Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

family challenge

Sauveur & fils, saison 1

Publié le par lydiane

de Marie-Aude MURAIL.

1er roman lu pour le Family Challenge : un roman pour ado. 

Sauveur & fils, saison 1

Dans le rayon ado de ma bibliothèque, j'avoue que j'ai un peu hésité, devant ce hamster et ces couleurs pastels. Mais j'ai lu tellement d'avis positifs sur cette série. Allez je me laisse tenter… 1er page, ah un grand black avec une voix suave, je continue… une jeune fille qui se scarifie. Bon, ok, définitivement, on n'est pas dans le monde des bisounours !

4ème de couverture :

Quand on s'’appelle Sauveur, comment ne pas se sentir prédisposé à sauver le monde entier ?
Sauveur Saint-Yves, 1,90 mètre pour 80 kg de muscles, voudrait tirer d’'affaire Margaux Carré, 14 ans, qui se taillade les bras, Ella Kuypens, 12 ans, qui s'’évanouit de frayeur devant sa prof de latin, Cyrille Courtois, 9 ans, qui fait encore pipi au lit, Gabin Poupard, 16 ans, qui joue toute la nuit à World of Warcraft et ne va plus en cours le matin, les trois soeurs Augagneur, 5, 14 et 16 ans, dont la mère vient de se remettre en ménage avec une jeune femme…. 
Sauveur Saint-Yves est psychologue clinicien.
Mais à toujours s’'occuper des problèmes des autres, Sauveur oublie le sien. Pourquoi ne peut-il pas parler à son fils Lazare, 8 ans, de sa maman morte dans un accident ? Pourquoi ne lui a-t-il jamais montré la photo de son mariage ? Et pourquoi y a-t-il un hamster sur la couverture ?

Ce roman est toujours sur le fil, et il garde l'équilibre ! On n'est pas dans le pathos, on n'est pas dans le cliché, on n'est pas dans le comique, le ton est juste. Il y a de la bonne humeur, il y a de vrais drames, il y a de la tendresse et de la tolérance. L'expression dit que les cordonniers sont les plus mal chaussés, c'est vrai aussi pour Sauveur. C'est un très bon psy, mais avec son fils...il ne voit pas grand chose.

Partager cet article
Repost0

2018...2019 !

Publié le par lydiane

Oula, on est déjà le 20 janvier, je n'ai pas écrit un seul article sur mon blog… Avant de vous faire partager mes lectures de 2019, un petit coup d'oeil dans le rétroviseur.

Voici les 10 (ok, 11) lectures que j'ai préférées. Le choix a été difficile, et j'aurais facilement pu en ajouter 3 de plus dans cette liste ! 

Tout d'abord, je confirme mon amour pour les romans historiques avec :

- Le chagrin des vivants

- Un secret si bien gardé

- Les enfants de la Terre

J'aime toujours les belles romances, à condition que ce ne soit pas gnangnan et tout dégoulinant de mièvrerie. Les 3 romans ci-dessous ont réussi à me convaincre :

-Entre ciel et Lou

- Changer l'eau des fleurs

- Tu comprendras quand tu seras plus grande

L'heroic fantasy me plait toujours autant :

- J'ai commencé la série de L'assassin royal avec un vrai plaisir

-La horde du contrevent

J'ajouterai à cette liste un roman pour ado, Vango et, La tresse, un roman où se mêle 3 belles histoires de femmes.

Et pour clore cette liste, le roman que j'ai fini à 5 heure du matin, en larme : Nous rêvions juste de liberté.

En 2019, je repars, bien évidemment, pour une nouvelle édition du Family Challenge. Les règles de cette année sont les suivantes :

Celles de ma maman :

- un roman policier

- le dernier roman d'un auteur

Celles de ma Mymy :

- un roman ado ou jeune adulte

- un roman écrit à la 1ère personne

Celles de ma Sarah :

- Les 4 éléments : lire un livre dont le titre comprend le mot terre/air/feu ou eau

- Un témoignage de femme/fille sur leur combat quant à leur place dans la société ou sur des violences

Et les miennes :

- un roman dont l'intrigue se passe dans un pays situé sous l'Equateur

- un livre qui se passe durant une guerre

Bref, encore de belles découvertes à faire !

