aurais aimé une écriture plus soignée, plus de descriptions, tout était trop rapide. Néanmoins, il y a une vraie fin, alors je m'interroge sur la suite. Comment l'auteur va-t-il rebondir sur une autre intrigue...???

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

S comme ... SARDOU

Publié le par lydiane

sardouFils de Michel, Romain SARDOU a déjà écrit une dizaine de romans. J'avais lu son 1er livre : "Pardonnez nos offenses", que j'avais beaucoup aimé. Avec ce roman, "Délivrez-nous du mal", il renout avec le thriller médieval mélangeant intrigues politico-religieuses et mysticisme. Romain SARDOU, projette d'écrire neuf romans dans cette "série", ayant pour chacun une strophe du Notre Père pour titre. Le prochain roman de cette série devrait s'appeler Que votre volonté soit faite.

 

4ème de couverture :

Entre Bien et Mal, science et superstition, simulacres et vrais miracles, un roman fort et sombre dans un Moyen Age fascinant. Hiver 1288. Dans une paroisse isolée du Quercy, une troupe d’hommes en noir s’empare d’un enfant. Refusant d’admettre que le petit est perdu, le prêtre du village, le père Aba, se lance rageusement à la poursuite de ses ravisseurs. Au même moment, à Rome, l’éminent enquêteur Bénédict Gui accepte une nouvelle mission : retrouver un jeune homme employé par l’administration du pape. Lui aussi a disparu sans laisser de traces, emmené par des hommes en noir. Enfants enlevés, archives escamotées, cardinaux assassinés... Dans ce Moyen Age où le pouvoir de l’Église est plus fort que jamais, quelque chose se prépare. Le père Aba et Bénédict Gui, sans se connaître et au prix de leur vie peut-être, parviendront-ils à faire échouer les puissants qui ont sombré dans le cynisme et la démesure ?

 

Encore un beau roman. Bon premièrement, je suis facilement conquise car j'aime les thrillers médievaux. J'avais parfois l'impression d'être dans "Le nom de la rose". Le suspens est bien présent, on attend la rencontre des deux "enquêteurs", et de connaitre enfin le fin mot de l'histoire : pourquoi ces enlèvements ? L'écriture est fluide, ça se lit très facilement.

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Un heureux evenement

Publié le par lydiane

Ca fait plusieurs mois que je voulais lire ce roman d' Abecassis, hier j'ai enfin pu l'emprunter à la bibliothèque.

 

Barbara et Nicolas viennent d'avoir leur 1er enfant, Léa. Barbara ne supporte pas son passage de femme à mère. Elle ne se reconnaît plus, ne supporte pas l'égoïsme (c'est elle qui cite le mot) de sa fille : les nuits blanches, l'allaitement, l'épisiotomie, ses rondeurs, son manque de liberté. Son mal-être va faire exploser son couple. Elle reproche à Nicolas son manque d'implication, elle a l'impression de tout porter à bout de bras. Sa fille a besoin d'elle, elle s'en occupe et elle l'aime malgré tout, mais qui s'occupe d'elle, Barbara ?

 

J'ai bien eu quelques sourires à certains passages (notamment quand ils se retrouvent dans un magasin de périculture et où ils s'interrogent sur le choix de la poussette), mais sinon j'ai trouvé ce livre beaucoup trop caricatural. La maternité n'est certes pas toujours tout beau, tout rose, mais de là à dire que c'est un cauchemar, je ne suis pas d'accord ! Toutes les choses de la vie sont un jour difficile, on n'est pas dans le monde des bisounours. Elle, elle ne se penche que sur les "mauvais côtés". Etre maman, c'est un tel bonheur, c'est tellement d'amour, ça elle ne le voit pas. Donc, je n'ai vraiment pas été emballée par ce roman ! Celui-ci a été adapté récemment au ciné, mais je n'ai pas encore pu voir ce film...ba oui quand on est maman, le cinéma c'est proscrit  lol !

 

 

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Sans parler du chien

Publié le par lydiane

willisRésumé :

Au XXIème siècle, le professeur Dunworthy dirige une équipe d'historiens qui utilisent des transmetteurs temporels pour aller assister aux événements qui ont modifiés l'avenir de l'humanité. Ned Henry est l'un d'eux. Dans le cadre d'un projet de reconstruction de la cathédrale de Coventry, il doit effectuer d'incessantes navettes vers le passé pour récolter un maximum d'informations sur cet édifice détruit par un raid aérien nazi en 1940.

Toutefois, quand Dunworthy lui propose d'aller se reposer dans l'Angleterre de la fin du XIXème siècle, ce havre de tranquillité où rien n'est plus épuisant que de canoter sur la Tamise et de jouer au croquet, c'est avec empressement qu'il accepte. Mais Henry n'a pas entendu le professeur préciser qu'il devra en profiter pour corriger un paradoxe temporel provoqué par une de ses collègues, qui a sauvé un chat de la noyade en 1988... et l'a ramené par inadvertance avec elle dans le futur. Et quand ce matou voyageur rencontre un chien victorien, cette incongruité spatio-temporelle pourrait bien remettre en cause... la survie de l'humanité !