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Les yeux d'Elsa

Publié le par lydiane

De Louis ARAGON. Recueil lu dans le cadre du Family Challenge.

Résumé de Babelio :

A la gloire de la femme aimée, Aragon, le dernier poète courtois, a composé ses plus merveilleux poème " Ma place de l'étoile, à moi, est dans mon cœur, et si vous voulez connaître le nom de l'étoile, mes poèmes suffisamment le livrent. " Pétrarque a chanté Laure, Ronsard Hélène, Lamartine Elvire, c'est à Elsa qu'Aragon donne ses poèmes qui sont au nombre des plus beaux chants d'amour qu'un poète ait écrits

J'ai opté pour Louis ARAGON, car j'avais le souvenir d'un poème lu au lycée "Les mains d'Elsa". Je l'avais trouvé très beau : 

Donne-moi tes mains pour l'inquiétude
Donne-moi tes mains dont j'ai tant rêvé
Dont j'ai tant rêvé dans ma solitude
Donne-moi tes mains que je sois sauvé

Lorsque je les prends à mon propre piège
De paume et de peur de hâte et d'émoi
Lorsque je les prends comme une eau de neige
Qui fuit de partout dans mes mains à moi

Sauras-tu jamais ce qui me traverse
Qui me bouleverse et qui m'envahit
Sauras-tu jamais ce qui me transperce
Ce que j'ai trahi quand j'ai tressailli

Ce que dit ainsi le profond langage
Ce parler muet de sens animaux
Sans bouche et sans yeux miroir sans image
Ce frémir d'aimer qui n'a pas de mots

Sauras-tu jamais ce que les doigts pensent
D'une proie entre eux un instant tenue
Sauras-tu jamais ce que leur silence
Un éclair aura connu d'inconnu

Donne-moi tes mains que mon cœur s'y forme
S'y taise le monde au moins un moment
Donne-moi tes mains que mon âme y dorme
Que mon âme y dorme éternellement.

Malgré tout, la lecture de ce recueil a été laborieuse pour moi. Je suis, malheureusement je crois, un peu hermétique à la poésie...

 

Partager cet article
Repost0

La drôle de vie de Zelda Zonk

Publié le par lydiane

de Laurence PEYRIN. 

LP, 6ème livre lu dans le cadre du Family Challenge : lire le roman d'un auteur ayant les mêmes initiales que nous.

La drôle de vie de Zelda Zonk

4ème de couverture :

Et si tout le monde pouvait changer de vie ? Foutu mardi, foutue pluie... Sur cette route d'Irlande qu'Hanna a prise tant de fois pour aller à son atelier, c'est l'accident. À l'hôpital, la jeune femme se lie avec Zelda, sa voisine de chambre de 85 ans, positive et joyeuse, experte en broderie. Mais Hanna sent un mystère chez la vieille dame, qui esquive toute question précise sur son passé. Que peut-elle avoir à cacher, à son âge ? Bientôt, Hanna découvre que Zelda Zonk était le nom d'emprunt de Marilyn Monroe quand elle voulait passer inaperçue. Hanna sait bien que c'est absurde, Marilyn est morte il y a presque cinquante ans, et pourtant... Tout en menant l'enquête, Hanna commence à réfléchir au sens de sa propre vie. Est-elle vraiment épanouie dans ce hameau perdu, dans ce mariage routinier ? Si vraiment Zelda est Marylin, si elle a réussi à passer de la lumière à l'anonymat, pourquoi elle-même ne pourrait-elle pas changer de vie ?
Le début du roman était prometteur. Les beaux paysages d'Irlande, des personnages attachants, une intrigue intéressante : Hanna vit dans une jolie maison avec son mari écrivain et sa nièce (sa sœur, hôtesse de l'air étant peu présente). Elle n'arrive pas à avoir d'enfant, mais a la chance de pouvoir donner son amour maternelle à sa jeune nièce. Son mari est aimant et compréhensif. Pour s'occuper un peu, elle passe tous ses mardis dans une boutique de déco. Un jour, c'est l'accident;
Elle se reveille dans un hôpital après avoir échappée de peu à la mort. Elle se pose évidemment beaucoup de questions. Et supporte mal ce syndrome d'imposture : pourquoi a-t-elle survécu alors que tant d'autres ont péri. Après quelques jours, elle est transférée dans une chambre double. Le lit voisin est occupé par une octogénaire, mystérieuse et perspicace.
Après sa sortie de l'hôpital, Hanna apprend que cette vieille femme porte le nom utilisé par Marylin Monroe pour passer incognito. A partir de là, découvrir qui est cette Zelda Zonk devient son obsession.
Le problème, c'est que le roman dévie après vers une passion amoureuse, un peu clichée. On tombe dans une niaiserie qui m'a vite ennuyée...dommage...
Partager cet article
Repost0

Marie Stuart

Publié le par lydiane

de Stefan ZWEIG. J'ai lu ce livre dans le cadre du Family Challenge pour la règle: lire une biographie.

Marie Stuart

4ème de couverture :

Reine d'’Écosse à l'âge de six jours, en 1542, puis reine de France à dix-sept ans par son mariage avec François II, Marie Stuart est un des personnages les plus romanesques de l'histoire.
Veuve en 1560, elle rentre en Écosse et épouse lord Darnley. Déçue par ce mariage, elle devient la maîtresse du comte Bothwell. Lorsque ce dernier assassine Darnley, l'horreur est telle que Marie doit se réfugier auprès de sa rivale, Elisabeth Ire, reine d'Angleterre. Celle-ci la retiendra vingt ans captive, avant de la faire condamner à mort. Son courage devant le supplice impressionnera les témoins, au point de métamorphoser celle que l'on disait une criminelle en une martyre de la foi catholique...
Sur cette figure fascinante et controversée de l'histoire britannique, le biographe de Marie-Antoinette et romancier de Vingt-quatre heures de la vie d'une femme a mené une enquête rigoureuse, se livrant à une critique serrée des documents et des témoignages. Ce récit passionné nous la restitue avec ses ombres et ses lumières, ses faiblesses et sa grandeur.

J'ai cherché quelle biographie je pourrais bien lire pour le challenge, plusieurs me tentaient… et puis, je me suis rappelée que ma petite maman avait lu une biographie de Marie-Antoinette écrite par Stefan ZWEIG. J'aime la plume de cet auteur, j'ai donc fouillé un peu sur le net et je me suis vite rendue compte que M. ZWEIG n'avait pas qu'une biographie à son actif ! Parmi toutes celles qu'il a écrit celle de Marie Stuart a retenue mon attention. Marie Stuart, je l'ai un peu mieux découverte grace au dernier livre de Ken Follett Une colonne de feu, et j'avais vraiment envie d'en apprendre plus.

Quelle vie ! Marie Stuart n'a rien à envier aux plus belles héroïnes de roman. Elle a tout connu dans sa vie. Le plus beau avec un mariage des plus somptueux avec le dauphin Francois II, puis elle devient Reine de France et vit dans le faste des chateaux et de la Cour du Roi de France. Elle n'a pas le temps de profiter de tout ce luxe, que la voilà de retour en Ecosse, veuve. Mais Marie a grandi et son caractère s'affirme. Elle est une femme passionnée, elle écoute plus souvent son cœur que sa raison pour son grand malheur. De mauvais choix et la descente aux enfers commence. Mais elle saura rester digne et fière, c'est ce qui la rend si charismatique malgré ses erreurs.

Je m'attendais à quelque chose de plus romancé, certainement parce que jusque là je n'avais lu que des romans de Stefan ZWEIG. Mais malgré tout, j'ai pris beaucoup de plaisir avec cette lecture, et s'il y a bien une chose de sûr c'est que Marie Stuart ne peut pas laisser indifferent !