 

J'avais adoré la série de Diana Gabaldon, où il est question d'une femme, Claire, qui se retrouve par inadvertance plongée dans l'Ecosse des Highlanders. Je cherchais des romans abordant le même thème, c'est pourquoi ce livre de Connie WILLIS a retenu mon attention. Certes, les sauts dans le passé sont, dans cette histoire, contrôlés, mais je me suis quand même laissée embarquer dans l'intrigue.

 

J'ai beaucoup aimé. J'ai trouvé l'histoire originale, j'ai apprécié le côté "enquête policière" et l'humour utilisé pour décrire les différentes situations. Bref, j'ai vraiment passé un bon moment avec ce livre.

Partager cet article
Repost0

U comme ... UDALL

Publié le par lydiane

udallPour le challenge ABC, il me fallait un auteur commençant par U... et là, pas la moindre idée ! En farfouillant sur la blogosphère, je tombe sur le nom de Brady UDALL. Il s'agit d'un auteur américain né dans les années 70. En 1998, son premier recueil d’histoires courtes, Lâchons les chiens, est salué comme une révélation par des critiques enthousiastes.  Son premier roman, Le Destin miraculeux d’Edgar Mint, paraît en 2001 et le propulse au rang des meilleurs jeunes auteurs américains de sa génération.

 

Du coup, je me suis lancée dans la lecture du "Destin miraculeux d'Edgar Mint"

4ème de couverture :

"Si je devais ramener ma vie à un seul fait, voici ce que je dirais : j'avais sept ans quand le facteur m'a roulé sur la tête. Aucun événement n'aura été plus formateur. Mon existence chaotique, tortueuse, mon cerveau malade et ma foi en Dieu, mes empoignades avec les joies et les peines, tout cela, d'une manière ou d'une autre, découle de cet instant où, un matin d'été, la roue gauche arrière de la voiture de la poste a écrasé ma tête d'enfant contre le gravier brûlant de la réserve apache de San Carlos."

 

Edgar est certes un miraculé, car il a survécu à cet accident, mais pour ce qui est du reste de sa vie, il n'est pas gâté ! Une mère alcoolique, qui l'abandonne, il se retrouve à l'hôpital avec des "écorchés" de la vie, puis dans une sorte de camps de redressement où il est le souffre douleur de ses camarades. Et puis il y a Barry, certainement pas méchant, mais tellement barré, qu'il en devient flippant. On découvre au fil des pages la vie d'Edgar, j'ai parfois trouvé ça un peu long, mais je me demandais surtout, tout ça pourquoi, quel est le but de l'auteur. Je voyais déjà venir une fin en queue de poisson, du style, bon ba voilà l'enfance d'Edgar, point. Et pas du tout !! Une vraie fin, jolie comme tout, qu’on n’a pas vu venir. Du coup je referme ce livre avec un petit sourire, alors que ce n'était vraiment pas gagné au départ !

 

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0

Les déferlantes

Publié le par lydiane

de Claudie GALLAY.

 

Un vrai coup de coeur pour moi !

 

Résumé :

La Hague... Ici on dit que le vent est parfois tellement fort qu'il arrache les ailes des papillons. Sur ce bout du monde en pointe du Cotentin vit une poignée d'hommes. C'est sur cette terre âpre que la narratrice est venue se réfugier depuis l'automne. Employée par le Centre Ornithologique, elle arpente les landes, observe les falaises et leurs oiseaux migrateurs. La première fois qu'elle voit Lambert, c'est un jour de grande tempête. Sur la plage dévastée, la vieille Nan, que tout le monde craint et dit à moitié folle, croit reconnaître en lui le visage d'un certain Michel. D'autres, au village, ont pour lui des regards étranges. Comme Lili au comptoir de son bar, ou son père, l'ancien gardien de phare. Une photo disparaît, de vieux jouets réapparaissent. L'histoire de Lambert intrigue la narratrice et l'homme l'attire. En veut-il à la mer ou bien aux hommes? Dans les lamentations obsédantes du vent, chacun semble avoir quelque chose à taire.

 

Le cadre, déja, est magnifique. La Normandie, l'océan, les falaises, le vent...je m'y croyais. L'intrigue se déroule dans un petit village où tous les habitants, aussi taciturnes soient-ils, sont tellement attachants. On est vite plongé dans cette ambiance de secret. Ces personnages rongés par la rancoeur, par le désir de vengeance, ceux qui sont hantés par la culpabilité ou qui vivent désespérément dans le passé.

 

J'ai dévoré ce roman ! Je vous le conseille.

Publié dans Lu - entendu...

Partager cet article
Repost0