 

Partager cet article
Repost0

Nous revions juste de liberté

Publié le par lydiane

de Henri LOEVENBRUCK.

J'ai lu ce roman pour valider la règle "récit de voyage" dans notre Family Challenge. A vrai dire, je suis tombée un peu par hasard sur ce titre... c'est au travers d'une liste trouvée sur Babélio : "Les romans les mieux notés" que le titre de ce roman d'Henri LOEVENBRUCK m'a sauté aux yeux. J'ai lu la 4ème de couverture sans grand engouement, mais il s'agissait d'un road-trip, ce qui tombait bien puisque je devais en lire un pour le Family Challenge. Et puis, malgré tout, une note de 4.57/5 sur Babelio avec quasiment 700 votes, ce n'est pas donné à tous les bouquins !

Nous revions juste de liberté

4ème de couverture :

"Nous avions à peine vingt ans, et nous rêvions juste de liberté." Ce rêve, la bande d'’Hugo va l’'exaucer en fuyant la petite ville de Providence pour traverser le pays à moto. Ensemble, ils vont former un clan où l’'indépendance et l’'amitié règnent en maîtres. Ensemble ils vont, pour le meilleur et pour le pire, découvrir que la liberté se paye cher.
Nous rêvions juste de liberté réussit le tour de force d'’être à la fois un roman initiatique, une fable sur l'’amitié en même temps que le récit d'’une aventure. Avec ce livre d’'un nouveau genre, Henri Loeœvenbruck met toute la vitalité de son écriture au service de ce road movie fraternel et exalté.


Oui, ça parle de motos, de sexe, drogues et rock'n roll. Oui, c'est clairement pas mon délire habituellement ! Mais ce livre il a vraiment réussi à me toucher. Le personnage d'Hugo il est juste... parfait. C'est ce jeune qui a poussé comme il a pu, seul, ses parents étant trop occupés à survivre à la mort de leur fille. C'est ce jeune qui a placé l'amitié au dessus de tout, enfin... presque tout, à égalité avec la Liberté. Mais honnêtement, lorsque l'on n'a plus rien, on ne quitte rien en partant, on profite juste de sa liberté. C'est pour ça qu'Hugo quitte sa petite ville de Providence pour voir du pays, en moto. Il devient le préz' d'un club de motards, où l'important c'est "Loyauté, Honneur et Respect".

Contre toute attente, j'ai adoré ce livre... et j'ai fini en larme.

Je partage juste avec vous le début du roman. A peine quelques lignes et j'étais déjà conquise :

"Plus le temps passe, plus j'ai l'impression de voir nos libertés s'abîmer, comme un buisson auquel on fait rien que de couper les branches, "pour son bien". J'ai le sentiment que, chaque jour, une nouvelle loi sort du chapeau d'un magicien drôlement sadique pour réglementer encore un peu plus nos toutes petites vies et mettre des sens interdits partout sur nos chemins. Quand je pense aux histoires que me racontait Papy Galo sur son enfance, de belles histoires de gosses aux genoux écorchés rouges, je me dis que ça pourrait plus arriver aujourd'hui, parce qu'il est devenu interdit de faire ci, interdit de faire ça, interdit d'aller ici, interdit d'aller là. Le passé, c'est comme un paradis perdu où tout était permis, tout était possible, et puis maintenant, plus rien."

 

Partager cet article
Repost0

???

Publié le par lydiane

Dans le Family Challenge, nous avions une règle particulière cette année : lire un livre à l'aveugle. J'ai eu le privilège de lire un roman choisi par ma petite maman.

???

Vous remarquerez la couverture de camouflage de grande finesse, qui m'a valu des œillades appuyées quand je sortais le roman dans le train !

C'est marrant de lire un livre à l'aveugle ! Je me suis posée beaucoup de question en le lisant : dans quel lieu géographique est-on, en quelle période, de quoi sera-t-il question ??? Bref, c'est assez déroutant. Ce que je peux dire, c'est que je n'ai pas eu l'impression de reconnaître l'écriture (je ne pense pas avoir déjà lu un livre de cet auteur), et malgré tous les synopsis que je peux lire sur les blogs, forums..., il ne me semble pas avoir entendu parler de ce roman.

Alors l'histoire : Au départ de ce roman, on rencontre un jeune homme, qui sans savoir trop pourquoi se met à suivre un homme qui se dirige dans la taïga. Il se fait vite repérer. Les deux hommes se mettent alors à discuter, le soir, autour du feu. Le plus âgé, Pavel, commence à raconter sa vie.

Au retour de la seconde guerre mondiale, Pavel s'installe à Leningrad. Il y fait la connaissance d'une jeune femme qui devient vite sa "fiancée". Le jour où Pavel découvre qu'elle est loin d'être fidéle et qu'elle recherche plutôt un "pigeon" a épouser, il est convoqué par l'armée. Il a été décidé d'envoyer des réservistes dans un genre de camps d'entrainement. Le but ? Se préparer à la 3ème guerre mondiale. Voilà le pauvre Pavel, embarquer dans cette histoire.

Non loin de là, se trouve un camps de prisonniers. L'un d'eux a réussi à s'évader. L'armée profite alors de la présence des soldats pour constituer un commando qui va partir à la poursuite du fugitif. Echouer est exclu. Pavel fait évidemment parti du lot. On va suivre leur poursuite au milieu de la taïga pendant plusieurs semaines. Je n'en dirai pas plus...

J'ai beaucoup aimé cette lecture, surtout la partie concernant la poursuite en pleine nature. Je me suis laissée embarquer par l'écriture de l'auteur, avec l'envie de savoir où cette traque allait nous conduire. Par contre, j'ai eu parfois du mal avec le personnage de Pavel. J'avais envie de le secouer pour qu'il se rebelle un peu... !

Bon, on lève le mystère maintenant. Je retire la couverture, et...

 

???

Yes ! Trop heureuse ! Depuis le temps que je voulais lire un roman d'Andreï MAKINE. C'est un des auteurs préférés de ma petite maman. Je confirme donc qu'elle a très bon goût en matière de littérature. C'est à elle que je dois aussi la découverte de Stefan ZWEIG, c'est pour dire ! 

Partager cet article
Repost0

Entre ciel et terre

Publié le par lydiane

de Jon Kalman STEFANSSON.

2ème roman lu dans le cadre du Family Challenge, puisque M. Jon Kalman STEFANSSON est islandais ! Ca fait de nombreux mois que les couvertures de ses romans dans les librairies me faisaient outrageusement de l'œil ! Du coup, cette règle sur un auteur islandais tombe à pic !

Pourquoi ce roman ? Parce que c'est le 1er d'une trilogie qui a fait connaître cet auteur du grand public. Ce roman est suivi par La tristesse des Anges et Le cœur de l'Homme.

Entre ciel et terre

4ème de couverture :

Certains mots sont probablement aptes à changer le monde, ils ont le pouvoir de nous consoler et de sécher nos larmes. Certains mots sont des balles de fusil, d’'autres des notes de violon. 
Certains sont capables de faire fondre la glace qui nous enserre le cœoeur et il est même possible de les dépêcher comme des cohortes de sauveteurs quand les jours sont contraires."
Parfois, à cause des mots, on meurt de froid. Comme Bardur, pêcheur à la morue islandais, il y a un siècle. Trop occupé à retenir des vers du Paradis perdu de Milton, il oublie sa vareuse en partant en mer. De retour sur la terre ferme, son meilleur ami entame un périlleux voyage pour rendre à son propriétaire, un vieux capitaine devenu aveugle, le livre funeste. Pour savoir aussi s'il veut continuer à vivre.
Entre ciel et terre, d’'une force hypnotique, nous offre une de ces lectures trop rares dont on ne sort pas indemne. Une révélation….

J'ai commis une erreur, j'ai lu ce roman comme je lis d'habitude : c'est à dire dès que j'ai 5min, quand je suis dans le train pour me rendre au travail, quand j'attends dans la file que mon tour arrive pour commander mon sandwich. Je n'aurais pas dû... Ce livre il se déguste, seul, tranquillement installé. Il faut prendre le temps de savourer l'écriture de cet auteur de ce poète. Du coup, je pense que je suis un peu passée à côté...je l'ai parfois trouvé long et ennuyeux alors qu'il était surement beau et profond.

La preuve, je regarde depuis tout à l'heure les citations reprises sur Babelio et j'aimerais toutes les recopier...je vais quand même me limiter :

"Je ne sais tout bonnement pas qui je suis. Je ne sais pas pourquoi j'existe. Et je ne suis pas sûr d'avoir assez de temps devant moi pour le découvrir"

"Les gens vivent, ils ont leurs heures, leurs baisers, leurs rires, leurs étreintes, leurs mots doux, leurs joies et leurs peines, chaque vie constitue un univers qui s'effondre ensuite sur lui-même et ne laisse rien à l'exception de quelques objets rendus précieux et attrayants par la disparition de leur propriétaire, ils deviennent importants, parfois même sacrés, comme si les fragments de cette existence disparue s'étaient reportés sur la tasse à café, la scie, la brosse à dents, le cache-col. Mais tout finit par s'estomper, les souvenirs par s'effacer et au bout du compte, toute chose trépasse. Là où il y avait autrefois vie et lumière ne subsistent qu'ombre et oubli." 

"Perdu dans la rue : le but de la vie, le repos du sommeil, la joie de notre couple, mon sourire et ma fougue. Celui qui les retrouvera est prié de les rapporter á l'imprimerie, il sera honnêtement récompensé. "

"Il a rendu le livre, mission accomplie, merci bien, la prochaine affaire à l'ordre du jour consiste à décider s'il doit vivre ou mourir. N'avoir que deux options aussi radicales a quelque chose de revigorant. Il est évidemment nettement plus aisé de mourir, cela n'exige qu'une décision et tout est terminé, on trouve une corde, on l'attache à une pierre, on enjambe la falaise et on ne remonte plus jamais, il n'est pas dit que quiconque retrouve le cadavre malmené par la mer.
Il est nettement plus compliqué de vivre. "

"Nous devons prendre soin de ceux qui nous sont chers et à qui nous le sommes. "

 

Partager cet article
Repost0

Une colonne de feu

Publié le par lydiane

Evidemment cette année, on remet ça ! Je parle bien entendu du Family Challenge. Les règles sont les suivantes :

Pour maman :

Une biographie

Un récit de voyage ou de visite d'un pays.

Pour Mylène :

un auteur islandais

- le livre "secret" choisi pour moi

Pour Sarah :

un recueil de poèmes

- un roman écrit au 19ème siècle.

Pour moi : 

- On est nature ! Lire un livre avec un vegetal dans le titre et/ou un vegetal sur la couverture.

- Lire un livre dont l'auteur à les mêmes initiales que toi. 

Ma 1ère lecture pour ce challenge sera donc la règle "on est nature". J'ai lu le dernier roman de Ken FOLLET qui arbore une belle rose sur sa couverture.

Une colonne de feu

4ème de couverture

Noël 1558, le jeune Ned Willard rentre à Kingsbridge : le monde qu’il connaissait va changer à tout jamais… Les pierres patinées de la cathédrale dominent une ville déchirée par la haine religieuse et Ned se retrouve dans le camp adverse de celle qu’il voulait épouser, Margery Fitzgerald.
L’accession d’Élisabeth Ière au trône met le feu à toute l’Europe. Les complots pour destituer la jeune souveraine se multiplient, notamment en France où la séduisante Marie Stuart – considérée comme l’héritière légitime du royaume anglais et issue de la redoutable famille française de Guise – attend son heure. Pour déjouer ces machinations, Élisabeth constitue les premiers services secrets du pays et Ned devient l’un des espions de la reine. À Paris, il fait la connaissance de la libraire protestante Sylvie Palot dont le courage ne le laisse pas indifférent…
Dans ce demi-siècle agité par le fanatisme qui répand la violence depuis Séville jusqu’à Genève, les pires ennemis ne sont cependant pas les religions rivales. La véritable bataille oppose les adeptes de la tolérance aux tyrans décidés à imposer leurs idées à tous les autres – à n’importe quel prix.

Je n'ai jamais été déçue par un roman de Ken FOLLETT ! Généralement je doute un peu devant l'épaisseur du bouquin, et immanquablement je me laisse embarquer et les pages défilent... Ce dernier roman ne fait pas exception à la règle.

Dans ce roman, l'auteur nous ramène au Moyen Age, période qu'il avait déjà abordé dans Les Piliers de la Terre. On voyage en France, en Angleterre, en Espagne... Le lecteur se retrouve propulsé au milieu des complots et luttes de pouvoir. Tout est permis pour arracher le trône à l'autre partie.  Ajoutez à ça une guerre sans merci entre catholiques et protestants qui finit bien souvent dans le sang et les flammes et vous obtenez une magnifique fresque historique.

Le côté historique m'a beaucoup plu. Je connais peu cette lutte de pouvoir pour le trône d'Angleterre, j'ai donc appris tout un tas de choses ! Mais le côté romance est également captivant. Je me suis attachée au personnage de Ned, qui toujours avec une bonne dose d'éthique et de tolérance travaille en sous-marin pour que ses idées triomphent.

Partager cet article
Repost0

Le hameau des mirabelliers

Publié le par lydiane

de Michel CAFFIER.

Voilà le dernier roman que j'ai lu dans le cadre du Family Challenge : un roman dont l'intrigue se passe en Lorraine.

Le hameau des mirabelliers

4ème de couverture :

1870. Sur les hauts de Pompey, depuis des temps immémoriaux, quelques maisons sont nichées sur des coteaux de vignes dominant la Moselle. C'est là que Léopold Muller, le cantonnier, laisse sa femme et ses deux fils jumeaux pour partir " régler son compte " à Bismarck. Il revient blessé et retrouve une Lorraine en proie à la fièvre de l'industrialisation. Dépassé, il pressent que plus rien ne sera comme avant. Aussi, lorsque la fonderie lui propose de racheter ses vignes, il lui reste juste assez de courage pour planter quelques mirabelliers avant de mettre fin à ses jours. Si Léopold n'a pu trouver sa place dans la nouvelle Lorraine qui se dessine, ses enfants, eux, y parviendront-ils ?

Je sors partagée et quelque peu déçue de cette lecture...

Commençons par le côté positif : les éléments historiques et géographiques sont parfaitement décris. Le roman se déroule en Lorraine entre 1870 et 1914, une période qu'au  final je connais peu. J'ai trouvé très intéressant la transformation d'un hameau en une ville. Pompey qui était un petit village voit une aciérie s'installée sur sa commune. L'usine auparavant à Ars-Sur-Moselle a migré en territoire français, l'Alsace et la Moselle ayant été annexées par l'Allemagne, victorieuse de la guerre de 1870. La population de Pompey augmente alors de façon exponentielle.De nombreux ouvriers venant d'autres régions de France et même d'autres pays s'y installent.

L'auteur nous raconte alors les divergences entre ouvriers et paysans. Il nous décrit les prémisses du syndicalisme et surtout nous narre la merveilleuse aventure de la construction de la Tour Eiffel. Le métal utilisé pour la construction de cette grande dame de fer venant de cette usine toute neuve.

Malgré tout ça, je me suis un peu ennuyée dans cette histoire. En effet, la très bonne description de l'époque ne s'applique malheureusement pas aux personnages. Je n'ai pas réussi à m'intéresser à cette famille. Pour moi, les personnages ne sont pas assez détaillés, je n'ai pas pu m'y attacher.

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 > >>